INNOVATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Innovation, mondialisation et compétitivité

Si l'innovation a des fondements micro-économiques essentiels, on s'accorde également pour reconnaître le rôle crucial du contexte macroéconomique, spatial et institutionnel dans lequel s’inscrivent les différents systèmes (nationaux et régionaux) d'innovation à l’échelle internationale. Dans un contexte de compétition mondiale aiguisée, ces différences se traduisent par des écarts de croissance et de compétitivité relativement durables entre pays (ou régions), et par des capacités différenciées des territoires en termes d’adaptation et de « résilience ».

Systèmes d'innovation et compétitivité technologique

De nombreux travaux ont établi de manière très convaincante l'importance des spécificités nationales et régionales dans l'explication des performances technologiques des systèmes d’innovation Ces spécificités concernent tout d'abord l'importance et la qualité des infrastructures de la connaissance : système éducatif général, importance des universités et des organisations de recherche, poids respectifs des grandes firmes et des jeunes entreprises en matière de R&D, etc. Elles portent ensuite sur la permissivité institutionnelle caractérisant chaque pays ou région : culture entrepreneuriale, attitude de la société face à l'innovation, réglementations sur la propriété intellectuelle et la création d'entreprise, etc. Enfin, des différences significatives apparaissent au niveau des politiques publiques (nationales et régionales) en faveur du développement industriel et de l'innovation, notamment aux plans du financement, de l'impulsion et de la coordination de programmes de recherche inscrits dans la durée.

À la fin du xixe siècle, l'économiste britannique Alfred Marshall avait expliqué la supériorité technologique naissante des États-Unis et de l'Allemagne sur l'Angleterre (notamment dans la chimie et la mécanique) par la qualité de leur système éducatif, leur goût pour la découverte et l'innovation, et par des réglementations industrielles et des impulsions publiques plus appropriées.

Ces intuitions ont été largement confirmées par des travaux historiques comparatifs portant sur le xxe siècle, puis au tournant du xxie siècle. Il montrent comment le leadership technologique américain à l'heure actuelle s'est construit grâce au rôle décisif des organismes fédéraux pour la science et la technologie depuis les années 1930, à l'importance des programmes de défense nationale, à la place centrale des grands centres universitaires, à une « culture entrepreneuriale » dynamique et à des mécanismes (publics et privés) de financement de l'innovation particulièrement favorables. De même, le succès de l'industrie nipponne dans de nombreux secteurs depuis les années 1950 peut-il être expliqué conjointement par les performances du système éducatif et de recherche japonais et par le rôle crucial de l’État en matière de financement et de coordination de l'effort d'innovation. Le même chemin a été emprunté à partir des années 1960-1970 par la Corée du Sud, Singapour, Taïwan et d’autres « dragons » asiatiques, et, plus encore, par la Chine depuis les années 1980.

Innovation, croissance et développement

Le retard accumulé par l'Europe (à l’exception des pays d’Europe du Nord) par rapport aux États-Unis et à la plupart des grands pays asiatiques dans les technologies à l'origine d'une partie significative de la croissance économique depuis le milieu des années 1990 peut être expliqué, au moins en partie, par des rigidités institutionnelles et surtout par le manque de volontarisme des politiques publiques en matière d'enseignement supérieur et de soutien à la recherche et à l'innovation. Ainsi, en pourcentage du P.I.B. en 2010, l'effort total (public et privé) de R&D était de 1,94 p. 100 dans l'Union européenne, contre 2,83 p. 100 aux États-Unis, 3,26 p. 100 au Japon, et 3,74 p. 100 en Corée du Sud. La Chine consacre, quant à elle, 1,76 p. 100 de son P.I.B. à la R&D (soit plus d’un doublement en à peine dix ans), avec un objectif de 2,5 p. 100 à l’horizon de 2020. Les données fournies par les organisations internationales (O.C.D.E., Nations unies, Banque mondiale, Commission eur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur adjoint du département Aménagement de l'École polytechnique de l'université de Tours

Classification

Autres références

«  INNOVATION  » est également traité dans :

INNOVATION, notion d'

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 1 539 mots

Si l'innovation renvoie intuitivement à l'idée de nouveauté, de changement et de progrès, elle constitue, du point de vue de la théorie économique, un phénomène spécifique, multiforme et complexe. Un phénomène spécifique, tout d'abord, car on ne peut parler d'innovation que si le changement est réellement porteur d'une va […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Autofinancement et mobilité du capital »  : […] Si on se situe sur le plan de l'économie globale, il n'est pas rare d'entendre critiquer vivement la place tenue par l'autofinancement dans le financement des investissements : on oppose la situation réelle des économies contemporaines à ce qui se passerait si, tous les profits étant distribués, les investissements étaient financés uniquement par appel à l'épargne et au marché des capitaux. L'une […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Entrepreneurship »  : […] Cette notion est un des éléments clés de l'analyse autrichienne de la dynamique économique. Déjà présente chez Carl Menger et chez Friedrich von Wieser, celle-ci est chez Joseph Aloys Schumpeter à la base de l'analyse de l'évolution économique. Israel Kirzner lui consacre également des développements importants quand il s'intéresse au rôle de l'entrepreneur dans le processus de marché. La notion […] Lire la suite

