RÉUNION ÎLE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'héritage colonial

Dès le début du xvie siècle, l'île figure sur la carte marine de Cantino sous le nom de Dina Margabin (« île de l'ouest »). Elle apparaît ensuite sur une carte datée de 1518 sous le nom de Santa Apollonia (référence probable à un débarquement le jour de Sainte-Apolline). Mais ce n'est qu'en 1638 que l'équipage du vaisseau dieppois le Saint-Alexis pose pied sur l'île. L'année 1642 marque ainsi la prise de possession, par la France, de l'île qui devient l'île Bourbon. Pendant plus d'un siècle, d'autres débarquements ont lieu (portugais, hollandais, britanniques) et plusieurs noms sont donnés à l'île, dont celui de Mascareignes, qui comprend également Maurice et Rodrigues. Les premiers habitants sont des mutins déportés de Madagascar. Ils arrivent à Bourbon entre 1646 et 1669.

La véritable colonisation commence dans la seconde moitié du xviie siècle, avec la Compagnie française des Indes orientales et les projets de Colbert. L'archipel des Mascareignes devient une escale précieuse sur la route des Indes. Il s'agit alors d'intensifier le commerce et donc de s'implanter. En 1663, Louis Payen et dix esclaves malgaches s'installent sur l'île ; ils sont les premiers habitants à y rester. En 1665, sous la conduite d'Étienne Regnault, envoyé de Colbert qui devient le premier gouverneur de l'île (1665-1671), vingt colons débarquent, suivis de deux cents autres. Le gouverneur devient le personnage central de la colonie, et notamment Bertrand François Mahé, comte de La Bourdonnais, gouverneur de 1735 à 1746. En 1738, ce dernier prend une décision aux conséquences durables − qui soulève, actuellement, le débat sur l'existence ou non de deux départements : il transfère la capitale de Saint-Paul à Saint-Denis. Au regard des richesses potentielles, des espaces et des côtes, l'île Bourbon devient le grenier de la métropole, tandis que l'île de France (actuelle île Maurice) en est le port de guerre et de commerce. À Bourbon, le café connaît alors son âge d'or, même si la monarchie espère beaucoup des épices (girofle, muscade) introduites par l'intendant Pierre Poivre (1719-1786). Les terres à cultiver sont distribuées par des arrêtés royaux aux colons blancs d'origine française. Ces concessions s'étendent, selon l'expression, « du battant des lames au sommet des montagnes ». Cette expansion économique s'accompagne d'un développement du commerce des esclaves. L'édit de décembre 1723, qui s'inspire du Code noir (1685), fait de l'esclave l'équivalent d'un meuble, en ce qu'il ne peut rien posséder en propre, n'a aucune responsabilité civile, le maître répondant de ses actes. La population esclave croît considérablement au cours du xviiie siècle, passant de 268 adultes en 1708, à 4 500 en 1736 et à 23 000 en 1779.

Parallèlement à l'aggravation des conditions de vie des esclaves, la seconde moitié du xviiie et le début du xixe siècle voient l'augmentation de la population, le manque de terres qui en découle et les partages de celles-ci liés aux successions. On assiste ainsi à l'appauvrissement progressif d'une part croissante de la population blanche et aux migrations des « Petits Blancs » (petits propriétaires blancs appauvris) vers les terres des Hauts de l'île.

Pendant la Révolution française, dès juillet 1790, le pouvoir est aux mains de l'Assemblée coloniale dirigée par les planteurs bourbonnais. La Convention décide de rebaptiser, le 19 mars 1793, l'île Bourbon du nom de La Réunion. L'abolition de l'esclavage, décrétée le 16 pluviôse an II (le 4 février 1794), est toutefois refusée par les représentants de l'Assemblée coloniale réunionnaise, en accord avec ceux de l'île de France. En juillet 1796, les deux commissaires du Directoire, chargés de mettre en application le décret, sont renvoyés vers la France. Avec l'ère napoléonienne, La Réunion change une nouvelle fois, mais seulement pour quelques années, de nom et devient l'île Bonaparte. S'ensuit une décennie de guerres avec la Grande-Bretagne entre Rodrigues, l'île de France et l'île Bonaparte. En 1810, quatre mille Anglais débarquent à Saint-Denis, faisant capituler les forces françaises. L'île reprend le nom de Bourbon et devient une possession britannique jusqu'à l'avènement de Louis XVIII et de la Restauration en 1814. L'île est alors rétrocédée à la France.

Au cours du xixe siècle, la col [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Coulée de lave du piton de la Fournaise, île de la Réunion

Coulée de lave du piton de la Fournaise, île de la Réunion
Crédits : M. Lachenal

photographie

La Réunion [France] : carte physique

La Réunion [France] : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Case créole, île de la Réunion

Case créole, île de la Réunion
Crédits : S. Calado

photographie

Cultures des lentilles de Cilaos, île de la Réunion

Cultures des lentilles de Cilaos, île de la Réunion
Crédits : M. Lachenal

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, université de La Réunion
  • : professeur en géographie, doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines, université de La Réunion

Classification

Autres références

«  RÉUNION ÎLE DE LA  » est également traité dans :

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épidémie de chikungunya à la Réunion »  : […] Le chikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae , transmis par les moustiques du genre Aedes . Le virus est présent en Asie et en Afrique, où il circule selon des modalités complexes, avec des successions de cycles enzootiques faisant i […] Lire la suite

CHIKUNGUNYA

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 200 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le vecteur Aedes »  : […] Sans vecteur dans lequel il se multiplie, le virus ne peut être transmis. On ne connaît pas en effet – sauf lors des transfusions sanguines – de transmission non vectorielle du CHIKV. La biologie et la génétique du vecteur, ainsi que la plus ou moins grande capacité du virus à y proliférer, sont essentielles pour comprendre tant la survenue des épidémies que la diffusion de la maladie hors de son […] Lire la suite

