INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 17 janvier 2001 était promulguée la loi no 2001-44 « relative à l’archéologie préventive ». C’était l’aboutissement d’un long et difficile processus, symptôme du rapport compliqué que les élites françaises entretiennent avec leur passé. Pourtant, dès 1825, Victor Hugo, dans un célèbre article, avait déclaré la « guerre aux démolisseurs » face aux destructions massives de monuments médiévaux. Il fallut néanmoins attendre 1913 pour qu’une loi soit votée « sur les monuments historiques », mais sans volet archéologique, du fait de l’opposition des sociétés savantes qui y voyaient une menace contre la liberté de la recherche. En 1941 cependant, un décret-loi (validé en 1945) soumit les fouilles archéologiques à une autorisation administrative.

Durant les Trente Glorieuses, l’essentiel des sites archéologiques découverts lors de travaux fut détruit sans qu’aucune fouille ait lieu. Le passé du territoire national ne pesait guère face aux vestiges de la Grèce, de Rome et de l’Orient, exposés au musée du Louvre. Les trouvailles faites sur le territoire national étaient, elles, reléguées dans le « musée des Antiquités nationales » de Saint-Germain-en-Laye, privé de crédits comme de public. Mais, en liaison avec les crises économiques, et bientôt écologiques, qui se font jour à partir des années 1970, un intérêt grandissant va se manifester pour l’histoire et l’archéologie. Les destructions deviennent visibles et sont alors qualifiées de « scandales ». En 1977 est créé le Fonds d’intervention pour l’archéologie de sauvetage et le Code de l’urbanisme interdit la destruction de sites archéologiques, tandis que l’archéologie « de sauvetage » devient peu à peu « préventive ». Sous la pression des services archéologiques du ministère de la Culture, certains aménageurs commencent à financer les fouilles archéologiques nécessaires, mais sans obligation légale. Ces crédits, qui permettent d’embaucher des archéologues, tran [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Autres références

«  INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 188 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Création et organisation d'administrations spécifiques »  : […] En 1980, le ministère de la Culture, par l'entremise de sa toute récente Direction du patrimoine, sous-direction de l'Archéologie, organisa à Tours un colloque international entièrement consacré à la question de l'archéologie urbaine. Cette ville fut choisie de préférence à d'autres au patrimoine plus prestigieux, pour la raison précise de sa représentativité et parce que s'y conduisait depuis pl […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 667 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les responsabilités de l'archéologue »  : […] Le métier d'archéologue correspond à trois fonctions principales : la détection et la préservation des sites, l'étude scientifique des vestiges découverts et la communication des résultats obtenus auprès du reste de la société. La troisième, mais aussi la première, ont d'évidentes implications sociales et économiques. Il existe environ 2 500 archéologues professionnels en France (mais plus de 6 00 […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - L'archéologie préventive

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 914 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cadres juridiques et institutionnels »  : […] Si, on l'a vu, la législation des pays européens peut s'adosser à la Convention de Malte, la situation est cependant très variable selon les traditions nationales. Tandis que la France s'est dotée d'une véritable loi (loi du 17 janvier 2001 relative à l'archéologie préventive), le Royaume-Uni ne dispose que d'une simple circulaire (la Policy Guidance 16), mais appliquée avec une certaine rigueur, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inrap-institut-national-de-recherches-archeologiques-preventives/