HISTOIRE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sens et progrès

À la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle, les philosophes s’efforcèrent de rassembler les récits des historiens pour accéder à une vision globale du temps historique. Kant, auteur de nombreux opuscules sur ce thème, a sans doute influencé considérablement les grandes philosophies de l’histoire, et au premier chef celle de G. W. F. Hegel (1770-1831). Il est le premier à avoir estimé que la condition nécessaire pour que s’écrive une histoire de l’humanité est l’hypothèse d’une orientation du parcours humain. Le mot « sens » a deux connotations, celle de signification et celle de direction. Or peut-il y avoir signification s’il n’y a pas direction, orientation ? Kant répond négativement, considérant que nous sommes contraints d’« envisager l’histoire de l’espèce humaine en gros comme la réalisation d’un plan caché de la nature pour produire une constitution politique parfaite » (Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, 1784).

Il appartiendra à Hegel de fournir un socle métaphysique aux intuitions de Kant. Pour l’auteur de La Raison dans l’histoire, le philosophe n’introduit pas arbitrairement l’hypothèse d’un sens de l’histoire, il prend conscience qu’une histoire qui se réduirait à une suite de hasards et qui ne serait pas conduite par la raison serait impensable et tout simplement impossible à écrire. Dès La Phénoménologie de l’esprit (1807), Hegel décrit le mouvement dialectique qui donne son dynamisme au temps humain. Par « dialectique », il entend le contraire d’une causalité linéaire et suppose que l’effet rejaillit sur sa cause et la transforme à son tour. Les forces en présence dans l’histoire interagissent et rétroagissent les unes sur les autres. Par l’entremise de la fable qui oppose le Maître à l’Esclave, Hegel illustre la façon dont évoluent les relations entre les consciences. Il y a un sens de l’histoire, qui part d’une lutte à mort pour aboutir à une reconnaissance réciproque. À travers les conflits, un monde rationnel prend forme peu à peu dans le monde. Une reconnaissance non réciproque entre les hommes serait contradictoire : j’ai besoin de reconnaître comme libre celui qui me reconnaît lui-même comme libre. La liberté, privilège d’une minorité d’hommes dans les sociétés antiques, est destinée selon Hegel à s’étendre planétairement et ne peut pas ne pas s’universaliser.

C’est une histoire progressive et européocentrique qu’ont dessinée les grands philosophes de l’histoire tout au long du xixe siècle, à une époque où l’Occident ne doutait pas qu’il avait pour mission de guider le sort de l’humanité entière, convaincu que son modèle de civilisation avait vocation à s’étendre planétairement. Même les philosophes révolutionnaires, ainsi Karl Marx (1818-1883), qui se sont livrés à une critique radicale de notre société, ont adhéré tout autant que leurs adversaires à l’hypothèse d’une mondialisation de l’histoire. Là où Hegel mettait l’accent sur la dimension spirituelle de la dynamique historique, Marx enracinait cette dynamique dans une logique matérialiste. Alors que le faible développement de leurs forces productives laissait les sociétés d’autrefois dans un état d’isolement et d’autarcie, la révolution industrielle bourgeoise a fait naître un marché mondial qui rend les nations et les hommes de plus en plus interdépendants. Cette « solidarité », dont le capitalisme fait surtout apparaître les aspects négatifs (concurrence, crises, dépendance, etc.), ne serait-elle pas en même temps la condition d’une universalisation planétaire menant à une fin de l’histoire après des millénaires de luttes et de conflits ? Tel était l’espoir de Marx.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25 août 2021 Japon. Condamnation à mort d'un chef de gang de yakusas.

Il s’agit de la première condamnation d’un chef yakusa à la peine de mort dans l’histoire du pays. Les codes d’honneur des yakusas leur interdisent de s’en prendre à des citoyens ordinaires.  […] Lire la suite

5-31 août 2013 Syrie. Massacre à l'arme chimique dans la banlieue de Damas

« L'histoire nous jugera extrêmement sévèrement si nous détournons le regard », affirme-t-il. Le 31, le président Obama crée la surprise en annonçant sa décision de demander au Congrès l'autorisation d'intervenir militairement en Syrie. Le 31 également, les inspecteurs de l'O.N.U. quittent Damas.  […] Lire la suite

4-23 avril 2006 Israël – Autorité palestinienne. Suspension des aides européenne et américaine au gouvernement palestinien

Kofi Annan, dans laquelle il évoque le souhait de son peuple de « mener une vie digne dans la paix et l'indépendance, côte à côte avec nos voisins », tout en déplorant que la politique d'Israël menace « les espoirs de parvenir à un règlement final et pacifique sur la base d'une solution prévoyant deux États ». Il dément toutefois que ses propos constituent une quelconque reconnaissance implicite de l'État hébreu. […] Lire la suite

19-22 septembre 1996 Vatican – France. Visite du pape Jean-Paul II en France pour le quinzième centenaire du baptême de Clovis

Il y célèbre le souvenir des martyrs des guerres de Vendée tout en portant un jugement modéré sur l'histoire de cette période. Le 20, à Sainte-Anne-d'Auray (Morbihan), traditionnel lieu de pèlerinage breton, Jean-Paul II défend les valeurs familiales au cours d'une messe qui réunit cent vingt mille fidèles. Le 21, sur la base aérienne de Tours, devant près de cent mille personnes, le souverain pontife préside une cérémonie en souvenir de saint Martin, ancien évêque de la ville, à l'occasion du seizième centenaire de la mort de celui-ci. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

De même, le 3 novembre, le président Reagan et son épouse se rendent à Camp Lejeune (Caroline du Nord), où est basé le 24e régiment de marines, pour participer à un service funèbre à la mémoire des deux cent trente-neuf soldats américains tués. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « HISTOIRE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-notions-de-base/