GRIPPE AVIAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grippe aviaire est une maladie très contagieuse susceptible de toucher toutes les espèces d'oiseaux, et notamment les volailles domestiques, provoquant d'importantes épizooties pouvant être particulièrement dévastatrices. Elle est due au virus Influenza A (famille des Orthomyxoviridae). Pendant longtemps, cette maladie n'a concerné que les élevages de volailles mais, en 1997, le virus de la grippe aviaire, répondant à la formule H5N1, allait être directement transmis à l'homme et occasionner une épidémie à Hong Kong, laquelle toucha dix-huit personnes et provoqua six décès. Cette étape allait ouvrir une nouvelle page dans l'histoire de l'épidémiologie de la grippe et dans le risque de survenue d'une pandémie.

Épidémiologie

Il existe deux formes de la maladie. La première, bénigne, se traduit chez l'oiseau atteint par un aspect ébouriffé des plumes associé à une baisse significative de la ponte. La seconde, hautement pathogène et très contagieuse, a été décrite dès 1878, en Italie, sous le terme de peste aviaire. Elle peut en une journée entraîner la mort de la totalité des volailles d'une région donnée.

Grippe aviaire

Dessin : Grippe aviaire

Épidémiologie de la grippe aviaire. Celle-ci est une zoonose dont le réservoir du virus est constitué par les oiseaux aquatiques. En 1997, à Hong Kong, le virus de la grippe aviaire a pour la première fois été transmis directement à l'homme, comme le font apparaître les parcours... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pourquoi deux formes de la maladie ?

Les deux formes cliniques de la maladie sont dues à un même virus de la grippe qui a évolué lors de sa multiplication en se propageant dans les élevages. Le virus Influenza A possède, en surface, des spicules, dénommés hémagglutinine (HA) et neuraminidase (NA), dotés de propriétés multiples et qui permettent d'identifier et de classer les virus de la grippe. Pour être active, l'HA doit être clivée en deux fragments. Cette étape essentielle détermine le type de cellules que le virus pourra infecter. Dans la forme bénigne de la grippe aviaire, ce clivage est réalisé par des enzymes présentes dans les voies respiratoires et digestives, induisant une infection localisée. Dans la forme hautement pathogène, le site de clivage de l'HA a été modifié par l'insertion d'acides aminés basiques. Cette mutation est liée à l'instabilité des virus à ARN lors de leur réplication. Le clivage de l'hémagglutinine est alors réalisé par des enzymes présentes dans l'ensemble de l'organisme, aboutissant ainsi à une infection généralisée associée à une forte mortalité. Cette insertion dans le site de clivage de l'HA a été retrouvée au cours des différentes épizooties meurtrières de grippe aviaire qui ont toutes été attribuées à des virus possédant l'hémagglutinine H5 ou H7. L'analyse du site de clivage constitue un excellent marqueur pour apprécier l'évolution du pouvoir pathogène du virus de la grippe aviaire. En revanche, il ne semble pas qu'il s'agisse d'un paramètre déterminant pour expliquer sa virulence chez l'homme, virulence qui paraît dépendre de plusieurs facteurs.

Mode de transmission

L'infection des volailles domestiques s'effectue par les fientes des oiseaux sauvages porteurs du virus de la grippe. Le risque est augmenté lorsque les volailles sont élevées en plein air et s'alimentent en eau dans des réserves partagées avec les oiseaux sauvages. La maladie peut se propager d'un pays à l'autre par le commerce des volailles vivantes et par les oiseaux migrateurs. Quand un pays est touché, la maladie gagne rapidement de ferme à ferme. Les oiseaux infectés excrètent d'importantes quantités de virus qui se mélangent aux poussières du sol. Le virus va alors se déplacer avec le matériel contaminé (cages, véhicules, etc.) ou par l'intermédiaire de l'homme (les chaussures, par exemple, peuvent constituer un redoutable mode de transfert de la maladie d'une exploitation à l'autre).

Réservoirs de virus H5N1

Photographie : Réservoirs de virus H5N1

Fermier vietnamien transportant des volailles vivantes sur un marché de la province de Hung Yen. Le risque de pandémie de la grippe aviaire demeure présent. En effet, on craint que le virus H5N1 — hautement pathogène pour les oiseaux — subisse des mutations le rendant dangereux pour... 

