COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après de solides études en lettres et en philosophie, et un brillant passage à l'École des chartes (il y entre et en sort premier), Augustin Cochin s'est, de bonne heure, intéressé à un événement fondateur — la Révolution française — que le legs d'une culture familiale, chrétienne et nationale a conduit à examiner d'une façon originale. Tandis que l'histoire de défense républicaine, dominée par Alphonse Aulard, écartait les histoires locales et les témoignages privés (Mémoires et correspondances) pour s'en tenir aux actes officiels émanés de Paris, le jeune archiviste paléographe a fait porter sur la province et la société réelle une enquête qu'il a commencée en Bourgogne, poursuivie en Bretagne puis étendue à la France entière.

La Campagne électorale de 1789 en Bourgogne (1904) et l'ouvrage rédigé entre 1904 et 1908, mais publié en 1925, Les Sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne visaient à répondre à une question que les explications par l'arbitraire royal, les abus des nobles, le mécontentement populaire et l'ambition bourgeoise ne réglaient pas : qu'est-ce qui a abattu l'Ancien Régime ? Entreprise dans les archives de quarante et un départements, la collation des Actes du Gouvernement révolutionnaire (août 1793-juillet 1794), dont la Grande Guerre retarda la publication, tendait à résoudre un autre problème auquel ni la thèse des « circonstances », ni celle du « complot », n'apportaient de solution satisfaisante : comment « l'immense équarrissage » de la France a-t-il été réalisé ?

À ces interrogations Taine avait répondu, dans ses Origines de la France contemporaine, par une psychologie du jacobinisme qui avait fait voir autrement le phénomène révolutionnaire, ce qu'on ne lui pardonna pas. Mais l'écrit le plus connu de Cochin, La Crise de l'histoire révolutionnaire. Taine et M. Aulard (1908), n'est pas une simple réfutation du Taine historien (1907) de ce dernier, il contient les éléments d'une « sociologie de la société démocratique » qui, selon son auteur, devait seule permettre de déchiffrer « l'énigme révolutionnaire ».

Taine, en effet, décrit bien mais n'explique pas le « fanatisme de la Raison », le « mysticisme du Peuple », le « despotisme de la Liberté ». Pour comprendre le sens de ces expressions, il faut dépasser les intentions des acteurs, les généreuses illusions de 1789 et remonter assez haut dans l'histoire des mœurs du xviiie siècle, jusqu'à cette époque où le clergé laïc des philosophes, réuni en d'égalitaires sociétés de pensée, a dessiné la figure idéale d'un ordre nouveau et tracé les plans d'une « cité des nuées ». Là, dans ces petites assemblées de causeurs, s'est socialement formé un esprit public et s'est théoriquement fondée une société. Là a commencé à fonctionner une machine à produire des abstractions. Une méthode intellectuelle a été arrêtée : elle consistera à proclamer des principes ; une organisation s'est trouvée esquissée : elle permettra de forcer les faits. Ainsi la magie des mots a effacé le réel, l'opinion des particuliers a cédé devant l'opinion sociale, le Peuple a pris la place du peuple et la volonté générale celle du prince — car dans cette « société de sociétés » il ne peut y avoir ni maître ni meneurs : on doit seulement se conformer à ce mystérieux souverain, la force collective.

En mettant en lumière l'antinomie révolutionnaire qui apparaît en 1789 avec « un peuple qui opprime le nombre, une liberté de principe qui détruit les libertés de fait, une philosophie qui tue pour des opinions, une justice qui tue sans jugement », et en montrant comment la machine sociale, avec son réseau de sociétés populaires, ses bureaux de surveillance, ses commissions de contrôle a pu automatiquement fonctionner dans la cité jacobine, Augustin Cochin a donné la première analyse des fondements et des contradictions du système totalitaire. Il a bien vu, en effet, ce que vaut l'octroi de libertés fictives (« pour le vrai démocrate, la meilleure garantie contre l'indépendance de l'homme c'est la liberté du citoyen ») et ce qui rendra constamment soupçonneuse une telle société inéluctablement vouée à faire surgir la figure d'un ennemi : la renaissance toujours possible des intérêts privés.

Mieux que Les Sociétés de pensée et la démocratie (1921), recueil des opuscules précédemment cités, un autre texte posthume, La Révolution et la libre-pensée (1924), dévoile la logique du jacobinisme. Avec le philosophe de 1789, le patriote de 1792, le citoyen de 1793, ce sont successivement la pensée, la personne et les biens qui ont été socialisés. La socialisation, commencée dans les sociétés de pensée, les loges et les académies, sous l'égide de la vérité, s'est continuée dans les clubs, au nom de la liberté, pour s'achever au sein des assemblées sectionnaires, en vertu de la justice sociale. Par le secret, la corruption, la spoliation s'est effectué un asservissement intellectuel, moral et matériel. À la morale personnelle a été substituée une morale sociale, et un être fictif a remplacé l'individu réel.

Contrairement à ce que des critiques ont soutenu, cette thèse n'est nullement contre-révolutionnaire. Si pour son auteur Thermidor a été une délivrance, « la libération de la société réelle n'est pas la contre-révolution, mais le terrain où la Révolution a perdu ». Le contresens s'explique autant par la persistance de l'apologétique jacobine que par l'état fragmentaire de l'explication proposée. Le 8 juillet 1916, le capitaine Cochin, déjà grièvement blessé à Verdun, mourait héroïquement sur la Somme. Il laissait inachevée son enquête sur les actes du Bureau de surveillance de l'exécution des lois, à propos de laquelle Mathiez lui-même disait que « jamais, l'on n'avait pénétré aussi avant dans la bureaucratie du régime ». Il l'avait conduite en constante référence à la société réelle et à la continuité de l'histoire nationale, dans la méfiance aussi des froides orthodoxies, des rationalisations a priori, des solutions radicales que cherchent souvent à imposer les moralistes sans foi, les philosophes sans expérience et les citoyens sans tradition.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)  » est également traité dans :

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus et démocratie »  : […] Dans la société démocratique moderne, le besoin d'un consensus est ressenti plus fortement que dans n'importe quel autre type d'organisation sociale, précisément parce qu'une telle société entretient un rapport paradoxal avec ce problème fondamental. Elle repose effectivement sur le principe de l'individualisme et la représentation qu'elle a d'elle-même est celle d'une association entre sujets or […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « COCHIN AUGUSTIN - (1876-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-cochin/