LIGETI GYÖRGY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héritage et tradition : la quadrature du cercle

Partir de Bartók pour aller vers..., voilà une volonté constituant l'originalité majeure de la musique de Ligeti qui, avec son Premier Quatuor à cordes, intitulé Métamorphoses nocturnes (1953-1954), démontre qu'il est à la fois le garant d'une tradition bartokienne et le catalyseur d'une future modernité qu'il reste toutefois à trouver.

À trente ans, György Ligeti a déjà beaucoup composé pour de petites formations instrumentales et pour la voix, mais il reste profondément insatisfait, comme un créateur de génie qui n'a pas encore inventé le langage auquel il aspire. « Il y eut – dit-il – une opposition intérieure qui consistait à s'intéresser à Stravinski, à Alban Berg, à étudier quelques partitions de Schönberg qui existaient mais qu'on ne pouvait entendre... À la fin, j'en vins à me dire : tout cela ne vaut pas la peine. Pourquoi devrais-je maintenant, avec vingt ou trente années de retard, suivre un style qui existe déjà, et est accompli ? » Déjà se dessinent très nettement dans l'esprit de Ligeti les prémisses d'une pensée musicale spécifique et la volonté de se forger une écriture qui, ne répétant a priori aucune école, ne s'assujettit à aucune d'entre elles de manière absolue.

Après le soulèvement de 1956 et son échec, date sombre pour l'histoire de la Hongrie, György Ligeti quitte son pays et s'installe en Allemagne occidentale pour s'initier aux techniques de composition qu'il ignore encore, en particulier celles de la musique sérielle. On lui doit ainsi une remarquable analyse de la première des trois Structures pour deux pianos de Pierre Boulez. Il a trente-trois ans, il travaille en compagnie de Karlheinz Stockhausen au studio de musique électronique de la radio de Cologne. Ligeti y réalise trois œuvres : Glissandi (1957), Artikulation (1958), et Pièce électronique no 3 (entamée en 1957 mais qui ne sera réalisée qu'en 1996).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIGETI GYÖRGY (1923-2006)  » est également traité dans :

LIGETI GYÖRGY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 190 mots

28 mai 1923 György Sándor Ligeti naît à Dicsöszentmárton, en Transylvanie, ville qui avait appartenu à la Hongrie jusqu'en 1920 avant de devenir roumaine sous le nom de Tîrnăveni.1941-1943 Ligeti étudie la composition, l'orgue et le violoncelle au Conservatoire de Kolozsvár (Klausenburg en allemand, aujourd'hui Cluj-Napoca, en Roumanie). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligeti-reperes-chronologiques/

ATMOSPHÈRES (G. Ligeti)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 284 mots

Le 22 octobre 1961, Atmosphères est créé au festival de Donaueschingen. Cette œuvre de György Ligeti constitue l'acte de naissance de la musique dite statique, qui marque une mutation profonde – mais non pas l'abolition – de l'essence même du sérialisme et du postsérialisme, la discontinuité : « Ma musique – dit Ligeti – donne l'imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmospheres/#i_35091

Atmosphères, LIGETI (György)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 752 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Autrichien d'origine hongroise, Ligeti enseigne à l'Académie Franz-Liszt de Budapest jusqu'à sa fuite de Hongrie en 1956. Il a alors déjà beaucoup composé mais son isolement a fait obstacle à l'épanouissement de ses idées musicales. À Cologne et à Vienne, il découvre l'avant-garde. Son style s'affirme dès les premières œuvres orchestrales écrites en Allemagne: Apparitions (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmospheres-ligeti-gyorgy/#i_35091

CONTINUITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 527 mots

En musique, la notion de continuité s'appuie sur deux visions du temps qui peuvent apparaître contradictoires : dynamique dans la musique dite occidentale, statique en ce qui concerne les musiques orientales. Mais ce paradoxe n'est qu'apparent puisque la continuité est avant tout recherche d' unité , thématique et formelle. Que celle-ci fasse appel au système tonal ou au sys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continuite-musique/#i_35091

MICROPOLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 206 mots

Le terme « micropolyphonie » est lié à une technique d'écriture inventée par György Ligeti et que celui-ci utilisa pour la première fois dans Apparitions , pour grand orchestre, composé en 1958-1959 et créé le 19 juin 1960 à Cologne. Il s'applique, comme son nom l'indique, à une polyphonie du microcosme. En d'autres termes, les « nuages sonores » ou clusters plus ou moins ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/micropolyphonie/#i_35091

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les musiques massiques »  : […] En réaction aux musiques sérielles, pointillistes et éparpillées, apparaissent les premières musiques « massiques ». Il ne s'agit plus là, pour l'auditeur, d'essayer de se repérer dans une jungle impénétrable de lignes et de notes. Il lui faut suivre des évolutions sonores globales, des ensembles, des nuages, des masses, à l'instar de ces phénomènes naturels (bruissements des cigales, de la pluie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_35091

SALONEN ESA-PEKKA (1958- )

  • Écrit par 
  • Charles TRUMBULL
  • , Universalis
  •  • 1 001 mots

Dans le chapitre « Un chef au service de la musique de son temps »  : […] Esa-Pekka Salonen fait ses débuts à la direction en 1979, avec l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise. Les nombreux engagements qu’il obtient ensuite en Scandinavie sont notamment marqués par la production de Wozzeck d’Alban Berg à l’Opéra de Stockholm. En 1983, il dirige au pied levé le Philharmonia Orchestra de Londres dans la Troisième Symphonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esa-pekka-salonen/#i_35091

Voir aussi

Pour citer l’article

Danielle COHEN-LÉVINAS, « LIGETI GYÖRGY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-ligeti/