LE RIDER JACQUES (1954-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1954 à Athènes, directeur d’études à l’École pratique des hautes études où il occupe depuis 1999 une chaire intitulée « L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine) », Jacques Le Rider est tout d’abord germaniste et historien, éditeur et traducteur. Mais ses compétences vont bien au-delà de ce qu’il est généralement convenu d’attendre d’un spécialiste reconnu de la langue, de la littérature et de la civilisation germaniques : de l’esthétique à la psychanalyse en passant par la philosophie, les sciences du langage et sa connaissance du monde juif européen, l’étendue de son champ d’action – toujours circonscrit à la langue allemande – force le respect et aiguise l’intérêt.

Jacques Le Rider

Jacques Le Rider

photographie

À travers ses essais mais aussi ses nombreuses traductions, Jacques Le Rider nous a permis de renouveler notre connaissance et notre perception des littératures germaniques. 

Crédits : L. Monier/ Editions Bertillat

Afficher

Auteur d’une quinzaine de livres, Jacques Le Rider a également dirigé une trentaine d’ouvrages collectifs, traduit Nietzsche, Lou Andreas-Salomé, Hugo von Hofmannsthal, Theodor Adorno, Felix Mauthner et Goethe, et créé l’importante collection « Perspectives germaniques » aux Presses universitaires de France (P.U.F.) ; ce qui ne l’a pas empêché de diriger au début de sa carrière l’Institut culturel franco-allemand de Tübingen et l’Institut français de Vienne. Le travail considérable qui a été accompli en une trentaine d’années ne relève cependant jamais de la frénésie : le style caractéristique de Jacques Le Rider est au contraire marqué au coin du calme et de la précision, d’une riche information et d’une pensée toujours claire qui a en quelque sorte « protégé » un chercheur exigeant d’une publicité trop souvent recherchée. Ce savoir distingué et cette pensée dénuée de tout jargon s’adressent sans exclusive à tout lecteur curieux qui devient vite un complice plein de reconnaissance.

Vienne et la Mitteleuropa

La profusion des textes ne relève en rien de l’éclectisme. Plusieurs lignes de force animent la recherche de Jacques Le Rider depuis ses toutes premières publications. La première, sans doute la plus importante, est liée à la modernité viennoise à laquelle Le Rider consacre sa thèse d’état (Modernit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  LE RIDER JACQUES (1954- )  » est également traité dans :

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xxe siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journaux-intimes-viennois/#i_55322

LES COULEURS ET LES MOTS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 061 mots

Les ouvrages les plus stimulants sont souvent le fait d'un spécialiste qui a su sortir de sa discipline pour rencontrer un autre domaine, sans pour autant renier son savoir d'origine. Jacques Le Rider , précoce et brillant germaniste, auteur de livres de référence consacrés à Otto Weininger, à Hugo von Hofmannsthal et à la modernité viennoise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couleurs-et-les-mots/#i_55322

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « LE RIDER JACQUES (1954-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-rider/