RÉUNION ÎLE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Coulée de lave du piton de la Fournaise, île de la Réunion

Coulée de lave du piton de la Fournaise, île de la Réunion
Crédits : M. Lachenal

photographie

La Réunion [France] : carte physique

La Réunion [France] : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Case créole, île de la Réunion

Case créole, île de la Réunion
Crédits : S. Calado

photographie

Cultures des lentilles de Cilaos, île de la Réunion

Cultures des lentilles de Cilaos, île de la Réunion
Crédits : M. Lachenal

photographie


D.R.O.M. et région ultrapériphérique

En 1982, la loi de décentralisation crée, à côté du Conseil général, le Conseil régional. Cette réforme augmente la marge de manœuvre des exécutifs locaux. Elle reçoit l'appui des socialistes, du P.C.R., mais aussi d'une partie de la droite favorable à la régionalisation. La Réunion prend également sa place, en 1992, dans l'ensemble des régions ultrapériphériques de l'Europe et bénéficie dès lors d'importants crédits de la part de l'Union européenne (U.E.). Le traité d'Amsterdam du 2 octobre 1997 donne à ces régions des crédits spécifiques pour leur développement économique. L'U.E. reconnaît ainsi leurs particularités et la nécessité de compenser des handicaps structurels liés à leur éloignement géographique. La Réunion conjugue, enfin, une troisième dimension. Dans l'environnement du sud-ouest de l'océan Indien, elle mène une politique de coopération et de co-développement avec Madagascar, Maurice, les Seychelles et les Comores, réunies au sein de la Commission de l'océan Indien (C.O.I., créée en 1984). La Réunion y occupe une position originale, voix de la France et de l'Europe.

Dans le cadre de ce triple rattachement (Océan Indien-France-Europe), l'île connaît une phase de stabilité politique. Signe de son nouveau visage, 2006 a été l'année de la commémoration des soixante ans du département, mais aussi de la reconnaissance et de l'acceptation des potentialités de la départementalisation. Dans ce contexte, la vie politique réunionnaise repose sur deux piliers : le Conseil général, qui s'appuie sur une majorité de droite (U.M.P., avec Nassimah Dindar comme présidente depuis avril 2004), et le Conseil régional (présidé par Paul Vergès depuis 1998) dont la majorité repose sur l'Alliance (coalition regroupant le P.C.R. et plusieurs formations de gauche).

Au début du xxie siècle, entre défis et enjeux, l'île de La Réunion doit faire face aux problèmes sociaux (avec un taux de chômage de 24,5 p. 100 en 2008), aux questions de son développement (agricul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, université de La Réunion
  • : professeur en géographie, doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines, université de La Réunion

Classification


Autres références

«  RÉUNION ÎLE DE LA  » est également traité dans :

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épidémie de chikungunya à la Réunion »  : […] Le chikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae , transmis par les moustiques du genre Aedes . Le virus est présent en Asie et en Afrique, où il circule selon des modalités complexes, avec des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbovirus/#i_38259

CHIKUNGUNYA

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 199 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le vecteur Aedes »  : […] Sans vecteur dans lequel il se multiplie, le virus ne peut être transmis. On ne connaît pas en effet – sauf lors des transfusions sanguines – de transmission non vectorielle du CHIKV. La biologie et la génétique du vecteur, ainsi que la plus ou moins grande capacité du virus à y proliférer, sont essentielles pour comprendre tant la survenue des épidémies que la diffusion de la maladie hors de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chikungunya/#i_38259

PITON DE LA FOURNAISE

  • Écrit par 
  • Andrea DI MURO
  •  • 2 558 mots
  •  • 7 médias

Le piton de la Fournaise (2 632 m) est le volcan le plus récent (530 000 ans) de l'île de La Réunion. L'île de La Réunion est située à environ 800 kilomètres à l'est de Madagascar, par 21 0 5' de latitude sud et 55 0 30' de longitude est, et à 200 kilomètres à l'ouest - sud-ouest de l'île Maurice. Seul volcan actif de l'île, le piton de la Fournais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piton-de-la-fournaise/#i_38259

OUTRE-MER FRANCE D'

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 6 567 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des territoires éparpillés et inégalement peuplés »  : […] Sur les 12 millions de kilomètres carrés de l’empire colonial français de l’entre-deux-guerres, il n’en reste plus que le centième, dispersé dans les trois grands océans et dans les deux hémisphères (cf. carte ). Les trois départements français d’Amérique, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, ainsi que les petites collectivités de Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Saint-Pierre-et-Miquelon r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/outre-mer-france-d/#i_38259

LÉLÉ GRANMOUN (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Un des maîtres du maloya réunionnais. Le maloya, à la fois chant et danse, est une sorte de blues gai au rythme ternaire ; il serait issu d'une musique de tambours accompagnant un rituel funéraire malgache appelé service (« sevis malgas » ou « sevis kabars »). Musique des esclaves puis des exclus, symbole de la culture créole, le maloya est interdit de 1946 à 1962 par les autorités françaises. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granmoun-lele/#i_38259

MASCAREIGNES ARCHIPEL DES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 251 mots

L'archipel des Mascareignes est situé dans l'océan Indien, à l'est de Madagascar ; il était connu des Arabes, mais c'est le navigateur portugais Pedro do Mascarenhas qui le fit connaître à l'Europe dans la première moitié du xvi e siècle. Il groupe l'île de la Réunion ou île Bourbon (55 0 de longitude est et 21 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archipel-des-mascareignes/#i_38259

SAINT-DENIS, La Réunion

  • Écrit par 
  • Guy FONTAINE
  •  • 343 mots
  •  • 1 média

Saint-Denis, la plus grande ville de l'outre-mer français, avec 146 489 habitants (2013) sur 3 500 hectares, est aussi la capitale de l'île de La Réunion (chef-lieu du département) et une « capitale régionale » du fait de son fort pouvoir de commandement sur l'ensemble des agglomérations. Située au nord de l'île, sur un cône de déjection inondable entre deux rivières au débit capricieux, entourée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-denis-la-reunion/#i_38259

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvan COMBEAU, Guy FONTAINE, « RÉUNION ÎLE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-de-la-reunion/