ROTH JOSEPH (1894-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Même s'il est marginal à tous égards, ou peut-être à cause de cela même, Joseph Roth (né à Brody, mort à Paris) est certainement l'un des plus grands prosateurs autrichiens de la première moitié du xxe siècle. Marginal, il le fut par rapport à la question du langage qui marque tous les écrivains autrichiens depuis 1900 jusqu'à aujourd'hui (ainsi Thomas Bernhard), problématique fondée par ailleurs sur les travaux linguistiques et philosophiques de F. Mauthner et de L. Wittgenstein. Joseph Roth semble n'en avoir eu cure, et ce « Juif errant » n'a jamais remis en cause ni la littérature ni la langue allemande dans laquelle il disait voir sa seule patrie. Marginal aussi face au roman figé dans les années 1930 dans les personnages fortement individualisés de Thomas ou de Heinrich Mann. Annonçant presque la mort du « sujet romanesque », Roth crée au contraire des personnages interchangeables, passifs, victimes de leur destin, c'est-à-dire de l'effondrement de toutes les valeurs pluralistes et conservatrices de l'ancienne Autriche et aussi de toute l'Europe. Marginal vis-à-vis de lui-même, pourrait-on dire, puisque ce juif qui n'avait « ses racines que dans l'air » (Pierre Bertaux) écrivit des romans à la gloire du catholicisme jusqu'à sa conversion et des œuvres exaltant l'âme juive après cette conversion. Joseph Roth fut le témoin nostalgique d'une Autriche à jamais perdue, désespéré de savoir que l'histoire ne peut plus désormais être une théophanie, éternel déraciné parlant sans cesse d'une Fuite sans fin dans des paysages de frontière où ne passent vers la Russie ou l'Autriche que des fugitifs, des contrebandiers et des oies sauvages ; surtout chantre de l'exil absolu pour qui l'exil réel à Paris ou la fuite dans l'alcool ne furent jamais que l'ultime métaphore d'une vie et d'une œuvre qui furent toujours « loin, mais loin d'où ? » (Claudio Magris).

Son œuvre romanesque repose pour la meilleure part sur la description de l'Autriche sous François-Joseph II, étouffant, comme chez Kafka, sous le formalisme bureaucratique, sous le poids accablant d'un passé trop riche, d'une autorité tatillonne concentrée à la Hofburg et à Schönbrunn, vidant de leur contenu les Kronländer, pays périphériques représentant les minorités ethniques et linguistiques d'un Empire trop grand. La nostalgie de Roth est cependant paradoxale dans la mesure où elle ne s'adresse pas à une Autriche encore heureuse, mais à une Autriche déjà perdue, un paradis malade de lui-même. De ce point de vue, Roth se place aux antipodes de la nostalgie politiquement plus naïve de Stefan Zweig.

Traumatisé dans la vie par un père qui avait abandonné le foyer conjugal avant sa naissance, Roth se montre dans ses romans — en accord à la fois avec la situation autrichienne et une certaine tradition juive et chrétienne (la prière au mont des Oliviers) — en quête d'un père qu'il puisse aimer, surtout dans La Marche de Radetzky (1932) et dans Job. Roman d'un homme ordinaire (1930), traduit aussi sous le titre Le Poids de la grâce. C'est sans doute pour le débarrasser de son pouvoir castrateur, pour l'aimer en le niant, qu'il le transforme en grand-père dans La Marche de Radetzky. D'une manière significative, les héros de ses premiers romans, Hôtel Savoy (1924) et La Rébellion (1924), s'insurgent contre l'ordre établi tout autant que contre l'idée d'un dieu incapable de sauver le monde.

Roth semble avoir voulu créer des personnages en deçà de toute personnalisation, une histoire au-delà de toute histoire, en bref écrire son propre mythe de l'Autriche à l'agonie. Comme tous les récits de mythes, La Marche de Radetzky commence par la description (ici semi-humoristique) d'un acte (semi-héroïque) fondateur d'histoire. Le mythe, en l'occurrence le roman, commence ainsi : in illo tempore, en ce temps-là, X. fit ceci, ce qui eut pour conséquence la fondation d'un nouveau monde, d'une nouvelle religion. Roth reprend en effet la structure du mythe, mais pour la vider de son contenu, puisque désormais le mythe ne peut plus rendre vie à l'histoire : l'ancêtre-fondateur ne fait que se casser la clavicule en sauvant la vie de François-Joseph, lui-même condamné à sceller l'agonie de son Empire. Et pourtant, cet acte, répertorié dans tous les manuels d'histoire de la k.u.k.-Monarchie, la « Cacanie » de Robert Musil, fon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROTH JOSEPH (1894-1939)  » est également traité dans :

LA MARCHE DE RADETZKY, Joseph Roth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 962 mots

À la fin de l'année 1930, Joseph Roth (1894-1939), chroniqueur depuis 1923 à la Frankfurter Zeitung, annonçait à Stefan Zweig la première ébauche de son roman. Alors qu'il avait écrit son œuvre précédente, Job, avec une grande rapidité, l'achèvement de La […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 388 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Pologne, un pays écartelé »  : […] Pour la majorité des Polonais, le souvenir de la Mitteleuropa évoque surtout les partages successifs de la Pologne entre trois empires. La Pologne de l'entre-deux-guerres n'aura cure de restaurer une fédération centre-européenne et puisera dans ses propres références historiques nationales l'inspiration d'une politique de grande puissance régionale, contestant bien sûr les enclaves allemandes mai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, « ROTH JOSEPH - (1894-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-roth/