HÉLIOCENTRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution copernicienne

Nicolas Copernic est né en 1473, en Pologne, à Toruń, petite ville hanséatique sur les rives de la Vistule. On sait peu de chose de la vie de Nicolas Copernic. « Nicolas, fils de Nicolas de Toruń, a tout payé » est l'unique mention officielle de son passage à l'université Jagellon de Cracovie, où il s'inscrivit pour le semestre d'hiver 1491. Après deux séjours en Italie, l'un à Bologne, où il fit des études de droit canon, l'autre à Padoue, pour des études de médecine, il rentre en Pologne au printemps de 1503. Durant quelques années, il accompagnera son oncle, évêque de Warmie, dans ses pérégrinations ecclésiastiques et diplomatiques, autant comme secrétaire que comme médecin, puis rentrera définitivement dans l'isolement du chapitre de Frombork, où il a obtenu une charge de chanoine. Là, dans ce duché de Warmie, enclave du royaume de Pologne qu'entourent les derniers fiefs des chevaliers de l'ordre Teutonique, il participera à la gestion du chapitre, aux dernières luttes contre lesdits chevaliers, continuera d'exercer un peu la médecine et se consacrera à l'œuvre de sa vie, la réforme de l'astronomie. Il meurt en 1543.

Le système de Copernic

Photographie : Le système de Copernic

L'astronome polonais Nicolas Copernic (1473-1543) est universellement connu pour son système héliocentrique dans lequel la Terre et toutes les autres planètes tournent autour du Soleil. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il laisse au monde savant sa somme astronomique, le De revolutionibus orbium caelestium, publié l'année même de sa mort. Un ouvrage qui se veut construit à l'image de l'Almageste, rédigé par Ptolémée au milieu du iie siècle de notre ère. Depuis quatorze siècles, en effet, l'astronomie occidentale accepte, avec quelques aménagements, le système cosmologique de Ptolémée : au centre du monde trône la Terre, rigoureusement immobile ; autour font leurs révolutions, dans l'ordre des distances croissantes, la Lune, Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter et Saturne. Le système est enclos dans une sphère ultime, celle qui porte les étoiles fixes et accomplit sa révolution quotidienne en vingt-quatre heures. La cosmologie de Ptolémée repose sur une physique qui l'a précédée de plus de cinq siècles, la physique d'Aristote : c'est dire que, moyennant quelques tricheries, le système de Ptolémée respecte trois principes qui sont autant de verrous bloquant le développement de l'astronomie. Premier verrou, le géocentrisme : la Terre est immobile au centre du monde. Deuxième verrou, la primauté du mouvement circulaire uniforme : la perfection du mouvement circulaire en fait le mouvement obligé pour les astres. Troisième verrou, la dichotomie du monde, le Tout comprenant deux régions : le monde sublunaire, qui va de la Terre à l'orbe de la Lune, monde du changement, de la génération et de la corruption, monde de la physique, des quatre éléments, la terre, l'eau, l'air et le feu ; le cosmos, qui va de l'orbe de la Lune à la sphère étoilée, monde du cinquième élément, la quintessence ou l'éther, monde perpétuellement identique à lui-même.

Système de Ptolémée

Dessin : Système de Ptolémée

Système de Ptolémée. Mouvements circulaires avec épicycles et déférents. Les centres des déférents sont eux-mêmes mobiles. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ptolémée, Juste de Gand

Diaporama : Ptolémée, Juste de Gand

JUSTE DE GAND, Ptolémée, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Dans le De revolutionibus, Copernic présente, en contradiction totale avec les apparences et le vécu, un nouveau système du monde où le Soleil trône au centre du monde. Peu de changement donc ; simplement, dans la grande machinerie de l'univers, en apparence toujours aussi complexe, Copernic se contente de permuter la place, mais aussi la fonction de la Terre et du Soleil. Au point que, parmi les œuvres qui marquent d'une pierre blanche les chemins de l'astronomie, le De revolutionibus est celle dont la place et le mérite restent parmi les plus contestés, et Copernic apparaît deux fois fauteur de discordes : en son temps parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens ; aujourd'hui, parmi les historiens des sciences.

