Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IDENTIFICATION

Le problème topologique de la seconde topique

Inaugurée avec le rêve sur l'analyse du symptôme, l'analyse de l'identification trouve donc au niveau de l'angoisse son principe. Mais de là résulte que la première topique, élaborée en vue de l'analyse du refoulement, doit se trouver elle-même subordonnée, dans la représentation du processus d'identification, aux formes de construction de la seconde topique. Plus précisément, les rapports d'ordre assignés par le septième chapitre de L'Interprétation des rêves entre les instances psychiques dont relèvent les premières interprétations de l'identification hystérique ont à être affinés pour répondre aux exigences de la théorie de l'angoisse et de la liaison identificatoire qui en est solidaire.

Envisagé de ce point de vue, l'apport de Jacques Lacan s'est développé en trois directions : l'élaboration de la théorie du signifiant ; la mise en évidence des catégories propres à soutenir la construction de la seconde topique ; l'esquisse d'une représentation topologique des rapports d'ordre qui y sont impliqués. Dans le premier de ces registres, le « trait » identificatoire trouve son statut en tant que « trait unaire », marque originaire de différenciation et matrice du comptage répétitif ; dans le deuxième, intervient la « catégorisation » des moments d'exclusion constituants du sujet ; dans le dernier, s'est développée la contribution de la topologie des surfaces à la représentation du sujet psychanalytique. Une telle tentative s'inscrit donc dans le droit fil de la pensée freudienne, en ce sens que la représentation « spatiale » de l'appareil psychique inaugurée par la première topique exigeait d'être remaniée en réponse aux exigences de la seconde topique et notamment à l'exigence d'une construction des moments d'exclusion que celle-ci comporte. Ainsi, de même que la figuration spatiale de L'Interprétation des rêves consacrait la critique de la représentation euclidienne dans son application aux instances impliquées par le refoulement hystérique – objet propre, nous dit Freud, de ce premier temps d'élaboration de la psychanalyse –, de même la topologie des surfaces consacre-t-elle la critique de cette figuration dans une construction généralisée, propre à recouvrir la problématique issue de l'analyse des psychoses et les incidences, dans la théorie de l'identification, de la scission subjective.

— Pierre KAUFMANN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACTEUR

    • Écrit par Dominique PAQUET
    • 6 815 mots
    • 2 médias
    ...de menace, être avec moi frappés de stupeur en m'entendant. » Outre les informations que nous donne Platon sur un véritable processus d' identification émotionnelle de l'acteur tragique au personnage, il apparaît que cette émotion entraîne dans sa houle le théâtre tout entier. Car,...
  • AUTRE, psychanalyse

    • Écrit par Alexandre ABENSOUR
    • 1 306 mots

    Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ?

    La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle...

  • BION WILFRED R. (1897-1979)

    • Écrit par Émile JALLEY
    • 4 827 mots
    ...personnalité non psychotique et ceux de la personnalité psychotique tient au fonctionnement – normal ou, au contraire, pathologique – du mécanisme de l' identification projective. Décrit d'abord par Melanie Klein, ce dernier, qui fonctionne dès les premiers mois de la vie, consiste, sur le plan fantasmatique,...
  • CASTRATION, psychanalyse

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 697 mots

    Bien que la hantise de la castration ait laissé son empreinte sur la Traumdeutung (L'Interprétation des rêves), la notion n'en a été dégagée par Freud qu'à une époque tardive, dans le contexte initial de l'homosexualité et de la phobie infantile. S'agit-il d'abord...

  • Afficher les 38 références

Voir aussi