KEROUAC JACK (1922-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelque quarante ans après sa mort, Jack Kerouac est devenu une figure de légende, quelque part entre Rimbaud et James Dean, Marilyn Monroe ou Elvis Presley. Au point que la silhouette du beau loup ténébreux occulte parfois l'œuvre, erratique, inégale, mais qui a su renouer avec la poésie des grands espaces essentielle à la littérature américaine – celle de Melville, Twain, Whitman –, tout en introduisant dans la langue les pulsions et les syncopes du jazz, sa brusquerie de rêve éveillé. Enfin, on n'oubliera pas que, avec W. Burroughs et A. Ginsberg, Jack Kerouac est à l'origine d'un mouvement, la Beat Generation, qui n'a pas fini de faire parler de lui, tant était puissante sa charge utopique.

Jack Kerouac

Photographie : Jack Kerouac

Jack Kerouac (1922-1969) est l'auteur de Sur la route (1957), un roman de l'errance qui devint rapidement le «manifeste» de la beat generation

Crédits : Bettman/ Getty Images

Afficher

Une recherche du temps perdu

Jean Louis Kerouac – « Jack », comme il signera plus tard – est né le 12 mars 1922 à Lowell, petite ville industrielle du Massachusetts, sur la Merrimack, au nord de Boston. La famille est de souche québécoise – « Canuck », selon le terme méprisant dont Kerouac ne saura jamais trop s'il fallait en avoir honte ou l'arborer, fièrement, jusqu'à la provocation. Las de peiner dans les terres froides de Rivière-du-Loup, ses grands-parents ont migré vers 1890 pour venir travailler aux États-Unis, dans les usines de Nouvelle-Angleterre. En 1915, son père épouse Gabrielle Levesque, dite « Mémère ». Il est linotypiste, et possédera même un temps une imprimerie ; elle travaille comme ouvrière dans la chaussure. L'année suivante naît Gérard ; puis une fille, Caroline ; puis « 'Ti Jean », comme on l'appelait : le « p'tit dernier ». On parle français (« joual ») à la maison. « 'Ti Jean » n'apprendra guère l'anglais avant d'entrer, vers six ans, à l'école primaire paroissiale.

Plus tard, la trentaine passée, une fois terminé Sur la route, Kerouac, en écrivant – sur le mode élégiaque, rejoignant à force d'arabesques la respiration du saxo – plusieurs épisodes de la « légende de Jack Duluoz », repartira à la recherche de ce temps perdu. D'abord, premier souvenir, il y a le deuil, jamais surmonté, du « grand » frère, monté « au ciel » à l'âge de neuf ans, les cierges et les litanies, le service funèbre sous la pluie (Visions de Gérard, 1956). Puis, vient la fin de l'enfance lorsque, à dix ou onze ans, on se fait son « cinéma » en imaginant (en dessinant aussi, sous forme de bande, dans un carnet d'écolier) la figure fantasmagorique d'un magicien, mi-Sherlock Holmes, mi-bouffon loufoque à la W. C. Fields, arpentant le quartier comme une ombre gothique (Docteur Sax, 1952). Seize ans, c'est le temps des premières amours. Au bal de la Saint-Sylvestre 1938, une fille et un garçon de seize ans se rencontrent, auréolés de néon dans les tristes rues rouge brique de Lowell, jusqu'à ce que leurs chemins divergent (Maggie Cassidy, 1953).

