HISTOIRE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’histoire en crise

Dès le xixe siècle, cependant, cette histoire orientée et en progrès a rencontré de vives oppositions. Déjà contestable quand elle interprète le passé de l’humanité, la notion de progrès devient un véritable pari quand elle se projette en direction de l’avenir. Qui pourrait me garantir que demain sera meilleur qu’aujourd’hui ? Et n’existe-t-il pas une dimension religieuse dans l’idée de progrès ? Antoine-Augustin Cournot (1801-1877) en était convaincu, lui qui écrivait qu’« aucune idée, parmi celles qui se réfèrent à l’ordre des faits naturels, ne tient de plus près à la famille des idées religieuses que l’idée de progrès, et n’est plus propre à devenir le principe d’une foi religieuse pour ceux qui n’en ont plus d’autre ». Le progrès serait en quelque sorte la religion des hommes sans religion, l’ultime foi possible d’une humanité ayant perdu les illusions qu’apportaient les anciennes croyances.

Une autre critique allait voir le jour avec Friedrich Nietzsche (1804-1900), qui insiste sur notre gigantesque ignorance du passé. Quand nous prétendons écrire l’histoire de l’humanité, nous nous appuyons sur les quelques millénaires que nous connaissons à peu près, alors que la période combien plus considérable de la préhistoire, qui nous a modifiés infiniment plus que les derniers millénaires, nous reste en partie inconnue. Facteur aggravant : nous négligeons le fait que c’est aussi notre faculté de connaître qui s’est modifiée au cours des millénaires, alors que nous nous accrochons à l’illusion de la présence d’un observateur stable à travers le temps. Dans Humain, trop humain (1878), Nietzsche qualifie ces ignorances de « péché originel des philosophes » : « Le manque de sens historique est le péché originel de tous les philosophes [...] Ils ne veulent pas comprendre que l’homme est le résultat d’un devenir, que la faculté de connaître l’est aussi [...] Or tout l’essentiel de l’évolution humaine s’est déroulé dans la nuit des temps, bien avant ces quatre mille ans que nous connaissons à peu près ; l’homme n’a sans doute plus changé beaucoup au cours de ceux-ci. »

Doutant de l’objectivité des faits, ne croyant plus au progrès, remettant en cause l’existence d’un point de vue centralisateur à partir duquel serait bâti le récit historique, une « nouvelle histoire » a vu le jour. Elle a pris naissance dans la revue des Annales d’histoire économique et sociale, créée en 1929 par Marc Bloch (1886-1944) et Lucien Febvre (1878-1956), instigateurs d’une révolution parfois comparée à celle que connut la physique à la fin du xixe siècle quand elle renonça au strict déterminisme au profit d’un déterminisme statistique. Cette « nouvelle histoire » est une histoire plurielle, plus qualitative que quantitative, dont l’objet et les méthodes sont éclatés, et qui se méfie par-dessus tout des « grands récits » propres aux philosophies de l’histoire. Comme s’y est employé en 1975 Emmanuel Le Roy Ladurie, elle peut ainsi faire le choix de décrire sous tous ses aspects – de l’économie aux rituels sociaux – la vie quotidienne du village occitan de Montaillou, plutôt que d’interroger les grandes dates de l’histoire médiévale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Quelques heures plus tard, Vladimir Poutine prononce un discours dans lequel il présente l’Ukraine comme « une partie inaliénable de notre histoire », « entièrement et complètement créée par la Russie […] bolchévique », et annonce la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des « républiques » de Donetsk et Louhansk, ainsi que l’envoi dans celles-ci de troupes russes chargées du « maintien de la paix ». […] Lire la suite

25 août 2021 Japon. Condamnation à mort d'un chef de gang de yakusas.

Il s’agit de la première condamnation d’un chef yakusa à la peine de mort dans l’histoire du pays. Les codes d’honneur des yakusas leur interdisent de s’en prendre à des citoyens ordinaires.  […] Lire la suite

5-31 août 2013 Syrie. Massacre à l'arme chimique dans la banlieue de Damas

« L'histoire nous jugera extrêmement sévèrement si nous détournons le regard », affirme-t-il. Le 31, le président Obama crée la surprise en annonçant sa décision de demander au Congrès l'autorisation d'intervenir militairement en Syrie. Le 31 également, les inspecteurs de l'O.N.U. quittent Damas.  […] Lire la suite

4-23 avril 2006 Israël – Autorité palestinienne. Suspension des aides européenne et américaine au gouvernement palestinien

Kofi Annan, dans laquelle il évoque le souhait de son peuple de « mener une vie digne dans la paix et l'indépendance, côte à côte avec nos voisins », tout en déplorant que la politique d'Israël menace « les espoirs de parvenir à un règlement final et pacifique sur la base d'une solution prévoyant deux États ». Il dément toutefois que ses propos constituent une quelconque reconnaissance implicite de l'État hébreu. […] Lire la suite

19-22 septembre 1996 Vatican – France. Visite du pape Jean-Paul II en France pour le quinzième centenaire du baptême de Clovis

Il y célèbre le souvenir des martyrs des guerres de Vendée tout en portant un jugement modéré sur l'histoire de cette période. Le 20, à Sainte-Anne-d'Auray (Morbihan), traditionnel lieu de pèlerinage breton, Jean-Paul II défend les valeurs familiales au cours d'une messe qui réunit cent vingt mille fidèles. Le 21, sur la base aérienne de Tours, devant près de cent mille personnes, le souverain pontife préside une cérémonie en souvenir de saint Martin, ancien évêque de la ville, à l'occasion du seizième centenaire de la mort de celui-ci. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « HISTOIRE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-notions-de-base/