ISOSTASIE, géologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Modèles d'Airy et de Pratt

Modèles d'Airy et de Pratt
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Relief sous-marin : compensation isostasique

Relief sous-marin : compensation isostasique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Soulèvement du bouclier baltique depuis l'Alleröd

Soulèvement du bouclier baltique depuis l'Alleröd
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Le terme « isostasie » (du grec isos, égal, et stasis, arrêt) traduit l'état d'équilibre des roches de la croûte terrestre par rapport au manteau sous-jacent. Ce phénomène implique que, au-dessus d'une certaine profondeur, appelée niveau de compensation, la masse des roches crustales superficielles est partout la même quelle que soit l'altitude des reliefs. En dessous du niveau de compensation, il n'y a pas de variations significatives de densité.

Le phénomène d'isostasie fut mis en évidence, pour la première fois, il y a plus de 250 ans par l'astronome français Pierre Bouguer. Lors de l'expédition au Pérou de 1736-1743, menée afin de mesurer la longueur d'un arc de méridien terrestre, Bouguer mit en évidence, à cette occasion, une différence significative de la pesanteur entre des mesures effectuées dans les Andes et au niveau de la mer. Un siècle plus tard, des observations similaires dans l'Himalaya furent apportées par George Everest, indiquant que l'attraction gravitationnelle des montagnes apparaît systématiquement plus faible que prévue par les modèles prenant en compte l'excès de masse de celles-ci.

On doit aux Britanniques George Biddell Airy (1801-1892) et John Henry Pratt (1809-1871) les premières tentatives d'explication du phénomène observé. Leurs hypothèses sont apparemment antagonistes. Selon Airy, la compensation du relief topographique est assurée par la présence en profondeur d'une racine de même densité que les roches de surface et donc de densité plus faible que le manteau environnant. Cette « racine légère » profonde diminue la pesanteur totale associée au relief. Selon Pratt, la compensation résulte d'une variation latérale de densité dans la croûte terrestre et la partie supérieure du manteau à l'aplomb du relief. Selon ces deux hypothèses, la pression exercée en dessous de la profondeur de compensation est de nature hydro [...]

Modèles d'Airy et de Pratt

Modèles d'Airy et de Pratt

Dessin

Principe de la compensation isostasique. En a, modèle d'Airy : la compensation du relief topographique est assurée par la présence d'une racine légère causée par l'épaississement de la croûte. En b, modèle de Pratt : la compensation est assurée par une variation latérale de la densité... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ingénieur C.N.E.S., directeur adjoint du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiale, C.N.E.S.-G.R.G.S.

Classification


Autres références

«  ISOSTASIE, géologie  » est également traité dans :

PRINCIPE DE L'ISOSTASIE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 293 mots

Le géologue américain Clarence Edward Dutton (1841-1912) publie en 1889 un article intitulé On Some of Greater Problems of Physical Geology (Sur certains des plus grands problèmes de géologie physique). Il y développe notamment la théorie de l'isostasie (il est l'inventeur de ce terme). L'isostasie est d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-l-isostasie/#i_19437

BALTIQUE MER

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 255 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Paléogéographie »  : […] De toutes les mers, la Baltique est la plus jeune : lorsque la calotte glaciaire scandinave a fondu, entre 13 000 et 8 000 ans avant nous, la région qu'elle abandonnait avait été abaissée par le mouvement isostasique dû à la surcharge glaciaire. Pendant le recul du glacier, les eaux de fonte se sont d'abord accumulées en un lac proglaciaire . Puis, lorsqu'il ne restait plus de glaciers que dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-baltique/#i_19437

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/#i_19437

DUTTON CLARENCE EDWARD (1841-1912)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Géologue américain, né le 15 mai 1841 à Wallingford (Connecticut), mort le 4 janvier 1912, à Englewood (New Jersey). Clarence Edward Dutton rejoint l'armée de terre américaine au rang de sous-lieutenant en 1862, pendant la guerre de Sécession. Après la guerre, il s'intéresse à la géologie et, en 1875, il assiste le naturaliste John Wesley Powell dans la rédaction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarence-edward-dutton/#i_19437

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-everest/#i_19437

GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 3 405 mots

Dans le chapitre « Géodynamique interne »  : […] L'intérieur de la Terre n'est pas inerte, mais est le siège d'une évolution à très long terme ; un certain nombre de phénomènes, assez différents les uns des autres, en apportent le témoignage. Le fait est d'autant plus remarquable que, dans la mesure où l'exploration du système solaire a permis d'aborder l'étude détaillée d'autres objets (la Lune, Mercure, Vénus, Mars et certains satellites des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geodynamique/#i_19437

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 585 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La distribution des températures dans l'intérieur du globe »  : […] De ce qui précède, il résulte qu'on ne sait pas quelle est la valeur du flux à la base de l'écorce, lequel correspond à une fraction seulement de sa valeur à la surface, compte tenu de la chaleur produite par les éléments radioactifs contenus dans celle-ci. Il n'est pas non plus possible d'affirmer que ce flux est constant, car ses variations éventuelles, à cause de l'inertie thermique de l'écorc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_19437

GRAVIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 6 112 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'isostasie »  : […] Dans l'application de la formule de Stokes, et dans toutes les applications géodésiques, il faut évidemment considérer le champ de la pesanteur à l'extérieur de la Terre, qui est caractérisé par les valeurs de l'anomalie à l'air libre. Or, on a vu que l'anomalie à l'air libre ne se prête pas à l'interpolation entre stations, ce qui rend difficile le calcul de son intégrale. Il aurait été possible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravimetrie/#i_19437

MARGES CONTINENTALES

  • Écrit par 
  • Gilbert BOILLOT
  •  • 4 316 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La subsidence »  : […] On entend par subsidence le processus par lequel la lithosphère s'affaisse localement à un endroit du globe, créant ainsi une dépression (un bassin) où s'accumulent des sédiments (cf. subsidence – Géologie). Une forte subsidence caractérise les marges continentales de divergence. Pour comprendre les causes et les modalités de cette subsidence, il faut se rappeler la loi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marges-continentales/#i_19437

MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 3 910 mots

Dans le chapitre « L'influence de la tectonique locale et de l'isostasie »  : […] La tectonique des plaques et les variations du volume des glaciers continentaux ont une influence globale, et elles sont responsables de changements du niveau de la mer ressentis sur l'ensemble de la planète. Cependant, les forces qui agissent sur les plaques continentales provoquent également des déformations importantes à l'intérieur des continents et sur leur bordure. Pour un observateur situé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retraits-et-avancees-des-mers/#i_19437

NORD MER DU

  • Écrit par 
  • Alain PERRODON, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 4 422 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Géologie, histoire quaternaire et géomorphologie »  : […] La mer du Nord occupe une dépression structurale, qui s'étend vers le sud jusqu'au Massif schisteux rhénan et au seuil, voilé de sédiments, qui le raccorde aux chaînes Pennines, et vers le nord jusqu'à la chaîne calédonienne arasée qui joint la Norvège à l'Écosse. Dans cette dépression, des sédiments épicontinentaux se sont déposés depuis la fin du Primaire, sur une épaisseur qui dépasse peut-êtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-du-nord/#i_19437

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Gérard GRAU, 
  • Lucien MONTADERT, 
  • Claude SALLÉ
  •  • 4 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Apports de la gravimétrie »  : […] Dès 1923, le géodésien et géophysicien néerlandais F. A.  Vening-Meinesz commençait une série de mesures de la pesanteur en mer. Il travaillait en sous-marin, de façon que la houle ne perturbe pas les mesures, et utilisait un appareillage spécial. Son résultat principal résidait dans la constatation que, comme à terre, le relief a un effet gravimétrique très inférieur à ce que l'on pourrait atten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-geologie-sous-marine-etude-des-fonds-sous-marins/#i_19437

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 974 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les facteurs responsables des visages successifs de la Terre  »  : […] À grande échelle, la configuration géographique reflète essentiellement le tracé du contact entre terres émergées et océans. Les grands changements géographiques dépendent donc des mouvements des continents, c’est-à-dire de la tectonique des plaques . La position relative des continents change continuellement, modifiant lentement la géographie. Les ouvertures des rifts (qui découpent les continent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogeographie/#i_19437

SUBSIDENCE, géologie

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise BRUNET
  •  • 2 213 mots
  •  • 1 média

La subsidence (du latin subsidere , s'enfoncer) est un affaissement de la surface de la croûte terrestre sous l'effet d'une charge qui vient s'ajouter soit au-dessus de la croûte (eau, sédiments, volcan, calotte glaciaire, chaîne de montagnes, plaque lithosphérique...), soit à l'intérieur de celle-ci (changement de phase par métamorphisme), soit au-dessous (matériel mantelli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subsidence-geologie/#i_19437

TECTONOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 686 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Géophysique appliquée à la macrotectonique »  : […] À l'échelle des chaînes (macrotectonique), deux problèmes fondamentaux sont traités par les méthodes géophysiques : celui des racines et celui de l'état actuel des contraintes. L'existence d'une racine crustale sous les chaînes récentes a été déterminée de deux manières : par la gravimétrie, qui fait apparaître des anomalies gravimétriques négatives fort importantes sous l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonophysique/#i_19437

WEGENER ALFRED (1880-1930)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 3 041 mots

Dans le chapitre « 1912, la formulation de la « dérive des continents » »  : […] Wegener fait ses études au Köllnisches Gymnasium de Berlin, puis aux universités de Heidelberg, d'Innsbruck et de Berlin. En 1904, après un an d'astronomie à la société Urania à Berlin, il devient docteur en soutenant une thèse sur l'histoire et l'usage des tables Alphonsines. Ces dernières, achevées en 1252, sous le patronage du roi Alphonse X de Castille, avaient permis, pendant près de quatre c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-wegener/#i_19437

Pour citer l’article

Anny CAZENAVE, « ISOSTASIE, géologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isostasie-geologie/