« Jack » est râblé, rapide à la course. Il s'illustre localement sur les terrains de football américain. L'université Columbia le repère, et lui offre une bourse d'études. En 1939, c'est le départ pour New York, la « grande ville ». Après une blessure, la carrière de footballeur tourne court. Kerouac rôde du côté de Times Square, de ses bars et de ses cinémas : il a un faible pour le Jean Gabin de La Belle Équipe et des Bas-Fonds. Il arpente aussi Harlem, alors que dans le jazz perce le be-bop : Lester Young, Charlie Parker demeureront ses héros. Dans le style du « goinfre d'Amérique » Thomas Wolfe (mort en 1939), il écrit une saga semi-autobiographique, The Town and the City, qui dessine le parcours menant de la « petite ville », Lowell, à la grande, et qui paraîtra en 1950 (le livre sera traduit en français sous le titre Avant la route). Par deux fois, il s'embarque sur un bateau de la marine marchande. Un premier voyage le conduit, comme laveur de vaisselle, jusqu'à Mourmansk, via le Groenland. Un autre jusqu'à Liverpool – accompagné par le souvenir de Melville, qui inspire d'ailleurs un roman resté inachevé : L'océan est mon frère – avec une excursion jusqu'à Londres alors plongé dans les bombardements du Blitz. Appelé en 1943 sous les drapeaux de l'U.S. Navy, Kerouac se fait rapidement réformer pour « schizophrénie ». En 1944, il fait la rencontre de William Burroughs (1914-1997) et du très jeune Allen Ginsberg (1926-1998). [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  KEROUAC JACK (1922-1969)  » est également traité dans :

BEAT GENERATION

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 987 mots
  •  • 3 médias

Le 24 octobre 1969, on enterrait au cimetière catholique de Lowell, morne petite ville industrielle du Massachusetts, le corps de Jack Kerouac , mort d'une hémorragie abdominale à l'âge de quarante-sept ans. Depuis quelque temps, il n'était plus que l'ombre de lui-même, revenu, auprès de sa « Mémère », à un vieux fonds de populisme pieux, ressassant ses rancœurs, sourd à la musique de Woodstock où […] Lire la suite

BURROUGHS WILLIAM (1914-1997)

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 1 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De « Junkie » au « Festin nu » »  : […] William Seward Burroughs est né le 5 février 1914 à Saint Louis dans le Missouri. Il fait ses études à Harvard, puis voyage en Europe en 1936 (Paris, Vienne, Budapest, Dubrovnik), retourne à Vienne l'année suivante pour étudier la médecine. À Dubrovnik, il épouse Ilse Klapper pour lui permettre d'obtenir la citoyenneté américaine. De retour aux États-Unis, il s'intéresse à différentes disciplines, […] Lire la suite

CASSADY CAROLYN (1923-2013)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 278 mots

Ex-femme de Neal Cassady, figure tutélaire de la beat generation , Carolyn Cassady relata son expérience du mouvement b eat des années 1950 et 1960 et son mariage (1948-1963) peu conventionnel avec l’inspirateur du groupe. Carolyn Elizabeth Robinson naît le 28 avril 1923, à Lansing (Michigan). Elle obtient en 1944 une licence d’art dramatique au Bennington College (Vermont) et prépare son deuxiè […] Lire la suite

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 458 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman : les écritures migrantes »  : […] La bipartition traditionnelle entre ces deux catégories d’écrivains doit d’ailleurs être immédiatement nuancée. En effet, des auteurs tels que Hubert Aquin ( Trou de mémoire , 1968) ou Anne Hébert, qui publie Le P remier J ardin en 1988, font déjà entendre chacun à leur façon, et bien avant l’heure, une voix migrante. Marie-Claire Blais, elle non plus, n’est pas en reste lorsqu’elle fait des dép […] Lire la suite

SNYDER GARY (1930- )

  • Écrit par 
  • Kenneth WHITE
  •  • 476 mots

Pour Jack Kerouac et Allen Ginsberg, arrivant de la côte est à San Francisco (où le mouvement beat a pris naissance), Gary Snyder, natif du Nord-Ouest (Oregon), était « le type le plus fou et le plus intelligent que nous ayons jamais rencontré ». Si Kerouac a tendance à se perdre dans une religiosité vague et naïvement enthousiaste, si Ginsberg, lui, tend à se transformer parfois en moulin à parol […] Lire la suite

SUR LA ROUTE, Jack Kerouac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 889 mots
  •  • 1 média

Jean-Louis Lebrid de Kerouac (1922-1969) avait présenté un tableau assez traditionnel, à la Thomas Wolfe (1900-1938), de son adolescence, mettant en scène dans La Ville et la cité (1950) un jeune homme détestant les métropoles et fuyant la société. Quelques années plus tard, devenu Jack Kerouac, en rédigeant en trois semaines la dernière version de Sur la route , il découvrit la forme adéquate au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « KEROUAC JACK - (1922-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-kerouac/