LIGETI GYÖRGY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour une esthétique du son continu

Grâce aux moyens du studio de musique électronique, Ligeti contrôle la nature même de la continuité du parcours sonore en modifiant, le cas échéant, leur seuil d'estompage par un travail inverse : la discontinuité d'éléments particuliers. Ces éléments évoluant individuellement et de façon discontinue sont systématiquement superposés en couches. Grâce à la rapidité du déroulement de la bande, on obtient l'impression d'une continuité, la durée de chaque hauteur étant dans ce cas inférieure à un vingtième de seconde. Toutefois, déçu par les limites de l'électronique, Ligeti quitte Cologne, s'installe à Vienne – il a acquis la nationalité autrichienne –, et enseigne la composition à Darmstadt, à Stockholm, à Berlin et à Hambourg.

S'il considère ses œuvres de musique électronique comme des échecs (sauf Artikulation) du point de vue de leur réalisation musicale (« il me semble, explique-t-il, que le résultat sonore est amoindri par la transmission par haut-parleur »), il reconnaît que cette expérience est le véritable point de départ d'une production exclusivement instrumentale ou vocale.

Ascétisme et complexité

Provocateur ou poète ? Ligeti, qui s'impose comme un compositeur non sériel en réaction contre un courant sans issue pour la nouvelle avant-garde européenne, va mettre en relief un certain nombre de confusions entre les domaines physique et psychique de l'écoute musicale : « Je pensais que même si les hauteurs, d'une part, et les durées, de l'autre, sont déterminées par un même ordre, quelque chose comme une série de nombres logarithmiques, l'analogie des deux séries n'est établie que sur le plan de la description verbale ; une analogie musicale efficiente ne s'établit pas. Notre système nerveux, quant aux rapports de hauteurs, réagit naturellement différemment que pour les rapports de durées. Ceux-ci, physiquement, appartiennent sûrement à un contexte commun, mais n'ont psychiquement, à travers la réalité de notre perception, aucune correspondance contextuelle. »

La musique statique devient un centre de préoccupations, non plus tra [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIGETI GYÖRGY (1923-2006)  » est également traité dans :

LIGETI GYÖRGY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 190 mots

28 mai 1923 György Sándor Ligeti naît à Dicsöszentmárton, en Transylvanie, ville qui avait appartenu à la Hongrie jusqu'en 1920 avant de devenir roumaine sous le nom de Tîrnăveni.1941-1943 Ligeti étudie la composition, l'orgue et le violoncelle au Conservatoire de Kolozsvár (Klausenburg en allemand, aujourd'hui Cluj-Napoca, en Roumanie). […] Lire la suite

ATMOSPHÈRES (G. Ligeti)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 284 mots

Le 22 octobre 1961, Atmosphères est créé au festival de Donaueschingen. Cette œuvre de György Ligeti constitue l'acte de naissance de la musique dite statique, qui marque une mutation profonde – mais non pas l'abolition – de l'essence même du sérialisme et du postsérialisme, la discontinuité : « Ma musique – dit Ligeti – donne l'imp […] Lire la suite

Atmosphères, LIGETI (György)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 752 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Autrichien d'origine hongroise, Ligeti enseigne à l'Académie Franz-Liszt de Budapest jusqu'à sa fuite de Hongrie en 1956. Il a alors déjà beaucoup composé mais son isolement a fait obstacle à l'épanouissement de ses idées musicales. À Cologne et à Vienne, il découvre l'avant-garde. Son style s'affirme dès les premières œuvres orchestrales écrites en Allemagne: Apparitions (1960) et Atmosphères ( […] Lire la suite

CONTINUITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 527 mots

En musique, la notion de continuité s'appuie sur deux visions du temps qui peuvent apparaître contradictoires : dynamique dans la musique dite occidentale, statique en ce qui concerne les musiques orientales. Mais ce paradoxe n'est qu'apparent puisque la continuité est avant tout recherche d' unité , thématique et formelle. Que celle-ci fasse appel au système tonal ou au système modal ne change r […] Lire la suite

MICROPOLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 206 mots

Le terme « micropolyphonie » est lié à une technique d'écriture inventée par György Ligeti et que celui-ci utilisa pour la première fois dans Apparitions , pour grand orchestre, composé en 1958-1959 et créé le 19 juin 1960 à Cologne. Il s'applique, comme son nom l'indique, à une polyphonie du microcosme. En d'autres termes, les « nuages sonores » ou clusters plus ou moins étendus utilisés par Lig […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les musiques massiques »  : […] En réaction aux musiques sérielles, pointillistes et éparpillées, apparaissent les premières musiques « massiques ». Il ne s'agit plus là, pour l'auditeur, d'essayer de se repérer dans une jungle impénétrable de lignes et de notes. Il lui faut suivre des évolutions sonores globales, des ensembles, des nuages, des masses, à l'instar de ces phénomènes naturels (bruissements des cigales, de la pluie, […] Lire la suite

SALONEN ESA-PEKKA (1958- )

  • Écrit par 
  • Charles TRUMBULL
  • , Universalis
  •  • 1 001 mots

Dans le chapitre « Un chef au service de la musique de son temps »  : […] Esa-Pekka Salonen fait ses débuts à la direction en 1979, avec l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise. Les nombreux engagements qu’il obtient ensuite en Scandinavie sont notamment marqués par la production de Wozzeck d’Alban Berg à l’Opéra de Stockholm. En 1983, il dirige au pied levé le Philharmonia Orchestra de Londres dans la Troisième Symphonie de Mahler, une brillante prestation qu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Danielle COHEN-LÉVINAS, « LIGETI GYÖRGY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-ligeti/