TAINE HIPPOLYTE (1828-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Taine a été l'un des maîtres à penser de la France dans le dernier tiers du xixe siècle, et il a été admiré hors de France par les Anglais, dont il avait interprété la littérature avec maîtrise et quelque dogmatisme, par Nietzsche en Allemagne, par Brandes en Scandinavie, par nombre d'Italiens et d'Américains. Ses théories trop absolues ont été maintes fois réfutées ; l'éclat de son style un peu artificiel s'est terni ; sa foi en la science n'est plus celle des modernes. Mais, comme critique littéraire et critique d'art, comme psychologue et historien, il reste l'un des penseurs les plus importants et l'une des figures les plus attachantes du xixe siècle finissant.

La fortune de Taine subit une éclipse lors du succès du bergsonisme, puis de l'irrationalisme des années 1920-1940. Auparavant, Bourget, Barrès, Maurras, après Zola et les naturalistes, avaient été profondément marqués par son influence. Albert Thibaudet, divers historiens britanniques et allemands, les Américains Edmund Wilson et Harry Levin lui ont depuis rendu justice. Ils ont loué l'ardent amour de la littérature et de l'art qui inspirait Taine, et la force émotive qui animait ce romantique à l'allure réservée. « Personne n'est plus capable de passion que les hommes intérieurs », avait-il déclaré en termes révélateurs, dans ces lettres de jeunesse où il s'écriait avec joie : « Je saurai, je croirai ; je sais, je crois déjà [...] Je crois tout possible à l'intelligence humaine. »

Une méthode scientifique

Originaire des Ardennes – il est né à Vouziers –, il resta toujours attaché à son paysage natal de forêts et de rivières. Il y eut toujours en lui un poète panthéiste et il nourrit le désir de transposer dans ses théories critiques l'admiration pour l'organicité et la croissance harmonieuse qu'il avait cru observer dans les arbres. Il suivait de peu la génération de ces épigones du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université Yale, Connecticut, États-Unis

Classification


Autres références

«  TAINE HIPPOLYTE (1828-1893)  » est également traité dans :

PHILOSOPHIE DE L'ART, Hippolyte Taine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 067 mots

Les cours d'histoire de l'art professés à l'École des beaux-arts par Hippolyte Taine (1828-1893) entre 1864 et 1869 et édités progressivement ont été réunis ensuite en volume sous le titre de Philosophie de l'art en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-de-l-art/#i_35338

AULARD ALPHONSE (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Le savant méthodique »  : […] Dans le domaine de la recherche, Aulard fait partie de ceux qui, autour de la Revue historique , veulent élever l’histoire au rang de science, résultant d’une véritable méthode. Comme ses collègues Gabriel Monod, Charles-Victor Langlois ou Charles Seignobos, Aulard pense que l’histoire doit se distinguer de l’histoire romantique, incarnée par Hipp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-aulard/#i_35338

COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 109 mots

Après de solides études en lettres et en philosophie, et un brillant passage à l'École des chartes (il y entre et en sort premier), Augustin Cochin s'est, de bonne heure, intéressé à un événement fondateur — la Révolution française — que le legs d'une culture familiale, chrétienne et nationale a conduit à examiner d'une façon originale. Tandis que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-cochin/#i_35338

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire littéraire »  : […] Le sixième livre de la Poétique de Jules César Scaliger (1561), intitulé Criticus , dresse un tableau comparatif des poètes grecs et latins : dès le xvi e  siècle, le terme « critique » n'est plus limité à la philologie. Au cours du xvii e  siècle, en France, la critique se sépare de la grammaire et de la rhétorique, et remplace peu à peu la poéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_35338

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'école méthodique »  : […] L' « école méthodique » a été une sorte d'équivalent « historiste » en France : ici aussi, en partie inspirée du modèle allemand, l'histoire s'affirma dans la convergence des disciplines de l'érudition et de la critique des sources. Pays centralisé avant l'Allemagne, la France s'est dotée tôt d'un lieu de formation national des archivistes, l'Écol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_35338

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Le triomphe de la méthode »  : […] Si l'histoire a pour objectif d'accéder au rang de science, c'est parce que la démarche scientiste identifie vérité et science. Dans l'ombre portée de L'Origine des espèces de Charles Darwin (1859) et de l' Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard (1865), observation et expérimentation sont considérées comme les bases […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-methodique-histoire/#i_35338

NATURALISME, notion de

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 541 mots

Avant de désigner un mouvement littéraire, le terme naturalisme recouvre deux acceptions, l'une relevant de la philosophie des sciences, l'autre des beaux-arts. Au xviii e  siècle, le mot désigne une démarche scientifique matérialiste. Il est repris en peinture au début du xix e pour qualifier un style de reproduction exacte et fidèle du réel. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme-notion-de/#i_35338

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_35338

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 536 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un grand corps inerte »  : […] Pendant ce temps, la France ignorait cette évolution. Son « grand corps inerte », ainsi que l'écrivit Coubertin, fut cependant secoué de temps à autre par les vigoureuses interventions de penseurs, de philosophes, d'écrivains. Ainsi, en 1871, dans ses Notes sur l'Angleterre , Taine dénonçait l'éducation française : « L'adolescence se passe chez nou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-histoire/#i_35338

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PEYRE, « TAINE HIPPOLYTE - (1828-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-taine/