GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le philosophe Gilles-Gaston Granger occupe une place éminente dans l’histoire de la philosophie du xxe siècle.

Né à Paris le 28 janvier 1920, élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm de 1940 à 1943, il est reçu à l’agrégation de philosophie en même temps que Jules Vuillemin, Tran Duc Thao et François Cuzin. Il est nommé professeur au lycée de Dijon (1943-1944) et s’engage l’année suivante dans les Forces françaises libres de l’intérieur. Nommé à la rentrée de 1945 professeur de première supérieure au lycée de Marseille, il poursuit sa formation scientifique, obtient une licence de sciences mathématiques en 1946, bénéficie en 1947 d’un détachement au CNRS réorganisé à la Libération, avant de partir au Brésil où il séjourne plusieurs années (1947-1953) comme professeur à l’université de São Paulo. Un second détachement au CNRS (1954-1955) précède la soutenance de ses thèses : la thèse principale, Méthodologie économique, dirigée par Gaston Bachelard et publiée aux PUF dans la collection de son maître, en 1955, et la thèse complémentaire La Mathématique sociale du marquis de Condorcet, dirigée par Henri Gouhier, et publiée en 1956 dans la même collection. Gilles-Gaston Granger est alors maître de conférences à la faculté de Rennes, où il a été nommé en 1955 et où il enseigne jusqu’en 1959. Après un nouveau détachement comme professeur à São Paulo (1959-1960), il quitte Rennes en 1962, détaché à l’UNESCO pour la direction de l’ENS de Brazzaville. Il est enfin nommé en 1964 professeur à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence, devenue après 1968 une composante de l’université de Provence, qu’il ne quittera que pour le Collège de France. Élu en 1986 à une chaire d’épistémologie comparative créée pour lui sous le nom de l’équipe associée au CNRS qu’il avait formée à son arrivée à Aix, il y exerce son magistère sans quitter sa résidence prov [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeure émérite des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)  » est également traité dans :

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique modale traditionnelle »  : […] La logique modale est née de l'intérêt qu'ont manifesté les philosophes, dès l'Antiquité, pour les notions de nécessité et de possibilité, et pour une élucidation de leurs fonctions dans le discours. Le fondateur de la logique modale proprement dite est Aristote, qui l'aborde dans le De interpretatione (paragr. 12 et 13) et dans les Premiers Analytiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_50706

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_50706

Voir aussi

Pour citer l’article

Elisabeth SCHWARTZ, « GRANGER GILLES GASTON - (1920-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/granger-gilles-gaston-1920-2016/