PHOTOPÉRIODISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photopériodisme, qui traduit l'influence de la durée du jour et de la nuit sur diverses réactions physiologiques, est un phénomène important, répandu aussi bien dans le monde animal que dans le monde végétal. La diapause des insectes et l'activité hormonale des oiseaux chez les animaux (cf. insectes, reproduction), de même que la floraison, la tubérisation, la chute des feuilles ainsi que la dormance des bourgeons des végétaux, dépendent de la durée de l'éclairement.

La découverte du photopériodisme remonte à 1912, lorsque J. Tournois montra que le chanvre et le houblon fleurissent mieux si la durée du jour est courte. Puis, en 1920, W. Garner et H. Allard aux États-Unis établissent plus précisément les bases du photopériodisme en montrant que le tabac (Nicotiana tabacum Maryland Mammoth) ne fleurit qu'en journée courte. Ces mêmes auteurs démontrent l'effet d'un éclairement faible de lumière blanche (quelques dizaines de lux) donné au cours de la nuit pour empêcher la floraison du soja.

Le photopériodisme apparaît comme un « remarquable processus régulateur de la floraison » et a reçu de ce fait diverses applications en horticulture (P. Chouard).

Besoins des plantes en lumière

De nombreuses observations écologiques et physiologiques ont permis de classer les plantes en trois groupes selon la quantité de lumière nécessaire à leur floraison : les plantes de jour long ou héméropériodiques ; les plantes de jour court ou nyctipériodiques ; les plantes indifférentes au photopériodisme.

Vis-à-vis du photopériodisme de jour long ou de jour court, les plantes peuvent avoir des exigences absolues ou être seulement préférentes.

Sensibilité des plantes

Dessin : Sensibilité des plantes

Dessin

Sensibilité au photopériodisme de diverses plantes permettant de définir des espèces héméropériodiques absolues ou préférantes et des espèces nyctipériodiques absolues ou préférantes (d'après P. Chouard) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les plantes héméropériodiques ou nyctipériodiques absolues demandent respectivement des durées quotidiennes d'éclairement ou d'obscurité au-dessous desquelles elles ne fleurissent pas (P. Chouard) ; on définit ainsi des héméropériodes critiques et des nyctipériodes critiques.

Il est important de souligner que, si un éclairement faible suffit à assurer une réponse photopér [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Sensibilité des plantes

Sensibilité des plantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Cycles de lumière et d'obscurité

Cycles de lumière et d'obscurité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Écrit par :

  • : sous-directeur d'institut de recherche au C.N.R.S., sous-directeur du laboratoire du phytotron à Gif-sur-Yvette

Classification

Autres références

«  PHOTOPÉRIODISME  » est également traité dans :

PHOTOPÉRIODISME, en bref

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 216 mots

Les Américains Wightman W. Garner et Harry A. Allard montrent, en 1920, que la floraison d'une variété de tabac (Maryland Mammoth) dépend de la durée de l'éclairement journalier (photopériode). Ils nomment ce phénomène photopériodisme. En multipliant leurs travaux, ils répartissent les plantes en fonction de la […] Lire la suite

PHOTOPÉRIODISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 393 mots

1912 J. Tournois observe que la floraison du chanvre et du houblon est plus précoce quand on diminue la durée de l'éclairement journalier.1918 G. Gasner montre que les céréales d'hiver ont besoin d'un traitement par le froid pour fleurir (vernalisation), alors que celui-ci n'est pas nécessaire pour les céréa […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rythme circannuel »  : […] La plupart des animaux suivent aussi des rythmes dits circannuels, c'est-à-dire revenant avec une périodicité annuelle. Beaucoup de comportements liés à la reproduction sont saisonniers : dans l'hémisphère Nord, les oiseaux se reproduisent au printemps, les cerfs brament à l'automne. Dans les deux cas, ces comportements permettent l'éclosion ou la naissance des petits au printemps, saison la plu […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rythmes »  : […] Une certaine rythmicité est imposée par les conditions externes : la croissance est plus importante au printemps et en été que pendant les saisons froides. Cette alternance dans les taux de croissance se retrouve dans la structure des tissus des végétaux ligneux ; le bois « de printemps » a des vaisseaux ligneux larges, alors que ces mêmes vaisseaux sont très étroits dans le bois formé à l'autom […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Passage au stade floral »  : […] Les plantes ne possédant pas de lignée germinale, leur reproduction sexuée ne s'inscrit pas dans le développement embryonnaire. La première manifestation décelable est l'apparition de la fleur, qui est la conséquence d'une modification du programme du méristème des bourgeons, terminaux ou axillaires. L'installation de la floraison exige un certain niveau de développement de l'appareil végétatif m […] Lire la suite

DIAPAUSE, zoologie

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT
  •  • 1 152 mots

La diapause est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d'arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l'environnement. Cet important mécanisme adaptatif permet aux animaux de résister et de survivre aux variations saisonnières de l'habitat telles que les basses températures hivernales, les fortes chaleurs estivales, les périodes de sécheresse ou encore d'abs […] Lire la suite

DORMANCES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Paul ROLLIN
  •  • 2 243 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dormance des bourgeons »  : […] Après avoir formé des pousses feuillées, portant des bourgeons axillaires plus ou moins inhibés, les bourgeons terminaux marquent très souvent un temps d'arrêt dans leur croissance. La cause peut en être une température trop chaude ( Prunus Persica , P. Americana ) ou, plus généralement, un raccourcissement des jours. Si, à la fin de l'été, des plants d'épicéa sont transférés en serre en jours lo […] Lire la suite

ÉPIPHYSE ou GLANDE PINÉALE

  • Écrit par 
  • Berthe VIVIEN-ROELS
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Glande pinéale et synchronisation de l'activité sexuelle »  : […] La plupart des Vertébrés qui habitent les zones tempérées ou arctiques ont un cycle de reproduction annuel. Pour le maintien de l'espèce, il est essentiel que les jeunes naissent ou soient sevrés au moment où les conditions de survie sont les meilleures, généralement le printemps ou l'été sous nos latitudes. Les variations saisonnières de la photopériode sont intégrées par de nombreux animaux de […] Lire la suite

FLEUR

  • Écrit par 
  • Louis EMBERGER, 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Georges MANGENOT, 
  • Paul ROLLIN
  •  • 7 636 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le photopériodisme »  : […] L'induction florale dépend de la longueur relative des jours et des nuits ; il s'agit donc d'une réaction photopériodique (Tournois, Garner et Allard). Certaines plantes fleurissent lorsque les jours sont courts, soit 8 à 9 heures par 24 heures (plantes scotopériodiques) ; d'autres forment des fleurs en jours longs, c'est-à-dire 14 à 16 heures par 24 heures (plantes héméropériodiques). […] Lire la suite

FLORIGÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis PRIOUL
  •  • 394 mots

La synchronisation de la floraison des plantes avec les saisons, printemps ou automne, a depuis très longtemps interpellé les observateurs quant aux mécanismes de cette mise en phase. Dès les années 1920, la longueur du jour rapportée à celle de la nuit (photopériode) est démontrée comme étant le facteur essentiel. Cette observation faite chez le tabac apparaît généralisable et conduit à classer […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger JACQUES, « PHOTOPÉRIODISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photoperiodisme/