LE RIDER JACQUES (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un passeur

Cette publication, éditée d’abord par les P.U.F. puis par C.N.R.S.-Éditions depuis 2005, est sans conteste une des revues savantes les plus exigeantes publiées en langue française. Elle témoigne de la grande qualité de la collaboration avec Michel Espagne, autre éminent germaniste et coresponsable de la revue : Le Rider et Espagne surent donner avec cet outil un éclat renouvelé à une discipline en ouvrant notamment son champ à l’esthétique et à la question des transferts culturels, et en faisant connaître des germanistes de grand talent, comme Elisabeth Décultot dans le domaine de l’esthétique et de l’histoire de l’art. À ces amis de longue date, il faut ajouter Jean Lacoste, philosophe et traducteur, avec qui Jacques Le Rider se lança dans plusieurs entreprises qui firent date comme l’édition des œuvres de Nietzsche en deux volumes chez Robert Laffont et des traductions nouvelles de Goethe chez Bartillat. Cette vieille maison d’édition parisienne, refondée en 2000 par Charles Ficat, accueillit deux biographies intellectuelles importantes rédigées par Le Rider : la première, publiée en 2005, est consacrée à la figure de Malwida von Meysenbug, l’amie de Nietzsche, mais aussi de Giuseppe Mazzini, de Romain Rolland, de Louis Blanc ou d’Alexandre Herzen ; la seconde a pour sujet le philosophe et linguiste Fritz Mauthner, théoricien de premier plan et grand oublié de l’édition française. Le Rider a comblé en partie ce manque en publiant en 2012 Le Langage, premier ouvrage de Mauthner à être traduit en langue française.

Authentique passeur, Jacques Le Rider rejoint la cohorte des « grands Européens » qui, de Ernst Robert Curtius à Jean Starobinski, savent faire se rejoindre passé et avenir en un point lumineux du présent.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  LE RIDER JACQUES (1954- )  » est également traité dans :

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xxe siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journaux-intimes-viennois/#i_55322

LES COULEURS ET LES MOTS (J. Le Rider) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 061 mots

Les ouvrages les plus stimulants sont souvent le fait d'un spécialiste qui a su sortir de sa discipline pour rencontrer un autre domaine, sans pour autant renier son savoir d'origine. Jacques Le Rider, précoce et brillant germaniste, auteur de livres de référence consacrés à Otto Weininger, à Hugo von […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couleurs-et-les-mots/#i_55322

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « LE RIDER JACQUES (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-rider/