JAURÈS JEAN (1859-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au tournant du siècle. Les nouvelles responsabilités nationales

Les écrits et les actes de Jaurès, entre 1893 et 1898, expriment une foi très vive, presque messianique, dans l'imminence de la révolution, foi qu'il partage avec la grande majorité des socialistes français, en particulier avec les guesdistes, sur le programme desquels, sans adhérer à leur parti, il a été élu député. Cependant, la reprise de l'expansion économique, la contre-attaque de la bourgeoisie opportuniste avec Casimir-Perier, Méline, Charles Dupuy, la découverte, pendant l'affaire Dreyfus, à laquelle il se consacre entièrement en 1898-1899, de la puissance de l'appareil d'État – armée, justice – l'amènent à une vue plus proche du réel : sans rien renier du socialisme, il faut d'abord consolider la République et travailler à l'unité.

L'unité socialiste

Réaliser l'unité, ce n'est pas seulement créer une force politique nouvelle indispensable pour la lutte, c'est aussi répondre à l'unité de nature du prolétariat : sur ce plan, Jaurès, si souvent maltraité par les marxistes français et allemands, si vivement critiqué par Engels et Rosa Luxemburg, et si étrange aux yeux de Lénine, est profondément marxiste. Seule d'ailleurs, pense-t-il, l'unité socialiste permettra à la classe ouvrière de pratiquer une large politique d'alliances, de regrouper autour d'elle la paysannerie en difficulté et les intellectuels que leurs origines sociales n'empêchent pas d'être accessibles à la nécessité de renouveler profondément la pensée traditionnelle.

Mais l'unité ne peut se faire que dans et par la République, car, « sans la République, le socialisme est impuissant, et sans le socialisme, la République est vide ». Nécessité qui lui paraît liée en France à la grande tradition de 1789-1793 : il s'en fait l'historien dans l'Histoire socialiste de la Révolution française (1901-1904), histoire marxiste, nationale en même [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAURÈS JEAN (1859-1914)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anticolonialisme »  : […] À ce colonialisme va s'opposer un anticolonialisme aux aspects bien divers et parfois contradictoires. En Angleterre, par exemple, les libéraux n'ont pas désarmé et, en 1881, la politique annexionniste de Disraeli est condamnée par les électeurs. Cette opposition s'en prend à une certaine conception de l'Empire et l'échec électoral de Chamberlain en 1906 signifie le rejet de l'impérialisme douanie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_5232

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La troisième affaire Dreyfus (1900-1906) »  : […] Le premier personnage de l'Affaire, qu'avaient salué de nombreux dreyfusards à son arrivée à Rennes et à l'issue du procès, ne renonça pas à obtenir la pleine reconnaissance de son innocence. Dans le même temps, le gouvernement de « défense républicaine » ne souhaitait pas prolonger l'agitation autour de l'événement, quand bien même la cause de la justice était en jeu. Waldeck-Rousseau fit voter a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyfus-affaire/#i_5232

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Les impérialismes en présence »  : […] La composition des alliances rend compte de la nature impérialiste de la guerre, de ses causes essentielles, celles que les pacifistes mettaient en avant, et que l'analyse « marxiste » révélait. Toutefois, celles-ci n'étaient pas absolument déterminantes puisque, selon Rosa Luxemburg, Kautsky et bien d'autres, « si l'impérialisme portait en lui-même des tendances suffisantes à provoquer des guer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_5232

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le socialisme démocratique »  : […] Au fond, Kautsky illustre bien ce que sera le contenu d'un révisionnisme assimilé au socialisme démocratique, avec toutes ses ambiguïtés. De même, en France, Jean Jaurès et plus tard Léon Blum, figures emblématiques du révisionnisme social-démocrate, en resteront marqués chacun à sa manière. Ainsi Jaurès, fort proche de Bernstein par son humanisme, sa défense de la démocratie ou sa méfiance à l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_5232

REBÉRIOUX MADELEINE (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RIOUX
  •  • 745 mots

Née le 8 septembre 1920 à Chambéry, décédée le 7 février 2005 à Paris, Madeleine Rebérioux, née Amoudruz, enseignante, citoyenne et militante, a été une femme d'intelligence et de cœur, de parole et d'acte, qui avait reçu comme un viatique la formule de Jaurès : « Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. » Sa personnalité, son franc-parler, ses fidélités ont d'abord signalé une histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-reberioux/#i_5232

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_5232

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dispersion et réunion du socialisme français »  : […] Le socialisme français est divisé en factions rivales jusqu'en 1905 ; à cette date, l'essentiel de ses forces s'unifie au sein du Parti socialiste, section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Dans l'ensemble, sa puissance ne cesse de croître au cours de cette époque. Enfin, il possède en Jules Guesde et surtout en Jean Jaurès deux hommes de tout premier plan. La répression qui suiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_5232

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 742 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Idéologies, débats et pratiques »  : […] Dans ces conditions, les questions purement ouvrières : législation du travail, assurance et chômage, immigration, etc., continuent à faire l'objet de longs rapports dans les congrès, mais ne suscitent pas, sauf exception, de discussions passionnées. Celles-ci concernent d'autres problèmes. À peine le marxisme dit orthodoxe l'a-t-il emporté sur le révisionnisme doctrinal théorisé par Eduard Bernst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-les-internationales/#i_5232

Voir aussi

Les derniers événements

10-29 mai 1981 • FranceÉlection de François Mitterrand à la présidence de la République

les Champs-Élysées et dépose une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu. L'après-midi, il est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, puis il se rend au Panthéon où il dépose une rose sur les tombes de Jean Jaurès, de Victor Schœlcher et de Jean Moulin. La foule, énorme malgré la pluie [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Madeleine REBÉRIOUX, « JAURÈS JEAN - (1859-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jaures/