PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)

Il est peu de personnages de l'histoire de France qui auront connu à un tel degré la gloire, puis le discrédit. Et celui-ci, loin de s'atténuer avec le temps, s'est renforcé au fur et à mesure que disparaissaient les générations qui, l'ayant connu triomphant, lui gardaient de l'indulgence. L'image du maréchal Pétain est, aujourd'hui, tout à fait ternie, sauf dans quelques milieux d'extrême droite. Cette évolution, liée à celle de la mémoire collective sur les années « noires », tend à recouvrir une vie aux étapes contrastées.

L'anonymat

Pendant plus d'un demi-siècle, celle-ci est sans relief, même si la carrière militaire de Philippe Pétain témoigne de la réussite sociale d'un fils de paysans assez aisés de l'Artois. Né le 24 avril 1856 à Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), formé par l'enseignement catholique, d'abord chez les Jésuites de Saint-Omer, puis chez les Dominicains d'Arcueil, il est admis de justesse à Saint-Cyr en 1876. Sorti 229e sur 386, il suit un parcours entièrement métropolitain, loin de l'aventure coloniale. Élève à l'École de guerre entre 1888 et 1890, il y enseigne la tactique d'infanterie entre 1901 et 1911. Il a l'âge de la retraite en 1914 et il n'est que colonel. Sa promotion a été entravée par ses critiques à l'égard de la doctrine dominante (l'offensive à outrance). C'est la seule audace d'un officier par ailleurs conformiste. Lorsque la guerre éclate, face à l'invasion, ses dispositions en faveur de la défensive et ses qualités d'organisateur le font sortir de la médiocrité. Général de brigade le 30 août 1914, général de division le 14 septembre, il commande un corps d'armée en octobre, puis la IIe armée en juin 1915.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)  » est également traité dans :

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Entre juillet 1940 et août 1944, les Français eurent à supporter à la fois la sujétion de l'occupant allemand et les contraintes de plus en plus lourdes, au fil des ans, du régime le plus autoritaire et le plus répressif que la France ait connu au xxe siècle. Si la grande majorité des Français firent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-de-vichy/#i_14023

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armistice-de-1940/#i_14023

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La propagande de Vichy »  : […] moins consensuels (la persécution ou la collaboration) au profit de l'image rassurante d'une France mythique, éternelle, agraire, unie autour de sa Terre, de sa Famille, de sa Jeunesse. Unie autour de son Maréchal, figure centrale et véritable icône pour le pays, qui ne souffrait aucun partage, sinon avec Jeanne d'Arc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_14023

AUPHAN GABRIEL (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 990 mots

des techniciens » qui compte, dès 1940, dix-huit des trente-cinq ministres du maréchal Pétain. Il sera lui-même membre du gouvernement Laval en qualité de secrétaire d'État à la Marine, d'avril à novembre 1942. Au côté de l'amiral Darlan ou dans le cabinet Laval, l'amiral Auphan porta sa part de responsabilité dans les actes du gouvernement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-auphan/#i_14023

BERGERY GASTON (1892-1974)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 649 mots

Après la défaite, à Bordeaux, Gaston Bergery, avec Marquet et Laval, mène campagne contre le régime parlementaire. Il devient vite un des principaux collaborateurs du maréchal Pétain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bergery/#i_14023

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 669 mots

voix contre 80 et 26 abstentions), la loi du 10 juillet 1940 donne tout pouvoir au gouvernement et à son chef, Philippe Pétain, pour promulguer une nouvelle constitution. Le lendemain, par trois « actes constitutionnels », le maréchal s'autoproclame « chef de l'État français », s'arroge tous les pouvoirs exécutifs et législatifs, et ajourne les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitutions-francaises-reperes-chronologiques/#i_14023

DARLAN FRANÇOIS (1881-1942)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 919 mots

On rappelle encore volontiers une « bonne histoire » qui courait pendant la guerre : « La France a trois amiraux : Esteva, qui n'a jamais connu l'amour ; Darlan, qui n'a jamais connu la mer, et le vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui, lui, n'a jamais connu Darlan. » Cette ironie est-elle justifiée ? Né à Nérac dans une famille de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-darlan/#i_14023

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 642 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Mayence, il en est tiré par une décision de son ancien colonel d'Arras devenu le maréchal Pétain, chef alors prestigieux entre tous, qui l'appelle en 1925 à son cabinet comme officier rédacteur, chargé d'écrire une histoire du soldat français. L'avenir du capitaine de Gaulle, dans la mouvance du tout-puissant « patron » de l'armée française, paraît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-gaulle/#i_14023

