TAINE HIPPOLYTE (1828-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le philosophe et le critique

L'originalité de la pensée de Taine a consisté en l'union qu'il opéra entre la philosophie associationniste et analytique du xviiie siècle, qui prétendait tout expliquer par la sensation et l'association, et la foi en l'énergie spirituelle qu'avait professée le romantisme allemand. Les contradictions inhérentes à la pensée et à la vie se résolvent, chez lui, dans une synthèse supérieure qui les surmonte et les projette dans le devenir. Le tout organique n'est pas le résultat d'une combinaison d'éléments, mais préexiste aux diverses parties que l'analyse révèle dans ce tout.

À l'hégélianisme Taine ajoute un sens aigu de l'anthropologie (qui dévoile la lente montée de l'homme depuis l'animal) et de la science des monstres, dont son cher Balzac avait déjà tiré parti dans ses romans. Il s'attache aussi à la recherche de la causalité de l'œuvre : il affirmera qu'on peut la trouver dans la célèbre triade race-milieu-moment, termes qu'il n'a jamais clairement définis. Dans chaque créateur, il croit déceler une faculté maîtresse, dont il déduit tous les autres caractères selon une loi « des dépendances mutuelles ». Derrière la littérature et l'art, il s'efforce d'atteindre la société qui a produit les œuvres, ou les avait rendues possibles.

Ce structuralisme avant la lettre est évidemment trop rigide. Il ne saisit pas l'unicité de l'individu dans son authentique originalité. Il a été souvent réfuté, et tout d'abord par Sainte-Beuve. Mais, du moins, Taine a libéré à jamais la critique de la notion que les grandes œuvres tombent du ciel comme des météores, que rien n'est mesurable dans les sciences humaines et que l'art est sans rapport avec l'état social ou la philosophie latente d'un pays.

L'œuvre historique de Taine est inspirée par un pessimisme profond. « Quel cimetière que l'histoire ! », s'écriait-il devant les musées d'Italie. Il avait cru voir affleurer autour de lui, à une ère de guerres et d'émeutes, la b [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université Yale, Connecticut, États-Unis

Classification


Autres références

«  TAINE HIPPOLYTE (1828-1893)  » est également traité dans :

PHILOSOPHIE DE L'ART, Hippolyte Taine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 067 mots

Les cours d'histoire de l'art professés à l'École des beaux-arts par Hippolyte Taine (1828-1893) entre 1864 et 1869 et édités progressivement ont été réunis ensuite en volume sous le titre de Philosophie de l'art en 1881. Ils ont exercé une profonde influence en France dans les deux dern […] Lire la suite

AULARD ALPHONSE (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Le savant méthodique »  : […] Dans le domaine de la recherche, Aulard fait partie de ceux qui, autour de la Revue historique , veulent élever l’histoire au rang de science, résultant d’une véritable méthode. Comme ses collègues Gabriel Monod, Charles-Victor Langlois ou Charles Seignobos, Aulard pense que l’histoire doit se distinguer de l’histoire romantique, incarnée par Hippolyte Taine ( Taine historien de la Révolution fran […] Lire la suite

COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 109 mots

Après de solides études en lettres et en philosophie, et un brillant passage à l'École des chartes (il y entre et en sort premier), Augustin Cochin s'est, de bonne heure, intéressé à un événement fondateur — la Révolution française — que le legs d'une culture familiale, chrétienne et nationale a conduit à examiner d'une façon originale. Tandis que l'histoire de défense républicaine, dominée par Al […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire littéraire »  : […] Le sixième livre de la Poétique de Jules César Scaliger (1561), intitulé Criticus , dresse un tableau comparatif des poètes grecs et latins : dès le xvi e  siècle, le terme « critique » n'est plus limité à la philologie. Au cours du xvii e  siècle, en France, la critique se sépare de la grammaire et de la rhétorique, et remplace peu à peu la poétique, sous laquelle on a parlé de la littérature ju […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'école méthodique »  : […] L' « école méthodique » a été une sorte d'équivalent « historiste » en France : ici aussi, en partie inspirée du modèle allemand, l'histoire s'affirma dans la convergence des disciplines de l'érudition et de la critique des sources. Pays centralisé avant l'Allemagne, la France s'est dotée tôt d'un lieu de formation national des archivistes, l'École des Chartes (1821 et 1824), et d'institutions pa […] Lire la suite

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Le triomphe de la méthode »  : […] Si l'histoire a pour objectif d'accéder au rang de science, c'est parce que la démarche scientiste identifie vérité et science. Dans l'ombre portée de L'Origine des espèces de Charles Darwin (1859) et de l' Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard (1865), observation et expérimentation sont considérées comme les bases nécessaires de tous les savoirs vérifiables et op […] Lire la suite

NATURALISME, notion de

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 541 mots

Avant de désigner un mouvement littéraire, le terme naturalisme recouvre deux acceptions, l'une relevant de la philosophie des sciences, l'autre des beaux-arts. Au xviii e  siècle, le mot désigne une démarche scientifique matérialiste. Il est repris en peinture au début du xix e pour qualifier un style de reproduction exacte et fidèle du réel. En 1858, Hippolyte Taine – qui deviendra l'une des r […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 536 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un grand corps inerte »  : […] Pendant ce temps, la France ignorait cette évolution. Son « grand corps inerte », ainsi que l'écrivit Coubertin, fut cependant secoué de temps à autre par les vigoureuses interventions de penseurs, de philosophes, d'écrivains. Ainsi, en 1871, dans ses Notes sur l'Angleterre , Taine dénonçait l'éducation française : « L'adolescence se passe chez nous sous une cloche artificielle à travers laquelle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PEYRE, « TAINE HIPPOLYTE - (1828-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-taine/