HÉLIOCENTRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nouvelle astronomie, source de la physique moderne

Mais plus profondément peut-être, la nouvelle astronomie devait bouleverser la physique. La cosmologie de Ptolémée s'appuyait sur une physique qui l'avait largement précédée ; l'ensemble formait un tout certes non exempt de faiblesses, et même de contradictions partielles, mais globalement cohérent. Copernic propose une nouvelle cosmologie sans faire œuvre de physicien alors que cette cosmologie est incompatible avec la physique d'Aristote. Le monde savant se retrouve face à une cosmologie pour ainsi dire... suspendue dans le vide ! Le dilemme est simple : ou bien adhérer à la nouvelle cosmologie, pour des raisons astronomiques ou philosophiques, et répudier la physique d'Aristote, et, donc, se voir obligé d'en construire une nouvelle ; ou bien garder la physique aristotélicienne et refuser l'héliocentrisme.

C'est en ces termes que Galilée pose le problème, dès la première journée du Dialogue sur les deux principaux systèmes du monde (1632). Car Galilée a sinon des preuves du moins des raisons fortes d'adhérer à l'héliocentrisme (ne serait-ce que l'observation des phases de Vénus). Il adoptera donc la cosmologie de Copernic et construira une nouvelle physique avec le succès et les conséquences que l'on sait. Et, si Galilée détermine, entre autres, les lois de la chute des graves, Kepler, lui, déterminera celles des mouvements planétaires, et Huygens, celle de la force centrifuge. Il faudra le génie de Newton pour unifier ces approches différentes, découvrir la gravitation universelle, montrer qu'une seule physique s'applique à la Terre et au ciel et fonder la mécanique céleste.

Galilée, J.Sustermans

Photographie : Galilée, J.Sustermans

Galilée (1564-1642), par Joost Sustermans. Offices, Florence. 

Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Afficher

Apparu sans nécessité impérieuse, l'héliocentrisme n'a, dans un premier temps, apporté aucune facilité nouvelle à la pratique quotidienne de l'astronomie. De toute façon, à une époque où la dynamique – c'est-à-dire la détermination des mouvements à partir des forces mises en jeu – n'existe pas, où l'ambition des astronomes se borne à une description cinématique rationnelle des apparences célestes, le « meilleur système » de référence n'est pas celui de Copernic, mais celui de Tycho Brahe, qui cumule l'avantage ptolémaïque d'un observateur terrestre fixe et l'un des avantages coperniciens, la compréhension immédiate du comportement différent des planètes inférieures et des planètes supérieures. Ce sera lorsque les astronomes, utilisant la loi de la gravitation universelle, détermineront les mouvements des corps célestes à partir de leur position, de leur vitesse et des forces en présence, que la supériorité du système héliocentrique se révélera évidente : c'est dans ce système que les équations, dont la résolution donne les mouvements, se formulent le plus simplement. C'est donc cent cinquante ans après la parution du De revolutionibus qu'éclate la supériorité de l'héliocentrisme dans un domaine insoupçonnable au temps de son inventeur. Et c'est bien dans la singularité de son apparition et dans ses virtualités exceptionnelles que réside la grandeur de l'œuvre de Copernic.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Le système de Copernic

Le système de Copernic
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ptolémée, Juste de Gand

Ptolémée, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Système de Copernic

Système de Copernic
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HÉLIOCENTRISME  » est également traité dans :

THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE D'ARISTARQUE DE SAMOS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 220 mots

L'observation du ciel conduit tout naturellement à penser que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre : c'était l'opinion d'Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) et de ses contemporains. Un siècle après Aristote, Aristarque de Samos (310 env.-env. 230 avant J.-C.) émet l'hypothèse que c'est en fait la Terre qui tourne autour du Soleil. En étudiant les pha […] Lire la suite

THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE DE COPERNIC

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 299 mots
  •  • 2 médias

Dans un manuscrit – De hypothesibus motuum caelestium a se constitutis commentariolus, plus connu sous le titre abrégé de Commentariolus – distribué discrètement à des amis sûrs en 1512 ou 1513 (en tout cas avant le 1er mai 1514), Nicolas Copernic formule les principes de sa théorie héli […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] La révolution intellectuelle que G. Bruno tenta d'opérer pour repenser les rapports de l'infini et du fini n'est qu'un effort d'unification de la pensée, sans concession à quelque autorité que ce soit. Aristote avait fondé son finitisme cosmologique sur des arguments rationnels, mais aussi sur des données d' observation. C'est cet attachement aux évidences sensibles que dénonce Bruno. Non qu'il ré […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 385 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Descartes et les thèses sur le mouvement de la Terre »  : […] Baillet nous apprend encore que Descartes n'aime pas le centre des villes : il préfère les faubourgs, et même « les villages et les maisons détachées au milieu de la campagne ». Nous savons cependant qu'à Amsterdam il a habité, au cœur de la ville, dans la Kalverstraat. C'est le quartier des bouchers, que sans nul doute il a choisi pour opérer plus aisément ses nombreuses dissections. Car Descarte […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier exposé complet de la physique céleste  »  : […] Epitom e est moins célèbre que d’autres œuvres de Kepler car il ne contient pas la première formulation d’une grande découverte, comme l’ Astronomia nova (1609) – qui démontre que les planètes parcourent des ellipses dont le Soleil occupe un des foyers et qu’elles ralentissent ou accélèrent en fonction de leur distance à ce Soleil (les deux premières lois de Kepler) – et l’ Harmonice mundi (1 […] Lire la suite

GALILÉE (G. GALILEI)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 4 182 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sentiers de la gloire »  : […] Que Galilée ait parfaitement compris l'importance considérable de sa découverte des satellites de Jupiter, rien ne le montre davantage que le nom d'« astres médicéens » qu'il leur impose juste à temps pour figurer sur le frontispice du Sidereus Nuncius . L'auteur et sa découverte avaient certainement besoin de protecteurs, mais, en choisissant de flatter le nouveau grand-duc de Toscane, Cosme II d […] Lire la suite

GRAVITATION

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 153 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Copernic, Kepler, Galilée : héliocentrisme et attraction »  : […] Les progrès spectaculaires de l’observation du ciel aux xvi e et xvii e  siècles se révéleront comme une des clés de la compréhension de la gravitation. Les difficultés des diverses améliorations du système de Ptolémée interrogeaient de nombreux savants européens, et l’idée de point équant paraissait erronée à beaucoup. Élève et assistant de l’astronome Domenico Maria Novara (1454-1504) à l’univ […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Espace culturel clos et ouverture anthropologique »  : […] L'époque de la Renaissance n'échappe pas à l'oscillation dialectique, qui prend parfois l'aspect d'oppositions irréductibles, entre un système du savoir et une philosophie de la transcendance. Le couple Platon-Aristote marque indubitablement, dans ce champ de gravitation culturelle, l'une des lignes de partage entre les esprits : Jean Bessarion (env. 1402-1472) contre Georges de Trébizonde dans l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre VERDET, « HÉLIOCENTRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heliocentrisme/