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Dans le chapitre « Un droit stratégique »  : […] On saisit dès lors le rôle crucial du brevet. Il participe à cette politique de l'innovation qui est le moteur des économies développées dont le Japon a récemment fait formellement sa priorité et vers laquelle se tournent des pays émergents comme l'Inde ou la Chine. Comme l'observait le président de l'Office européen des brevets, M. Pompidou, présentant le rapport de l'office pour 2005 : « Les br […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le capitalisme en débat »  : […] Les travaux pionniers de Karl Marx et de Max Weber n'ont pas laissé indifférents. Au premier, Immanuel Wallerstein ( Le Capitalisme historique , 1983) reproche ainsi de focaliser exclusivement son attention sur quelques pays européens. N'est-ce pas là une faute de raisonnement tant il est vrai que même les espaces dominés par le féodalisme participent aussi du phénomène capitaliste ? Hier comme au […] Lire la suite

CAPITALISME (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « L’émergence d’un nouveau capitalisme mondialisé »  : […] La mondialisation du capitalisme s’est accélérée depuis le dernier quart du xx e  siècle sous l’effet des politiques de libéralisation menées dans la plupart des pays. Orchestrées par les grandes organisations internationales (Fonds monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce), ces politiques cherchent à réduire le rôle des politiques publiques, afin d’accroître le […] Lire la suite

CAPITAL-RISQUE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Universalis
  •  • 457 mots

Véritable levier du dynamisme industriel et économique, le capital-risque traduit bien imparfaitement le concept américain de venture capital  : la version française fait primer la notion de risque sur celle d'aventure. Il s'agit pourtant d'une aventure d'un type nouveau entre un industriel et un financier, associés dans un projet d'entreprise. Le capital-risque est une activité d'intermédiation f […] Lire la suite

CARON FRANÇOIS (1931-2014)

  • Écrit par 
  • Pascal GRISET
  •  • 949 mots

Historien de l’économie, François Caron a profondément renouvelé cette discipline. Né à Hazebrouck (Nord) en 1931, il suit des études supérieures à la Sorbonne et à l’Institut d’études politiques de Paris. Il obtient l’agrégation d’histoire en 1956. Après avoir servi en Algérie, il est nommé professeur au lycée Chaptal à Paris puis devient attaché de recherche au C.N.R.S. Assistant à l’université […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Innovation et changement »  : […] Ainsi, dans la masse indistincte des faits de changement, un peu d'ordre est introduit, dès que l'observateur accepte de les traiter comme des processus. Les énoncés y gagnent non seulement en précision (il s'agit de la manière dont telle technique, tel rite, ou telle pratique s'est enrichie ou appauvrie par l'acquisition ou la perte de tel « trait »), mais aussi en généralité : les mécanismes de […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une croissance fondée sur l’innovation »  : […] Une croissance fondée sur l’innovation nécessite d’abord que les travailleurs chinois aient les compétences adaptées. Certains facteurs sont déjà favorables : un bon nombre d’universités chinoises comptent parmi les meilleures du monde ; et parmi les centaines de milliers d’étudiants chinois qui se forment à l’étranger, notamment aux États-Unis où ils constituent la première nationalité parmi les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-31 octobre 2021 Japon. Élections législatives.

Le Parti japonais de l’innovation (Ishin, droite), en fort progrès, arrive en troisième position avec 14 % des voix et 41 députés.  […] Lire la suite

12-15 janvier 2021 Canada. Remaniement et accusation d'islamisme portée contre un ministre.

Le 12, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie Navdeep Bains annonce son intention de ne pas se présenter aux prochaines élections fédérales pour se consacrer à sa famille. Il est remplacé par le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne. Celui-ci cède son poste au ministre des Transports Marc Garneau, lui-même remplacé par le député Omar Alghabra qui fait son entrée au cabinet. […] Lire la suite

9-13 octobre 2019 Tunisie. Élection de Kaïs Saïed à la présidence de la République.

Kaïs Saïed allie une volonté d’innovation en matière institutionnelle et un conservatisme dans les domaines sociaux et religieux. […] Lire la suite

25-27 mars 2019 France. Accusation de « blackface » portée contre une représentation des Danaïdes.

Le 27, dans un communiqué, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal et le ministre de la Culture Franck Riester « condamnent fermement cette atteinte sans précédent à la liberté d’expression et de création », affirmant que, « en ayant empêché cette pièce d’être jouée au nom d’une idéologie militante, ces perturbateurs font le jeu de la discrimination et de l’exclusion qu’ils prétendent combattre ». […] Lire la suite

26-30 novembre 2017 Honduras. Élection présidentielle au résultat controversé.

Aux élections législatives qui se déroulent le même jour, le Parti national obtient 61 sièges sur 128, le Parti liberté et refondation (Libre) 30, le Parti libéral 26 et le Parti innovation et unité, membre de l’Alliance de l’opposition contre la dictature au côté de Libre, 4. Le 30, le Tribunal suprême électoral, qui avait crédité Salvador Nasralla d’une forte avance le lendemain du scrutin, annonce à présent un taux de 42,6 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Abdelillah HAMDOUCH, « INNOVATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/innovation/