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’issue et la mémoire des mutineries »  : […] échouent et font l’objet d’une répression sévère, conformément au fonctionnement des justices militaires durant le conflit. Dans le cas français, sous les ordres du général en chef Philippe Pétain qui a remplacé Nivelle en mai 1917, de lourdes peines sont prononcées, puisque près de cinq cents mutins sont condamnés à mort, tandis que des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-mutineries-et-desobeissances-collectives/#i_14023

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 436 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « L'offensive de la « dernière chance » »  : […] ne soient emportées lors de l'offensive du 21 mars, dans la région de Saint-Quentin. Pétain n'envoyait pas de renforts et il fallut l'autorité de Clemenceau, l'optimisme de Foch pour ressusciter un climat d'entente cordiale, amener Fayolle au secours des Anglais et sauver la situation. Si l'offensive du 9 avril contre les Anglais, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_14023

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 587 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La campagne de France »  : […] en château, coupé des forces armées, privé de nouvelles, désuni par l'ampleur du désastre. Derrière le maréchal Pétain et le général Weygand, un groupe se forme pour demander l'armistice. Dans le désordre croissant, toutes les mesures permettant de continuer le combat sont abandonnées aussitôt envisagées : constitution d'un réduit en Bretagne du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_14023

LAVAL PIERRE (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Fils d'un petit cafetier d'Auvergne, Pierre Laval dut travailler pour payer ses études qui lui permirent, en 1907, de s'inscrire au barreau de Paris. Venu de l'extrême gauche, mais dépourvu d'idéalisme, il s'affranchit de tous les partis pour faire carrière grâce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-laval/#i_14023

MONTOIRE (1940)

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Petit bourg du Loir-et-Cher, près de Vendôme, où le maréchal Pétain a rencontré Hitler le 24 octobre 1940. C'est au cours de cet entretien, le seul qu'ils aient jamais eu, que les deux chefs d'État ont envisagé une collaboration entre leurs pays. Aussi, pour les adversaires du régime de Vichy, Montoire est-il synonyme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montoire/#i_14023

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  La catastrophe (été de 1940) »  : […] Le maintien d'un gouvernement « souverain », contrôlant l'Empire colonial et dirigé par un personnage aussi respecté que Philippe Pétain, lui est utile. C'est pourquoi la dramatique attaque de la flotte de guerre française par les Britanniques à Mers-El-Kébir (Oran), le 3 juillet, pour éviter que les Allemands n'en prennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_14023

REYNAUD PAUL (1878-1966)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 589 mots
  •  • 1 média

Bretagne. Le 16 juin dans la soirée, Reynaud fait part de son intention de démissionner. Le maréchal Pétain se retrouve à la tête du nouveau gouvernement et demande l'armistice. En septembre 1940, Reynaud est arrêté et présenté à la cour de Riom chargée de juger les « responsables de la défaite ». Condamné sans jugement à la détention dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-reynaud/#i_14023

STATUTS DES JUIFS (1940-1944), France

  • Écrit par 
  • Claude SINGER
  •  • 1 249 mots

D'octobre 1940 à la fin de 1942, l'État français adopta et publia au Journal officiel plus d'une centaine de textes juridiques, décrets et lois visant les juifs. En interdisant à ces derniers certaines professions et en les dépouillant d'une partie de leurs biens, les autorités de Vichy contribuaient indiscutablement à les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statuts-des-juifs-france/#i_14023

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 392 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Vers le désastre militaire (1938-1940) »  : […] Puis ce fut le désastre. Le 18 mai, Reynaud appela le maréchal Pétain au gouvernement et confia le commandement de l'armée à Weygand. Mais à Bordeaux, le 16 juin, Reynaud démissionna. Pétain et Weygand exigèrent l'armistice devant une situation sans espoir immédiat. Le 17 juin, Pétain formait un gouvernement. L'armistice fut effectif le 25 juin. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_14023

VERDUN BATAILLE DE (1916)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

À l'aube de l'année 1916, le commandement allemand, décidé à user complètement l'armée française en l'obligeant à s'engager à fond, choisit d'attaquer Verdun, saillant vulnérable dans la ligne de défense allemande, pivot du front fortifié et ville historique que les Français voudront défendre coûte que coûte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-verdun/#i_14023

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie GUILLON, « PÉTAIN PHILIPPE - (1856-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-petain/