RPR (Rassemblement pour la République)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après sa démission de l'hôtel Matignon, en 1976, Jacques Chirac entreprend de réorganiser le mouvement gaulliste. C'est ainsi que naît le Rassemblement pour la République (R.P.R.), le 5 décembre 1976. La croix de Lorraine fait place au bonnet phrygien. La volonté d'ouverture se manifeste aussi par la nomination comme secrétaire général d'un haut fonctionnaire, Jérôme Monod, peu habitué jusque-là aux estrades électorales. Pour la première fois, le mouvement gaulliste se voit aussi doté d'un président, Jacques Chirac. Les relations entre le R.P.R. et le président de la République se tendent, notamment à l'occasion des élections municipales de 1977, où Jacques Chirac défie victorieusement à Paris Michel d'Ornano, le candidat de Valéry Giscard d'Estaing. L'affrontement trouve son dénouement dans l'élection présidentielle de 1981 : Jacques Chirac y obtient un peu moins de 18 p. 100 des voix et contribue, d'une certaine façon, à la défaite de Valéry Giscard d'Estaing par le soutien très modeste qu'il lui apporte pour le second tour.

Jacques Chirac, 1977

Photographie : Jacques Chirac, 1977

Jacques Chirac, maire de Paris, donne une conférence de presse en 1977. Il occupera cette fonction jusqu'en 1995, année de son élection à la présidence de la République. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les élections municipales de 1983 sont l'occasion d'un redressement, pour l'opposition en général, et pour le R.P.R. en particulier. Parti le plus important et le plus structuré de l'opposition, le R.P.R. tend à exercer sur elle un leadership. Il voit arriver en son sein de jeunes militants plus séduits par la personnalité de Jacques Chirac que par les idéaux gaullistes. De nouveaux responsables font aussi leur apparition grâce, là aussi, à leurs relations avec Jacques Chirac. Le R.P.R. reste, comme ses prédécesseurs, un « parti d'électeurs », selon la définition de Jean Charlot, mais aussi, et de plus en plus, un parti au service d'un homme.

En 1984, Jacques Toubon succède à Bernard Pons au secrétariat général. Autre proche du maire de Paris, Alain Juppé poursuit, en tant que secrétaire national chargé du redressement économique, la définition et l'explication du projet proposé au pays par celui dont personne ne doute qu'il sera candidat à l'élection présidentielle de 1988. D'ici là, il s'agit de gagner les élections législatives de 1986 et de neutraliser Raymond Barre. Une plate-forme commune, le « pacte pour la France » est présentée par l'opposition R.P.R.-U.D.F. La victoire de celle-ci en 1986 — avec un avantage pour le R.P.R. — est aussi celle de la ligne libérale défendue par les chiraquiens contre les tenants d'un gaullisme « historique », interventionniste et social, représentés par Charles Pasqua et Philippe Séguin.

Construit et mené pour conduire son chef à la victoire, le R.P.R., comme ce dernier, vivra mal l'échec à l'élection présidentielle de 1988. Aux élections législatives qui suivent, où R.P.R. et U.D.F. présentent aux suffrages l'U.R.C., l'Union du rassemblement et du centre, la seconde formation devance, pour la première fois, la première et s'en sort mieux : 135 députés inscrits ou assimilés U.D.F. pour 131 R.P.R. (132 et 158, respectivement, dans l'Assemblée sortante). Jacques Chirac conserve la présidence du R.P.R. mais laisse à Alain Juppé, nouveau secrétaire général, la gestion directe. Les années qui suivent seront fertiles en contestations au sein du mouvement néo-gaulliste, tendant les unes à recentrer le R.P.R. sur lui-même, les autres à promouvoir un vaste rassemblement de l'opposition, la plupart à conquérir le pouvoir au sein de l'appareil. Alain Juppé saura déjouer ces attaques qui, à travers lui, visent Jacques Chirac. Le débat national sur la ratification du traité de Maastricht voit Jacques Chirac soutenir le oui contre le sentiment de la majorité du R.P.R.Pis encore, après la victoire de l'opposition rassemblée en une Union pour la France aux élections législatives de 1993, la rivalité « fratricide » entre Jacques Chirac et Édouard Balladur éclate. Pour la première fois depuis 1976, le premier a pu réellement craindre que « son » R.P.R. ne lui échappe pour servir les ambitions d'un autre, en contradiction avec près de vingt ans d'efforts.