Crédits : Hoang Dinh Nam/ AFP

Afficher

Les épizooties de grippe aviaire dans le monde ont été, jusqu'à ces dernières années, sporadiques. Entre 1955 (date de la découverte du virus aviaire) et 1995, moins d'une quinzaine d'épizooties ont été recensées, principalement chez les poulets et les dindes. Depuis lors, on observe une augmentation significative des épizooties meurtrières de grippe aviaire (treize entre 1995 et 2004), entraînant des conséquences socio-économiques importantes, notamment en Italie, aux Pays-Bas, en Amérique du Nord et surtout en Asie. Ainsi, aux Pays-Bas en 2003, une épizootie de grippe aviaire (due au virus H7N7) a abouti à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Grippe aviaire

Grippe aviaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réservoirs de virus H5N1

Réservoirs de virus H5N1
Crédits : Hoang Dinh Nam/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRIPPE AVIAIRE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK, 
  • Christos LYNTERIS
  •  • 3 954 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les définitions changeantes des zoonoses »  : […] Le terme « zoonose » est créé en 1855 par le médecin allemand Rudolf Virchow à partir des racines grecques zoon (animal) et nosos (maladie). Il définit la transmission de pathogènes des animaux vertébrés non humains aux humains, ce qui exclut les maladies à vecteurs (moustiques, poux) comme le paludisme ou le typhus. Il suppose en effet un réservoir animal dont les symptômes sont perçus comme […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2005 : un rebond confirmé malgé tout

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un monde émergent dynamique  »  : […] Bénéficiant de conditions monétaires très favorables et d'une demande mondiale dynamique, les pays émergents (qui représentent aujourd'hui 44,5 p. 100 du P.I.B. mondial ) ont globalement connu une croissance très vive de 6,4 p. 100. L'activité asiatique a été tirée par les demandes américaine, chinoise et, dans une moindre mesure, indienne. La plupart des pays ont vu cependant leur activité ralent […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les pandémies  »  : […] Le choléra . La « septième » épidémie de choléra (provoquée par une bactérie), apparue en 1961 en Indonésie, n’est toujours pas réellement maîtrisée . La République démocratique du Congo, notamment, a connu des flambées épidémiques sérieuses depuis 1974, date du retour de cette maladie sur ce territoire, avec notamment plus de 800 morts en 2016 avant une autre flambée en 2020. Les conditions sanit […] Lire la suite

GRIPPE

  • Écrit par 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 908 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Évolution du concept épidémiologique de la grippe »  : […] Dès 1918, on associa les animaux, en l'occurrence les porcs, à l'épidémiologie de la grippe espagnole. Dans les années 1970, la connaissance de la structure du virus de la grippe, et notamment son génome segmenté, révéla ses possibilités évolutives. Lorsqu'il devint possible de typer la diversité des virus de la grippe par l'étude des protéines de surface (HA et NA), il fut établi que les oiseaux […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-18 janvier 2006 Turquie. Décès dus au virus de la grippe aviaire

Le 1er, un garçon meurt de la grippe aviaire en Turquie, dans un village situé près de la frontière iranienne. Il s'agit du premier décès causé par l'épidémie hors de l'Asie orientale où elle a fait quelque soixante-dix victimes humaines depuis 2003, principalement au Vietnam, en Thaïlande et en Indonésie. Dans les derniers mois de 2005, des oiseaux morts de la grippe aviaire ont été localisés en Turquie, mais aussi en Croatie, en Roumanie, en Russie et en Ukraine. […] Lire la suite

10-13 octobre 2005 Union européenne. Progression de l'épizootie de grippe aviaire en Europe

Des foyers de grippe aviaire ont été découverts au cours des derniers mois en Chine, en Mongolie, en Russie et au Kazakhstan. Les oiseaux migrateurs sont soupçonnés d'être les vecteurs de propagation de l'épizootie. Le 13, Bruxelles adopte des mesures similaires à l'encontre de la Roumanie où un foyer a été identifié.  […] Lire la suite

23 janvier 2004 Union européenne. Mesures contre l'épidémie de grippe aviaire

L'Union européenne annonce la suspension de ses importations de viande de poulet en provenance de Thaïlande où sévit une épidémie de grippe aviaire, ou « grippe du poulet ». Celle-ci s'étend rapidement à l'ensemble des pays de l'Asie du Sud-Est ainsi qu'à la Corée du Sud, au Japon et à la Chine. La diffusion rapide du virus, qui se transmet à l'homme, conduit à l'abattage de millions de volailles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François SALUZZO, « GRIPPE AVIAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grippe-aviaire/