PITON DE LA FOURNAISE

  • Écrit par 
  • Andrea DI MURO
  •  • 2 561 mots
  •  • 7 médias

Le piton de la Fournaise (2 632 m) est le volcan le plus récent (530 000 ans) de l'île de La Réunion. L'île de La Réunion est située à environ 800 kilomètres à l'est de Madagascar, par 21 0 5' de latitude sud et 55 0 30' de longitude est, et à 200 kilomètres à l'ouest - sud-ouest de l'île Maurice. Seul volcan actif de l'île, le piton de la Fournaise s'est bâti sur le flanc sud-est d'un volcan plus […] Lire la suite

OUTRE-MER FRANCE D'

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 6 570 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des territoires éparpillés et inégalement peuplés »  : […] Sur les 12 millions de kilomètres carrés de l’empire colonial français de l’entre-deux-guerres, il n’en reste plus que le centième, dispersé dans les trois grands océans et dans les deux hémisphères (cf. carte ). Les trois départements français d’Amérique, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, ainsi que les petites collectivités de Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Saint-Pierre-et-Miquelon r […] Lire la suite

LÉLÉ GRANMOUN (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Un des maîtres du maloya réunionnais. Le maloya, à la fois chant et danse, est une sorte de blues gai au rythme ternaire ; il serait issu d'une musique de tambours accompagnant un rituel funéraire malgache appelé service (« sevis malgas » ou « sevis kabars »). Musique des esclaves puis des exclus, symbole de la culture créole, le maloya est interdit de 1946 à 1962 par les autorités françaises. […] Lire la suite

MASCAREIGNES ARCHIPEL DES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 251 mots

L'archipel des Mascareignes est situé dans l'océan Indien, à l'est de Madagascar ; il était connu des Arabes, mais c'est le navigateur portugais Pedro do Mascarenhas qui le fit connaître à l'Europe dans la première moitié du xvi e siècle. Il groupe l'île de la Réunion ou île Bourbon (55 0 de longitude est et 21 0 de latitude sud), l'île Maurice, autrefois île de France (57 0 35′ de longitude e […] Lire la suite

SAINT-DENIS, La Réunion

  • Écrit par 
  • Guy FONTAINE
  •  • 343 mots
  •  • 1 média

Saint-Denis, la plus grande ville de l'outre-mer français, avec 146 489 habitants (2013) sur 3 500 hectares, est aussi la capitale de l'île de La Réunion (chef-lieu du département) et une « capitale régionale » du fait de son fort pouvoir de commandement sur l'ensemble des agglomérations. Située au nord de l'île, sur un cône de déjection inondable entre deux rivières au débit capricieux, entourée […] Lire la suite

SISMICITÉ EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Frédéric MASSON
  •  • 7 363 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La Réunion et Mayotte »  : […] La Réunion, avec un « risque faible » (zone de sismicité 2), n’est pas localisée à la frontière d’une plaque tectonique, mais en plein milieu de la plaque africaine, donc logiquement dans une zone de faible sismicité. Les séismes de la Réunion sont principalement d’origine volcanique, donc relativement superficiels. Mais il en existe aussi qui sont plus profonds. Depuis la première occupation de c […] Lire la suite

TAAF (Terres australes et antarctiques françaises)

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 758 mots

Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) constituent un territoire d’outre-mer (TOM) depuis 1955, le législateur ayant alors détaché de Madagascar les îles du sud de l’océan Indien. Aujourd’hui, il s’agit d’une collectivité d’outre-mer (COM) et simultanément d’une administration d’État sise à Saint-Pierre de La Réunion, placée sous l’autorité d’un préfet. Sans élus ni population per […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-27 décembre 2021 France. Annonce de la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal.

L’état d’urgence sanitaire est instauré à La Réunion et prolongé à la Martinique. […] Lire la suite

14-30 novembre 2021 France. Mouvement contre l'obligation vaccinale à la Guadeloupe.

Il annonce l’envoi d’un renfort de gendarmerie sur l’île. Le 30, il se rend en Martinique où des discussions avec les syndicats locaux se déroulent dans un climat plus apaisé.  […] Lire la suite

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

La France insoumise (LFI) ne peut se maintenir au second tour qu’en Île-de-France. Les élections départementales qui se tiennent le même jour suscitent un taux d’abstention similaire à celui des régionales et accordent comme celles-ci une prime aux sortants. De nombreux dysfonctionnements marquent la distribution aux électeurs des professions de foi et des bulletins de vote, confiée à La Poste et, pour la première fois, à une entreprise privée, Adrexo. […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le Grand Est et l’Île-de-France sont les régions les plus touchées. Le 13, Édouard Philippe annonce l’interdiction des rassemblements de plus de cent personnes. Le 14, le gouvernement enclenche la phase 3 du plan Orsan (Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) qui vise à limiter les effets de la pandémie, alors que le virus circule à présent sur l’ensemble du territoire. […] Lire la suite

22-25 octobre 2019 France. Visite du président Emmanuel Macron à Mayotte et à La Réunion.

Du 23 au 25, à La Réunion, Emmanuel Macron participe à un forum économique réunissant entrepreneurs et investisseurs de l’océan Indien, et annonce un plan d’action pour l’emploi de quelque 700 millions d’euros sur trois ans — le taux de chômage dans l’île est de 24 p.100.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yvan COMBEAU, Guy FONTAINE, « RÉUNION ÎLE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-de-la-reunion/