JAURÈS JEAN (1859-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une dimension internationale

Pour assumer ces responsabilités, Jaurès ne voit que l'Internationale. Certes elle n'a pas à dicter leur conduite aux partis nationaux, mais à ses yeux elle est plus qu'un club de discussion, « une force intermittente et superficielle ». Il lui faut mobiliser l'opinion publique et proposer des règles, des moyens d'action. Seule, en effet, pense-t-il, la classe ouvrière, internationalement organisée, peut mettre un terme au processus de dégradation dont l'histoire contemporaine porte témoignage. Que les militaires, au Maroc, fassent haïr le nom de la France, que les radicaux attachés au monde des affaires laissent s'opérer le rapt d'immenses terres en Tunisie, ou maintiennent au Vietnam des monopoles écrasants pour les indigènes, que les civilisations les plus belles en Asie, en Afrique soient ignorées, voire méprisées par ceux qui devraient être les porteurs de l'universalisme du xviiie siècle, Jaurès s'en désespère, mais considère tous ces problèmes comme internationaux.

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage » ; la guerre peut jaillir des gouffres coloniaux, la politique des blocs peut déboucher sur le massacre, la pratique de l'arbitrage peut échouer. Nul, jusqu'à la fin de 1912 au moins, jusqu'au congrès de Bâle, et sans doute jusqu'en 1914, n'a vécu aussi dramatiquement l'approche de la guerre, et c'est du côté du mouvement ouvrier qu'il a cherché l'appui décisif. De congrès en congrès, auprès du Bureau socialiste international dans l'intervalle, il tente d'obtenir de l'Internationale le vote de motions précisant les moyens à employer pour empêcher la guerre. L'opposition de la social-démocratie allemande fait échouer au congrès de Stuttgart (1907), puis au congrès de Copenhague (1910) l'appel à la grève générale ouvrière contre la guerre. Jaurès savait bien d'ailleurs qu'il s'agissait d'une pédagogie à long terme plus que d'une pratique immédiatement efficace.

Il meur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAURÈS JEAN (1859-1914)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anticolonialisme »  : […] À ce colonialisme va s'opposer un anticolonialisme aux aspects bien divers et parfois contradictoires. En Angleterre, par exemple, les libéraux n'ont pas désarmé et, en 1881, la politique annexionniste de Disraeli est condamnée par les électeurs. Cette opposition s'en prend à une certaine conception de l'Empire et l'échec électoral de Chamberlain en 1906 signifie le rejet de l'impérialisme douanie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_5232

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La troisième affaire Dreyfus (1900-1906) »  : […] Le premier personnage de l'Affaire, qu'avaient salué de nombreux dreyfusards à son arrivée à Rennes et à l'issue du procès, ne renonça pas à obtenir la pleine reconnaissance de son innocence. Dans le même temps, le gouvernement de « défense républicaine » ne souhaitait pas prolonger l'agitation autour de l'événement, quand bien même la cause de la justice était en jeu. Waldeck-Rousseau fit voter a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyfus-affaire/#i_5232

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Les impérialismes en présence »  : […] La composition des alliances rend compte de la nature impérialiste de la guerre, de ses causes essentielles, celles que les pacifistes mettaient en avant, et que l'analyse « marxiste » révélait. Toutefois, celles-ci n'étaient pas absolument déterminantes puisque, selon Rosa Luxemburg, Kautsky et bien d'autres, « si l'impérialisme portait en lui-même des tendances suffisantes à provoquer des guer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_5232

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le socialisme démocratique »  : […] Au fond, Kautsky illustre bien ce que sera le contenu d'un révisionnisme assimilé au socialisme démocratique, avec toutes ses ambiguïtés. De même, en France, Jean Jaurès et plus tard Léon Blum, figures emblématiques du révisionnisme social-démocrate, en resteront marqués chacun à sa manière. Ainsi Jaurès, fort proche de Bernstein par son humanisme, sa défense de la démocratie ou sa méfiance à l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_5232

REBÉRIOUX MADELEINE (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RIOUX
  •  • 745 mots

Née le 8 septembre 1920 à Chambéry, décédée le 7 février 2005 à Paris, Madeleine Rebérioux, née Amoudruz, enseignante, citoyenne et militante, a été une femme d'intelligence et de cœur, de parole et d'acte, qui avait reçu comme un viatique la formule de Jaurès : « Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. » Sa personnalité, son franc-parler, ses fidélités ont d'abord signalé une histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-reberioux/#i_5232

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_5232

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dispersion et réunion du socialisme français »  : […] Le socialisme français est divisé en factions rivales jusqu'en 1905 ; à cette date, l'essentiel de ses forces s'unifie au sein du Parti socialiste, section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Dans l'ensemble, sa puissance ne cesse de croître au cours de cette époque. Enfin, il possède en Jules Guesde et surtout en Jean Jaurès deux hommes de tout premier plan. La répression qui suiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_5232

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 742 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Idéologies, débats et pratiques »  : […] Dans ces conditions, les questions purement ouvrières : législation du travail, assurance et chômage, immigration, etc., continuent à faire l'objet de longs rapports dans les congrès, mais ne suscitent pas, sauf exception, de discussions passionnées. Celles-ci concernent d'autres problèmes. À peine le marxisme dit orthodoxe l'a-t-il emporté sur le révisionnisme doctrinal théorisé par Eduard Bernst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-les-internationales/#i_5232

Voir aussi

Les derniers événements

10-29 mai 1981 • FranceÉlection de François Mitterrand à la présidence de la République

les Champs-Élysées et dépose une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu. L'après-midi, il est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, puis il se rend au Panthéon où il dépose une rose sur les tombes de Jean Jaurès, de Victor Schœlcher et de Jean Moulin. La foule, énorme malgré la pluie [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Madeleine REBÉRIOUX, « JAURÈS JEAN - (1859-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jaures/