HORTICULTURE ORNEMENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Floriculture

Techniques culturales

Concurremment aux cultures de plein air, soumises aux incidences du climat, beaucoup de cultures florales se font actuellement en serres, abris coûteux qu'il est nécessaire d'exploiter pendant la plus grande partie de l'année afin d'en tirer profit.

Pour le forçage des rosiers, les serres peuvent atteindre 15 mètres de largeur et dépasser 100 mètres de longueur. L'automatisation permet d'obtenir la régulation de la température (à 1 0C près) et de l'aération. Le contrôle hygrométrique, quoique moins aisé, est réalisé dans les cultures de rosiers, d'œillets, par un rideau de fibres de bois humidifiées constituant l'un des piédroits de la serre (cooling system).

Il est possible d'appliquer efficacement dans ces abris les données de photopériodisme : le régime de jour long (obtenu par l'utilisation de lampes à incandescence) permet de retarder très efficacement l'épanouissement des espèces de jour court (chrysanthèmes, bégonias) ; au contraire, le régime du jour court, facile à réaliser avec des toiles noires (occultation), permet de déterminer rigoureusement leur floraison.

D'une manière générale, on cherche à étaler la période de floraison pour couvrir à peu près tous les mois de l'année, chose aisée pour les chrysanthèmes, les bégonias à floraison hivernale, le Poinsettia pulcherrima ou les Kalenchoe hybrides qui répondent très docilement aux impératifs du photopériodisme. L'utilisation de plusieurs produits « retardants », combinée avec un régime alterné de jours longs et de jours courts, fait fleurir les azalées de l'Inde à l'époque souhaitée, et une meilleure connaissance de l'écologie d'autres espèces ornementales et de leurs cultivars permet d'arriver à des résultats très comparables.

Sous le terme de « forçage », les horticulteurs englobent un certain nombre de techniques visant à obtenir des plantes fleuries et feuillées bien avant leur période ordinaire d'épanouissement.

Le forçage proprement dit a lieu après un temps d'arrêt plus ou moins marqué de la végétation, la dormance ; celle-ci ayant pris fin naturellement ou à la suite d'un traitement, il devient possible de faire fleurir ou feuiller des plantes dans une enceinte humide et tiède. C'est ainsi qu'à partir du mois de novembre et pendant tout l'hiver sont forcés un certain nombre d'arbustes (azalées, hortensias, rosiers élevés en pots), différentes plantes bulbeuses (jacinthes, tulipes, narcisses, lis...) et quelques rares espèces vivaces comme les Astilbe ou les Hosta. Par contre, la floraison des mimosas ne constitue pas réellement un forçage, puisqu'il s'agit de provoquer l'éclosion des glomérules déjà prêts à s'épanouir ; il en est de même de celle du cyclamen, dont le séjour hivernal en serre, vers 10 à 12 0C, a pour seul but de protéger les fleurs délicates. Plusieurs variétés d'azalées, offertes sur le marché en automne sous le nom de « plantes forcées », ne doivent leur précocité qu'à leurs caractères propres ; diverses variétés d'hortensias et de lis acceptent soit un régime de forçage hâtif, soit au contraire un retard appréciable de floraison.

Les techniques du forçage proprement dit ne sont guère susceptibles de perfectionnements notables : on cherche seulement à tirer un meilleur parti de l'ambiance qui règne dans la serre à forcer en contrôlant la température d'une manière plus précise, en utilisant éventuellement les ressources de l'éclairage d'appoint ou en élevant le taux de gaz carbonique de l'atmosphère. Par contre, la « préparation » des plantes elles-mêmes, avant leur séjour en serre, les traitements thermiques appliqués aux bulbes offrent bien d'autres possibilités (cf. dormance, photopériodisme, rythmes biologiques, vernalisation). Pendant les dernières semaines de leur entreposage, certaines variétés de tulipes supportent une température de 5 0C, tandis que les rhizomes de muguet, entièrement congelés, séjournent sans inconvénient, pendant des mois, dans une chambre froide maintenue à − 2 0C ; les rameaux de Forsythia, coupés en automne, sont placés à − 2 0C pendant cinq semaines, avant de fleurir rapidement en serre chauffée.

