VAILLANT ÉDOUARD (1840-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir reçu une formation d'ingénieur et de médecin, Vaillant se tourna vers la philosophie qu'il étudia à Heidelberg, à Tübingen et à Vienne. Adhérent de l'Internationale et lié à Blanqui, il participa à toutes les actions de la gauche socialiste pendant le siège de Paris. Membre élu de la Commune, celle-ci le nomma à sa Commission exécutive et le délégua à l'Instruction publique. S'il ne put, faute de temps, laisser une œuvre réformatrice marquante, il joua un rôle politique important et contribua à l'harmonisation entre le pouvoir politique et le pouvoir militaire. Après la semaine sanglante, il gagna l'Angleterre, où il fit la connaissance de Marx. Dès août 1871, celui-ci le fit entrer au Conseil général de l'Internationale. Mais, après le congrès de La Haye, en septembre 1872, Vaillant s'en retira, suivi par d'autres blanquistes, et cessa pratiquement toutes relations avec Marx.

Condamné à mort par contumace en juillet 1872, Vaillant ne revint en France qu'après l'amnistie générale de 1880. Il milita alors activement, d'abord dans le Cher, puis, à partir de 1884, à Paris. Élu conseiller municipal à cette date, il devint député de Paris en 1893 et siégea dès lors à l'Assemblée nationale jusqu'à sa mort. Il y fut un ardent défenseur de la journée de huit heures et de l'extension de la législation sociale.

Ayant pris ses distances par rapport à la tradition d'action conspiratrice du blanquisme, il fit évoluer le parti blanquiste vers des formes d'organisation et d'action proches de celles des marxistes. Partisan résolu de l'unification du mouvement socialiste français, il participa aux divers regroupements qui précédèrent la création du Parti socialiste (S.F.I.O.) en 1905. Avec Jaurès et Guesde, il fut l'une des figures majeures de celui-ci, accueilli dans les assemblées et les congrès socialistes au cri de « Vive la Commune ! ». Il participa aux congrès de la IIe Internationale, où il fut l'un des plus fervents défenseurs de la grève générale contre la guerre impérialiste. Pourtant, en 1914, il approuva le ralliement des socialistes à l'Union sacrée. Aussi, au soir de sa vie et malgré son prestige, Vaillant vit se lever devant lui de jeunes opposants qui lui reprochaient de renier son passé.

—  Claude LEFORT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  VAILLANT ÉDOUARD (1840-1915)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essais d'organisation »  : […] La Commune remet en marche les services publics, désorganisés par le départ d'une grande partie des fonctionnaires et administrés provisoirement par le Comité central. Il faut que Paris, qui a tant souffert de la faim pendant le siège, puisse se nourrir. Viard et la Commission des subsistances prennent des mesures de taxation du pain et de la viande, et, en liaison avec les mairies, assurent le co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_15920

S.F.I.O. (Section française de l'Internationale ouvrière)

  • Écrit par 
  • François BROUSSE, 
  • Universalis
  •  • 1 499 mots

Après la défaite de la Commune, le mouvement ouvrier français est réduit au silence pendant plusieurs années, puis, à partir de 1876, se tiennent des congrès ouvriers regroupant des délégués de syndicats et de coopératives, auxquels se joignent bientôt des représentants des groupes d'études socialistes animés notamment par Jules Guesde. Sous l'impulsion de ces derniers, le Congrès ouvrier de Marse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/section-francaise-de-l-internationale-ouvriere/#i_15920

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dispersion et réunion du socialisme français »  : […] Le socialisme français est divisé en factions rivales jusqu'en 1905 ; à cette date, l'essentiel de ses forces s'unifie au sein du Parti socialiste, section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Dans l'ensemble, sa puissance ne cesse de croître au cours de cette époque. Enfin, il possède en Jules Guesde et surtout en Jean Jaurès deux hommes de tout premier plan. La répression qui suiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_15920

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « VAILLANT ÉDOUARD - (1840-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vaillant/