IGNACE D'ANTIOCHE saint (mort entre 100 et 117)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième successeur de Pierre comme évêque d'Antioche, selon une liste communiquée par Eusèbe de Césarée, Ignace ne nous est guère connu que par ses lettres qui ont été conservées ; celles-ci ont d'ailleurs été transmises dans des recensions de différentes longueurs ; la grande majorité des critiques s'accorde aujourd'hui à estimer authentique la recension dite moyenne. À l'occasion d'une persécution qui se situe sous le règne de Trajan sans qu'on puisse fixer une date plus précise, l'évêque d'Antioche est condamné à être livré aux bêtes à Rome. Avec d'autres condamnés, il y est conduit sous bonne escorte. Sur le chemin, d'étape en étape il reçoit la visite d'envoyés d'autres Églises ; il écrit à ces Églises, à celles des villes où il s'est arrêté, à saint Polycarpe, évêque de Smyrne, aux chrétiens de Rome, enfin, qu'il va rejoindre.

Il n'est sans doute pas exagéré de dire que, après les textes du Nouveau Testament, les lettres d'Ignace représentent, pour l'ecclésiologie, le dogme et la spiritualité, le document le plus important qui nous soit parvenu sur les origines chrétiennes au tout début du iie siècle. Le chef d'Église y exprime avec autant d'autorité que d'insistance son souci, presque son obsession, de l'unité à garder pour chaque Église autour de son évêque et pour toutes les Églises entre elles. Le gardien du mystère de Jésus-Christ y multiplie les mises en garde contre les interprétations docétistes et les tentations gnostiques. Le mystique y libère son désir du martyre, en des termes qui appellent la comparaison avec les confidences les plus personnelles et les plus brûlantes de saint Paul.

À une différence près, toutefois : Ignace appartient déjà à la nouvelle génération chrétienne pour laquelle l'espoir du retour triomphal de Jésus a perdu, bon gré mal gré, son caractère d'urgence immédiate. « L'accent n'est plus placé ici sur l'attente collective de la parousie, mais sur la libération de l'homme par la mort et l'union au Christ » (Hamann, Lettres chrétiennes, no 2 ; L'Empire et la Croix, 1957). Immergé dans la longue durée d'une histoire humaine que le salut messianique commande mais n'abrège pas, Ignace doit s'accorder, sur deux registres différents (bien que non incompatibles), aux perspectives communautaires de l'homme d'Église et à l'aspiration individuelle de l'accomplissement par l'anéantissement, qui se confond pour lui avec la mort et le martyre.

« Rien de ce qui se voit n'est beau ; même notre Dieu, Jésus-Christ, ne s'est jamais mieux manifesté que depuis qu'il est retourné au sein du Père », écrit Ignace. Manifestation, épiphanie du « Verbe de Dieu sorti du silence », qui semble une réponse à l'impatience millénariste. En attendant ce jour, qui tarde tant, et auquel il est prudent de ne pas songer trop ardemment, où l'Agneau reviendra célébrer ses noces avec la Jérusalem nouvelle, la spiritualité d'Ignace est de se mettre en route pour le rejoindre par le silence et la mort : « Celui qui comprend véritablement la parole de Jésus, celui-là peut entendre son silence même ; c'est alors qu'il sera parfait ; il agira par sa parole et se manifestera par son silence. » D'où la crainte qu'éprouve Ignace en apprenant que les chrétiens de Rome agissent pour tenter de le soustraire au martyre et la lettre brûlante qu'il leur écrit pour les supplier de n'en rien faire : « Votre silence fera de moi une parole de Dieu ; mais si vous aimez trop ma chair, je ne serai plus qu'une voix ordinaire [...]. Il est beau de me coucher pour me lever en Dieu [...]. C'est quand le monde ne verra même plus mon corps que je serai un véritable disciple de Jésus-Christ. »

Et l'hymne enthousiaste au martyre qu'entonne Ignace dans cette lettre ne prend son sens que comme aboutissement d'une ascèse et d'une mystique. Réfléchissant les lignes de saint Paul et de l'Évangile johannique en réfractant celles de l'Apocalypse, c'est au sein d'un monde qui n'en finit pas de passer que le chrétien se fraye désormais, pour des générations et des siècles, la voie de la Croix : « Laissez-moi arriver à la lumière pure : c'est alors que je serai vraiment homme. Permettez-moi d'imiter la Passion de mon Dieu. Si quelqu'un possède [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IGNACE D'ANTIOCHE saint (mort entre 100 et 117)  » est également traité dans :

ANTIOCHE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 2 585 mots

Dans le chapitre « Antioche chrétienne »  : […] Antioche fut évangélisée d'abord par des chrétiens de Jérusalem dispersés par la persécution qui suivit la mort d'Étienne (Actes des Apôtres, xi , 19-20) . Paul et Barnabé y séjournèrent toute une année (env. 43). C'est à Antioche que les disciples reçurent pour la première fois le nom de chrétiens (Actes, xi , 26) , vraisemblablement un sobriquet dont les affublèrent les païens. Antioche est le p […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'organisation de la communion chrétienne »  : […] « Là où est le Christ, là est l'Église catholique  », écrit Ignace d'Antioche († env. 107), qui le premier veut expliquer par ce mot l'universalité du salut. Cette unique Église se réalise en chaque cité dans la communion de charité fraternelle qui unit les croyants entre eux autour de l' évêque , que les lettres d'Ignace d'Antioche considèrent comme le chef de toute communauté chrétienne. Reconnu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « IGNACE D'ANTIOCHE saint (mort entre 100 et 117) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-d-antioche/