GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’épistémologie comparative

C’est en ce sens que la philosophie de Granger est bien une « philosophie de professeur » dont il n’aurait pas renié la définition laborieuse. Il aimait évoquer le mot de Kant à propos du « ton grand seigneur adopté naguère en philosophie », qu’il devait placer en exergue du livre publié peu après son arrivée au Collège de France (Pour la connaissance philosophique, 1988), dans lequel sa méthode d’épistémologie comparative et son concept de « style » viennent s’appliquer à la philosophie elle-même, saisie en creux d’un « exercice d’épistémologie négative ». D’abord visé par une philosophie de l’activité scientifique comprise comme construction et application des structures à l’activité humaine, dès les thèses, où se trouve déjà présenté le programme d’une « épistémologie comparative » entre sciences exactes et sciences humaines, le concept en est plus précisément approché comme celui d’une dialectique entre Pensée formelle et sciences de l’homme (1960). Il est enfin défini dans les termes d’une stylistique ou « ergologie transcendantale » générale dans l’Essai d’une philosophie du style (1968). Ce qui impliquait, et là était sa plus forte originalité, une application du concept de style et de pratique, horizon de l’opposition des formes aux contenus, à la pensée formelle mathématique ou logique, prise en elle-même, hors de toute considération d’application des structures à l’empirie ou à l’action.

Ces grands ouvrages transposaient ainsi l’esthétique transcendantale de Kant du domaine de la perception à celui de l’activité au travail qu’explorent les sciences humaines, en alliant l'inspiration kantienne d’une « statique des structures » à celle, aristotélicienne, d’une « dynamique des structures ». Ainsi se trouvait, selon Granger, exploré un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeure émérite des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)  » est également traité dans :

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique modale traditionnelle »  : […] La logique modale est née de l'intérêt qu'ont manifesté les philosophes, dès l'Antiquité, pour les notions de nécessité et de possibilité, et pour une élucidation de leurs fonctions dans le discours. Le fondateur de la logique modale proprement dite est Aristote, qui l'aborde dans le De interpretatione (paragr. 12 et 13) et dans les Premiers Analytiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_50706

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_50706

Voir aussi

Pour citer l’article

Elisabeth SCHWARTZ, « GRANGER GILLES GASTON - (1920-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/granger-gilles-gaston-1920-2016/