Après avoir étudié l'organisation des principaux bulbes printaniers et noté les modifications de l'organogenèse florale sous l'influence de la température, le physiologiste hollandais Blaauw mit au point des méthodes rénovant entièrement les pratiques s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Horticulture : greffage

Horticulture : greffage
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Plantes ornementales

Plantes ornementales
Crédits : Richard A Cooke III/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure d'horticulture de Versailles

Classification

Autres références

«  HORTICULTURE ORNEMENTALE  » est également traité dans :

DELBARD GEORGES (1906-1999)

  • Écrit par 
  • Michel COINTAT
  •  • 572 mots

Rosiériste et arboriculteur français. Né le 20 mai 1906 à Malicorne dans l'Allier, Georges Delbard ne rêve que de jardins, d'arbres et de fleurs. Il a à peine dépassé l'âge de raison qu'il s'amuse déjà à greffer l'églantier. Pour lui, le jardin représente un monde enchanté. Après son certificat d'études, il est embauché en 1922 comme simple ouvrier aux forges de Commentry. En 1929, à vingt-deux an […] Lire la suite

GYMNOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 008 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Usages des Gymnospermes »  : […] Les utilisations des Gymnospermes sont liées principalement à l’exploitation du bois pour la construction ou le mobilier (pin, sapin, cèdre ou encore séquoia), ainsi qu’à leur utilisation comme arbres ou arbustes d’ornement dans les villes ( Cycas , Ginkgo ), les jardins ( Thuja , Chamaecyparis , if). Certaines espèces présentent une forte valeur symbolique, comme l’épicéa, sapin de noël traditio […] Lire la suite

HAARLEM

  • Écrit par 
  • Claude MOINDROT
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Le site de Haarlem (population de 147 000 hab. en 2002) rappelle celui de La Haye, au pied du cordon dunaire qui longe la côte de la mer du Nord, mais du côté interne, boisé et abrité des vents du large. Dès le xi e siècle, Haarlem est une des résidences de chasse préférées des comtes de Hollande. Son caractère distingué ne s'est pas démenti depuis lors ; la beauté du site et la proximité d'Amste […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 140 mots
  •  • 12 médias

Étymologiquement, un jardin est un enclos, un endroit réservé par l'homme, où la nature (les plantes, les eaux, les animaux) est disposée de façon à servir au plaisir de l'homme. La nature dans sa totalité, et non, au moins en droit, une partie d'elle-même : le jardin a l'ambition d'être une image du monde ; il fait servir à ses fins la lumière du ciel, la fraîcheur de l'eau, la fécondité de la t […] Lire la suite

JARDINS - Les Français et leurs jardins

  • Écrit par 
  • Françoise DUBOST
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le jardin pavillonnaire »  : […] Soixante pour-cent des Français disposent d'un jardin. C'est l'effet du développement massif de la maison individuelle dans les communes périurbaines comme dans les communes rurales pendant ces dernières décennies. Qu'il s'agisse de maisons anciennes ou de constructions neuves, de ville ou de village, le jardin s'est mis à l'unisson : le style pavillonnaire est devenu la norme. Y compris chez les […] Lire la suite

LYCOPHYTES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 425 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Usages des Lycophytes »  : […] Les Lycophytes ont été utilisées par le passé à des fins médicinales, pyrotechniques et décoratives. Ces plantes trouvent encore de nos jours quelques applications. De nombreuses espèces entrent localement dans la formulation de remèdes ou tisanes, en raison de diverses vertus supposées (diurétique, antirhumatismale, antidiarrhéique…). Si ces propriétés n’ont pas été étudiées scientifiquement, on […] Lire la suite

ORCHIDALES

  • Écrit par 
  • Marcel LECOUFLE, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 4 901 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La température »  : […] Les orchidées exotiques se trouvent à toutes les altitudes de 0 à 4 000 mètres, en zones tropicale et subtropicale. Leur culture nécessite des normes de températures correspondant à celles de leurs sites d'origine. Conventionnellement, les températures de base ont été classées en trois catégories dites de serre froide, de serre tempérée et de serre chaude . La serre froide convient aux Cymbidium , […] Lire la suite

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 779 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Plantes ornementales »  : […] Les plantes ornementales présentent un intérêt esthétique du fait de leur feuillage, de leurs fleurs ou leurs fruits. Comme les plantes cultivées, elles sont souvent le résultat d’une sélection intensive. Pour la conception et l’entretien des parcs, espaces verts et jardins, les paysagistes et jardiniers amateurs utilisent des plantes précises selon l’effet décoratif souhaité. Par exemple, le buis […] Lire la suite

PROTÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DEMOLY
  •  • 2 367 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Utilisations »  : […] Certaines Protéacées sont depuis quelques années bien connues pour les fleurs coupées de quelques espèces exportées par l'Afrique du Sud (appartenant aux genres Protea et Leucadendron ) ou par l'Australie ( Grevillea , Banksia , Hakea ). Des hybrides artificiels entre espèces du genre Grevillea , résistent mieux au gel ( Lomatia exceptées) et se répandent en horticulture. Des fleurs de Protéacée […] Lire la suite

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Incidence économique »  : […] Les virus sont, après les champignons, les agents pathogènes les plus néfastes, sur le plan économique, pour les plantes cultivées. Les dommages directs et indirects imputables aux viroses prennent généralement en compte les effets des infections virales (réduction de la croissance des cultures, de leur vigueur, de leur qualité et de leur valeur économique) et le coût des programmes de prévention […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert BOSSARD, « HORTICULTURE ORNEMENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/horticulture-ornementale/