CONTINU HYPOTHÈSE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Invariance par forcing

Tous les fragments de l'univers des ensembles ne sont pas sensibles à l'action du forcing. Ainsi, les propriétés de (ℕ, +, ×), c'est-à-dire l'arithmétique des nombres entiers naturels, sont invariantes : si ϕ est un énoncé portant sur (ℕ, +, ×) vrai dans un modèle (M, E), alors ϕ reste vrai dans toute extension par forcing de (M, E). Cette invariance explique le caractère empiriquement complet du système ZFC pour cette arithmétique : même si le théorème d'incomplétude de Gödel implique l'existence d'énoncés d'arithmétique ni prouvables ni réfutables à partir de ZFC, ce phénomène n'introduit que peu de limitations, et c'est ce qui rend le cadre ZFC suffisant en pratique.

L'hypothèse du continu n'est pas un énoncé d'arithmétique, et elle est sensible à l'action du forcing. Le critère proposé par Woodin pour orienter la recherche d'axiomes nouveaux est de tenter de retrouver pour des fragments plus vastes de l'univers des ensembles la situation d'invariance par forcing et de complétude empirique fournie par ZFC pour l'arithmétique. On dira qu'un système tel que ZFC, ou ZFC complété de nouveaux axiomes A, est une solution pour un fragment H de l'univers des ensembles, si, dans tout modèle de ZFC+A, les propriétés de H sont invariantes par forcing.

Avec ces définitions, ZFC est donc une solution pour l'arithmétique des nombres entiers naturels. D'une façon générale, ZFC+A est une solution pour H si A neutralise l'action du forcing au niveau de H, ou encore gèle les propriétés de H par rapport à un forcing qu'on peut imaginer comme une sorte d'agitation thermique rendant floue notre perception des ensembles.

Supposons qu'un énoncé ϕ porte sur un fragment H, et que ni ϕ, ni ¬ϕ ne soit prouvable à partir de ZFC. Nous dirons que ϕ est essentiellement vrai s'il existe au moins une solution pour H, et si, en outre, toute solution pour H implique ϕ. Autrement dit, on déclare ϕ essentiellement vrai s'il existe au moins une façon de neutraliser le forcing au niveau de H (ce n'est pas évident) et si, quelle que soit la façon de le faire, on obtient toujours ϕ [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Caen et à l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  CONTINU HYPOTHÈSE DU  » est également traité dans :

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’invention du transfini »  : […] Dans une suite de mémoires publiés de 1878 et à 1891, Cantor généralise à l’infiniment grand la notion de nombre entier fini et construit une arithmétique dont les règles spécifiques diffèrent partiellement de celles des nombres finis. Le premier acte en est l’affirmation fondamentale qu’il y a « après le fini, un transfini […], c’est-à-dire une échelle illimitée de modes déterminés qui par nature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-cantor/#i_32233

COHEN PAUL JOSEPH (1934-2007)

  • Écrit par 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 154 mots

Mathématicien et logicien américain, Paul Joseph Cohen est né le 2 avril 1934 à Long Branch (New Jersey) et mort le 23 mars 2007 à Stanford (Californie). En 1963, Cohen a découvert une nouvelle construction de modèles, appelée forcing, qui joue désormais un rôle fondamental dans la théorie des ensembles et dans la théorie des modèles ; et il a construit des modèles de la théorie des ensembles (sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-joseph-cohen/#i_32233

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Continu et théorie des fondements »  : […] Du double aspect du mystère du continu et du discret, la logique et la théorie des ensembles, en première approche, ne retiennent que celui qui est lié au problème de l'infini en général : le problème du continu y est envisagé comme problème du « nombre transfini » associé à l'objet de l'analyse réelle. On se contentera ici de mentionner le théorème de Lowenheim-Skolem et le résultat de Cohen au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_32233

GÖDEL KURT (1906-1978)

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 2 293 mots

Dans le chapitre « L'œuvre »  : […] Les travaux de Gödel ont été exposés et situés dans leur contexte mathématique et épistémologique (cf. logique mathématique , hilbert , fondements des mathématiques et problèmes de hilbert ). Aussi nous contenterons-nous ici d'un bref aperçu. Le premier grand résultat est celui de la complétud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-godel/#i_32233

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 1 : hypothèse du continu »  : […] Cantor ayant démontré que le cardinal de l'ensemble des réels R excède celui de l'ensemble des entiers N , la question se pose de savoir si entre ℵ 0 (cardinal de N ) et 2 0 (cardinal de R , dont on voit facilement qu'il égale celui de l'ensemble des parties de N ) il existe un cardinal intermédiaire. Autrement dit, est-il possible qu'un sous-ensemble infini de R ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_32233

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « La puissance d'un ensemble »  : […] La définition du concept de puissance n'offre pas de difficultés pour qui dispose du concept d'application biunivoque. On dira que deux ensembles (et, à l'origine, Cantor raisonne dans le domaine de l'analyse, c'est-à-dire sur des ensembles de points) ont même puissance s'il est possible de définir, des éléments de l'un vers les éléments de l'autre, une application biunivoque. Le concept de puiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_32233

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Rôle des nombres réels »  : […] Dans la vie quotidienne, l'ensemble R des nombres réels est le modèle auquel se rapporte toute mesure : une mesure par rapport à une unité de mesure choisie se traduit par un nombre réel. Du point de vue mathématique, l'intérêt de l'ensemble des nombres réels est sa richesse, par profusion de structures imbriquées. Depuis la fin du xix e  siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_32233

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DEHORNOY, « CONTINU HYPOTHÈSE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-du-continu/