Système de Copernic

Dessin : Système de Copernic

Système de Copernic. Basé sur l'hypothèse de mouvements circulaires, il nécessite aussi des rouages intermédiaires et n'évite pas une grande complication. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Le système de Copernic

Le système de Copernic
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ptolémée, Juste de Gand

Ptolémée, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Système de Copernic

Système de Copernic
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HÉLIOCENTRISME  » est également traité dans :

THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE D'ARISTARQUE DE SAMOS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 220 mots

L'observation du ciel conduit tout naturellement à penser que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre : c'était l'opinion d'Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) et de ses contemporains. Un siècle après Aristote, Aristarque de Samos (310 env.-env. 230 avant J.-C.) émet l'hypothèse que c'est en fait la Terre qui tourne autour du Soleil. En étudiant les pha […] Lire la suite

THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE DE COPERNIC

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 299 mots
  •  • 2 médias

Dans un manuscrit – De hypothesibus motuum caelestium a se constitutis commentariolus, plus connu sous le titre abrégé de Commentariolus – distribué discrètement à des amis sûrs en 1512 ou 1513 (en tout cas avant le 1er mai 1514), Nicolas Copernic formule les principes de sa théorie héli […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] La révolution intellectuelle que G. Bruno tenta d'opérer pour repenser les rapports de l'infini et du fini n'est qu'un effort d'unification de la pensée, sans concession à quelque autorité que ce soit. Aristote avait fondé son finitisme cosmologique sur des arguments rationnels, mais aussi sur des données d' observation. C'est cet attachement aux évidences sensibles que dénonce Bruno. Non qu'il ré […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 385 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Descartes et les thèses sur le mouvement de la Terre »  : […] Baillet nous apprend encore que Descartes n'aime pas le centre des villes : il préfère les faubourgs, et même « les villages et les maisons détachées au milieu de la campagne ». Nous savons cependant qu'à Amsterdam il a habité, au cœur de la ville, dans la Kalverstraat. C'est le quartier des bouchers, que sans nul doute il a choisi pour opérer plus aisément ses nombreuses dissections. Car Descarte […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier exposé complet de la physique céleste  »  : […] Epitom e est moins célèbre que d’autres œuvres de Kepler car il ne contient pas la première formulation d’une grande découverte, comme l’ Astronomia nova (1609) – qui démontre que les planètes parcourent des ellipses dont le Soleil occupe un des foyers et qu’elles ralentissent ou accélèrent en fonction de leur distance à ce Soleil (les deux premières lois de Kepler) – et l’ Harmonice mundi (1 […] Lire la suite

GALILÉE (G. GALILEI)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 4 182 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sentiers de la gloire »  : […] Que Galilée ait parfaitement compris l'importance considérable de sa découverte des satellites de Jupiter, rien ne le montre davantage que le nom d'« astres médicéens » qu'il leur impose juste à temps pour figurer sur le frontispice du Sidereus Nuncius . L'auteur et sa découverte avaient certainement besoin de protecteurs, mais, en choisissant de flatter le nouveau grand-duc de Toscane, Cosme II d […] Lire la suite

GRAVITATION

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 153 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Copernic, Kepler, Galilée : héliocentrisme et attraction »  : […] Les progrès spectaculaires de l’observation du ciel aux xvi e et xvii e  siècles se révéleront comme une des clés de la compréhension de la gravitation. Les difficultés des diverses améliorations du système de Ptolémée interrogeaient de nombreux savants européens, et l’idée de point équant paraissait erronée à beaucoup. Élève et assistant de l’astronome Domenico Maria Novara (1454-1504) à l’univ […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Espace culturel clos et ouverture anthropologique »  : […] L'époque de la Renaissance n'échappe pas à l'oscillation dialectique, qui prend parfois l'aspect d'oppositions irréductibles, entre un système du savoir et une philosophie de la transcendance. Le couple Platon-Aristote marque indubitablement, dans ce champ de gravitation culturelle, l'une des lignes de partage entre les esprits : Jean Bessarion (env. 1402-1472) contre Georges de Trébizonde dans l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre VERDET, « HÉLIOCENTRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heliocentrisme/