TOUBON JACQUES (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Haut fonctionnaire et homme politique français, Jacques Toubon a été l’une des principales figures de la droite gaulliste française, avant d’exercer le mandat de Défenseur des droits de 2014 à 2020, institution à laquelle il a donné une envergure nouvelle par des prises de position sans concession.

Jacques Toubon

Photographie : Jacques Toubon

La nomination de ce fidèle de Jacques Chirac à la fonction de Défenseur des droits en 2014 a provoqué une levée de boucliers à gauche et dans les milieux associatifs. Au cours de son mandat, Jacques Toubon s'est révélé un fervent combattant des droits des individus. Ici, en 2007, devant... 

Crédits : Sophie Bassouls/ Bridgeman Images

Afficher

Jacques Toubon a quitté le 17 juillet 2020 cette fonction de Défenseur des droits, au terme d’un mandat où son action et ses déclarations ont autant surpris ses amis que ses anciens adversaires politiques. À soixante-dix-neuf ans, ce fils d’un croupier niçois achevait un parcours d’homme public plus complexe que ses années en politique l’avaient laissé penser. Ce fidèle de Jacques Chirac, nommé en 2014 par François Hollande, au terme d’une audition houleuse à la Commission des lois, alors dominée par une majorité de gauche – une pétition contre sa nomination avait recueilli près de 100 000 signatures – a tenu sa promesse de ne décevoir ni ses partisans ni ses adversaires.

Né le 21 juin 1941 à Nice, Jacques Toubon suit ses études à Sciences Po Lyon, puis sort de l’ENA en 1965. Sous-préfet, chef de cabinet du préfet des Basses-Pyrénées (actuelles Pyrénées-Atlantiques), chef de cabinet du secrétaire d'État aux DOM-TOM, il fait en 1969 la rencontre de Jacques Chirac. Une rencontre qui change le cours de sa vie, début d’une longue fidélité qui ne se démentira pas pendant quarante ans.

Jacques Toubon suit Jacques Chirac comme conseiller dans tous les ministères où celui-ci est appelé : Relations avec le Parlement, Agriculture, Intérieur, et enfin Matignon. Il participe en première ligne à la création du RPR en 1976. Mais il doit renoncer in extremis à se présenter aux élections législatives de 1978 à Lyon, pour laisser cette circonscription acquise à la droite à Raymond Barre, alors Premier ministre. Il devient le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOUBON JACQUES (1941- )  » est également traité dans :

DÉFENSEUR DES DROITS, France

  • Écrit par 
  • Tatiana GRÜNDLER
  •  • 1 806 mots
  •  • 3 médias

Le Défenseur des droits est une institution introduite dans la Constitution de la V e  République en 2008. Il a pour fonctions de défendre les droits et les libertés des individus, et de promouvoir l’égalité. L’expression « Défenseur des droits » désigne aussi bien l’institution que la personne qui la préside. Le mandat a été successivement occupé par Dominique Baudis (2011-2014) et Jacques Toubo […] Lire la suite

RPR (Rassemblement pour la République)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Après sa démission de l'hôtel Matignon, en 1976, Jacques Chirac entreprend de réorganiser le mouvement gaulliste. C'est ainsi que naît le Rassemblement pour la République (R.P.R.), le 5 décembre 1976. La croix de Lorraine fait place au bonnet phrygien. La volonté d'ouverture se manifeste aussi par la nomination comme secrétaire général d'un haut fonctionnaire, Jérôme Monod, peu habitué jusque-là a […] Lire la suite

Les derniers événements

3-30 juillet 2019 France. Découverte du corps de Steve Maia Caniço dans la Loire.

Jacques Toubon se saisit d’office du dossier. Le 29, un corps, qui se révèlera être celui de Steve Maia Caniço, est repêché dans la Loire. Le 30, le Premier ministre Édouard Philippe indique que, selon le rapport de l’IGPN daté du 16, « il ne peut être établi de lien entre l’intervention des forces de police et la disparition » de Steve Maia Caniço […] Lire la suite

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Jacques Toubon estime que le demandeur d’asile est « maltraité par ce projet » qui « n’a pas été écrit par un besoin de la société, mais pour répondre à l’opinion publique ». […] Lire la suite

11-19 janvier 2018 France. Critique de la « circulaire Collomb ».

Jacques Toubon recommande au gouvernement de retirer la « circulaire Collomb » qui « se heurte aux principes fondateurs de l’hébergement d’urgence », notamment son caractère inconditionnel, puisqu’elle organise « un traitement différencié ». […] Lire la suite

12-31 juillet 2017 France. Présentation du plan gouvernemental pour les migrants.

Jacques Toubon se rend dans le quartier de La Chapelle, à Paris, où une opération d’évacuation de migrants s’est déroulée le 7 – la trente-quatrième depuis juin 2015. Il juge « décevant » le plan du gouvernement et estime nécessaire « la mise en place de cinq à dix centres de premier accueil un peu partout en France pour éviter aux migrants de dormir […] Lire la suite

1er-26 juin 2017 France. Demandes d'amélioration des conditions de vie des migrants à Calais.

Jacques Toubon relève des atteintes aux droits « d’une exceptionnelle et inédite gravité », dénonçant les « conditions de vie inhumaines » et la « traque » des migrants. Le 16, onze organisations non gouvernementales et plusieurs dizaines de migrants déposent un référé-liberté auprès du tribunal administratif de Lille (Nord) afin d’obliger l’État à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « TOUBON JACQUES (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-toubon/