PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est peu de personnages de l'histoire de France qui auront connu à un tel degré la gloire, puis le discrédit. Et celui-ci, loin de s'atténuer avec le temps, s'est renforcé au fur et à mesure que disparaissaient les générations qui, l'ayant connu triomphant, lui gardaient de l'indulgence. L'image du maréchal Pétain est, aujourd'hui, tout à fait ternie, sauf dans quelques milieux d'extrême droite. Cette évolution, liée à celle de la mémoire collective sur les années « noires », tend à recouvrir une vie aux étapes contrastées.

Philippe Pétain

Photographie : Philippe Pétain

Photographie

Après avoir connu la gloire en tant que « vainqueur de Verdun », le maréchal Pétain fut le chef de l'État français de juillet 1940 à août 1944. Sa grande popularité ne résista pas à la politique de collaboration avec l'Allemagne nazie qu'il mit en œuvre. 

Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

Afficher

L'anonymat

Pendant plus d'un demi-siècle, celle-ci est sans relief, même si la carrière militaire de Philippe Pétain témoigne de la réussite sociale d'un fils de paysans assez aisés de l'Artois. Né le 24 avril 1856 à Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), formé par l'enseignement catholique, d'abord chez les Jésuites de Saint-Omer, puis chez les Dominicains d'Arcueil, il est admis de justesse à Saint-Cyr en 1876. Sorti 229e sur 386, il suit un parcours entièrement métropolitain, loin de l'aventure coloniale. Élève à l'École de guerre entre 1888 et 1890, il y enseigne la tactique d'infanterie entre 1901 et 1911. Il a l'âge de la retraite en 1914 et il n'est que colonel. Sa promotion a été entravée par ses critiques à l'égard de la doctrine dominante (l'offensive à outrance). C'est la seule audace d'un officier par ailleurs conformiste. Lorsque la guerre éclate, face à l'invasion, ses dispositions en faveur de la défensive et ses qualités d'organisateur le font sortir de la médiocrité. Général de brigade le 30 août 1914, général de division le 14 septembre, il commande un corps d'armée en octobre, puis la IIe armée en juin 1915.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Philippe Pétain

Philippe Pétain
Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc.

photographie

Procès de Pétain, 1945

Procès de Pétain, 1945
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)  » est également traité dans :

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Entre juillet 1940 et août 1944, les Français eurent à supporter à la fois la sujétion de l'occupant allemand et les contraintes de plus en plus lourdes, au fil des ans, du régime le plus autoritaire et le plus répressif que la France ait connu au xxe siècle. Si la grande majorité des Français firent d'abord confiance au maréchal Pétain pour faire fac […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] C'est dans le milieu le plus traditionaliste et même le plus conservateur que Charles André Marie Joseph, troisième des cinq enfants d'Henri et de Jeanne de Gaulle, est né à Lille le 22 novembre 1890. Du côté paternel, la famille issue de la petite noblesse normande (d'épée) et bourguignonne (de robe) était parisienne depuis plus d'un siècle. Du côté maternel, les Maillot étaient d'assez important […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Vers le désastre militaire (1938-1940) »  : […] La démission de Chautemps coïncida avec l'invasion de l'Autriche par Hitler. Que ferait la France lorsque arriverait le tour de la Tchécoslovaquie alliée ? Le retard des armements, le refus des Anglais d'intervenir rendaient son appui peu efficace. Blum ne pouvant faire l'union nationale autour du Front populaire , Daladier, ministre de la Guerre depuis 1936, forma le gouvernement (12 avr. 1938). […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « L'offensive de la « dernière chance » »  : […] Au début de 1918, lorsque Hindenburg et Ludendorff décidèrent de frapper un grand coup à l'ouest, ils étaient animés par la certitude du succès ; toutefois, ils avaient également le sentiment de lancer l'offensive de la dernière chance, puisque, d'après leurs calculs et les prévisions concernant l'arrivée des Américains, le rapport des forces leur deviendrait définitivement défavorable à partir du […] Lire la suite

MONTOIRE (1940)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Petit bourg du Loir-et-Cher, près de Vendôme, où le maréchal Pétain a rencontré Hitler le 24 octobre 1940. C'est au cours de cet entretien, le seul qu'ils aient jamais eu, que les deux chefs d'État ont envisagé une collaboration entre leurs pays. Aussi, pour les adversaires du régime de Vichy, Montoire est-il synonyme de trahison, tandis que les partisans de Pétain affirment que c'est, peu de temp […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

AUPHAN GABRIEL (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 990 mots

Né à Alès (Gard), le 4 novembre 1894, élève à l'École navale, Gabriel Auphan est capitaine de vaisseau en 1936 et commande la Jeanne d'Arc , croiseur-école de la Marine nationale. Sous-chef d'état-major en 1939, après avoir appartenu aux cabinets des ministres de la Marine Georges Leygues et François Pietri en 1928 et 1934, il est nommé directeur du cabinet de l'amiral Darlan, secrétaire d'État à […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La propagande de Vichy »  : […] Par ses actions de propagande, l'Allemagne démontrait qu'il était possible d'impressionner les foules en instrumentalisant les œuvres d'art et leurs producteurs. Cette propagande se forgeait des armes d'autant plus efficaces qu'elles n'étaient pas encore bien repérées. Les modèles venaient d'ailleurs, mais les Français n'étaient pas en reste d'expériences : le gouvernement de Vichy se donna lui au […] Lire la suite

DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 919 mots

On rappelle encore volontiers une « bonne histoire » qui courait pendant la guerre : « La France a trois amiraux : Esteva, qui n'a jamais connu l'amour ; Darlan, qui n'a jamais connu la mer, et le vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui, lui, n'a jamais connu Darlan. » Cette ironie est-elle justifiée ? Né à Nérac dans une famille de marins dans laquelle son père, ministre de la III e […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La campagne de France »  : […] Le dispositif de l'armée française est enfoncé à Sedan, les Panzer ayant, en application du plan Manstein, traversé les Ardennes sans dommage alors qu'on les en croyait incapables. Désormais, les troupes françaises ne pourront plus s'accrocher à aucune ligne de défense, en dépit de quelques contre-attaques heureusement menées, comme celle de la division cuirassée du général de Gaulle le 22 mai à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité. 7-21 octobre 1997

de la France ». Le président du Rassemblement pour la République récuse, lui aussi, l'idée de la responsabilité de « la France » dans la déportation des juifs. Il lui oppose la thèse gaullienne historique du caractère « nul et non avenu » du régime du maréchal Pétain. Le 21, Philippe Séguin se demande […] Lire la suite

France. Annonce de la fin du dépôt de gerbe sur la tombe du maréchal Pétain. 8 novembre 1993

confirme implicitement que François Mitterrand ne fera pas déposer de gerbe sur la tombe du maréchal Philippe Pétain à l'île d'Yeu (Vendée), comme il le faisait tous les 11 novembre depuis 1987. Avant lui, les présidents Charles de Gaulle en 1968, Georges Pompidou en 1973 et Valéry Giscard d'Estaing […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie GUILLON, « PÉTAIN PHILIPPE - (1856-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-petain/