En octobre 1995, le Premier ministre Alain Juppé succède au nouvea [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RPR (Rassemblement pour la République)  » est également traité dans :

BALLADUR ÉDOUARD (1929- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE, 
  • Universalis
  •  • 1 390 mots

Homme politique français, Premier ministre de 1993 à 1995. Édouard Balladur est né à Smyrne, aujourd’hui Izmir, le 2 mai 1929. Voici trois siècles que sa famille de riches négociants s'est installée auprès de la Sublime Porte. Mais il ne gardera que de lointains souvenirs d'enfance de la Turquie. Il a neuf ans lorsque son père s'installe à Marseille où il poursuivra sa scolarité, au lycée Thiers, […] Lire la suite

BERTRAND XAVIER (1965- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 1 064 mots
  •  • 1 média

Homme politique français. Porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2007, secrétaire général de l'UMP en 2009-2010, Xavier Bertrand apparaît comme une figure clé de son parti et de la droite parlementaire. Pourtant, son parcours politique ne s'inscrit pas dans le cursus honorum qui passe par l'ENA, les grands corps d'État et les cabinets ministériels, et qu […] Lire la suite

CHIRAC JACQUES (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 996 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une carrière exemplaire »  : […] Entré en 1959 à la Cour des comptes, il s'intéresse très vite à la politique et rejoint le cabinet de Georges Pompidou, alors Premier ministre, dès 1962. Son efficacité le fait remarquer par le Premier ministre qui l'appelle « mon bull-dozer ». Conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1965, il affronte le corps électoral en 1967 avec les « jeunes loups » pompidoliens qui se lancent à l'as […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les élections européennes de juin 1979 »  : […] Le président de la République a toujours souhaité faire une politique européenne dynamique. C'est notamment à son initiative que fut décidée, dès décembre 1974, la création du Conseil européen des chefs d'État et de gouvernement, mais il fut dans le même temps prévu d'élire le Parlement européen au suffrage universel direct. La mise en œuvre de cette mesure fut longue et les premières élections […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999 »  : […] Les élections régionales de 1998 confirment les mauvais résultats de la droite. Dans beaucoup de régions, il n'y a pas de majorité de droite ou de gauche pour constituer l'exécutif régional ; dans ce contexte, certains élus de droite acceptent le soutien de l'extrême droite pour se faire élire ou réélire à la présidence d'une région. Il s'ensuit un véritable séisme politique qui montre que l'attit […] Lire la suite

COPÉ JEAN-FRANÇOIS (1964- )

  • Écrit par 
  • Thomas MARTY
  • , Universalis
  •  • 1 293 mots

Jean-François Copé, député-maire de Meaux, a été secrétaire général de l'UMP de 2010 à 2012 et président du mouvement de 2012 à 2014. Il est né en 1964 à Boulogne-Billancourt. Son père est un chirurgien réputé, fils d'un médecin généraliste qui a fui dans les années 1920 les persécutions antisémites de Roumanie. Sa mère, rapatriée pied-noire, déteste le général de Gaulle autant que son mari, mar […] Lire la suite

FILLON FRANÇOIS (1954- )

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  • , Universalis
  •  • 1 556 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un ancrage local »  : […] Né le 4 mars 1954 au Mans (Sarthe) d'un père notaire d'obédience gaulliste et d'une mère historienne, François Fillon a suivi une formation de droit et de science politique. Il « monte » à Paris pour y achever ses études supérieures et, après un bref passage dans le journalisme, est intronisé en politique par Joël le Theule. Ce dernier, député gaulliste de la Sarthe, adversaire de Jacques Chirac, […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Une femme à la tête du R.P.R. »  : […] Cette question parisienne fut au cœur de la campagne pour l'élection d'un nouveau président du R.P.R. Sous la pression de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a renoncé à se présenter, et quitte par la même occasion le secrétariat général du R.P.R., le 4 octobre. L'Élysée soutient un candidat inconnu, censé incarner le renouvellement : Jean-Paul Delevoye, sénateur du Pas-de-Calais et président de l'As […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1998

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « L'impossible union de la droite »  : […] Les résultats médiocres de la droite, son discrédit dans l'opinion, les accommodements de certaines personnalités avec le Front national obligeaient l'opposition à réagir. Toutefois, les recompositions internes sont apparues aux yeux du public plus comme des manœuvres d'état-major ou l'expression de tactiques individuelles que comme la formulation d'une nouvelle identité de droite autour d'un prog […] Lire la suite

Les derniers événements

17-31 août 1988 France. Visite du Premier ministre Michel Rocard en Nouvelle-Calédonie après l'accord sur le projet de loi référendaire

Dans un discours prononcé le 26 à l'hôtel de ville de Nouméa devant mille deux cents personnes, en majorité d'origine européenne, il appelle les Caldoches à « relever un défi » sans précédent : « réussir une décolonisation dans le cadre des institutions de la République française ». Il faut mettre fin au « système inégalitaire », afin que, après « le temps du pardon [. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « RPR (Rassemblement pour la République) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rpr-rassemblement-pour-la-republique/