GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bachelard, Cavaillès

Dans un texte publié en hommage à Gaston Bachelard en 1974, Janus bifrons, Granger s’assumait encore en effet comme le « disciple peu fidèle, comme il convient », mais l’élève tout de même de ce philosophe et surtout de Jean Cavaillès. Le même texte se plaisait à reconnaître la rencontre des idées bachelardiennes avec celles de Cavaillès, « celui de mes maîtres » écrivait Granger, republiant ce texte dix ans plus tard, « dont je voudrais pouvoir me sentir le plus proche ». Il écrira en 1985 qu’il avait trouvé chez eux « des exemples du travail philosophique », dont « leur diversité, leur opposition même », lui « montrait non point ce qu’on devait penser, mais comment on devait s’efforcer de le faire ». En l’espèce, Gaston Bachelard permettait de « marier l’histoire des idées scientifiques et l’analyse des procédures de l’imagination créatrice », et Granger devait choisir de placer en tête du recueil de ses travaux très tard publiés, et réunis sous le titre Formes, opérations, objets (1994), le texte d’un premier article publié en 1947, « Pygmalion. Réflexions sur la pensée formelle », où semble bien transposé sur un terrain qui n’était pas le sien le modèle bachelardien. Jean Cavaillès, surtout, venait « rattacher une réflexion sur les concepts de la science à une méditation des thèmes profonds de la philosophie ». Granger lui consacre dès la même année 1947 le mémorable article intitulé « Jean Cavaillès ou la montée vers Spinoza ». Il était donc resté l’élève des élèves, même très dissidents, de Léon Brunschvicg, comme il dit alors l’être d’un autre maître, plus tard connu, Martial Gueroult, à qui il demandait d’apprendre non une philosophie, et surtout pas celle d’une chapelle, mais à philosopher, comme y tend à sa manière tout homme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeure émérite des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)  » est également traité dans :

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique modale traditionnelle »  : […] La logique modale est née de l'intérêt qu'ont manifesté les philosophes, dès l'Antiquité, pour les notions de nécessité et de possibilité, et pour une élucidation de leurs fonctions dans le discours. Le fondateur de la logique modale proprement dite est Aristote, qui l'aborde dans le De interpretatione (paragr. 12 et 13) et dans les Premiers Analytiques (I, 3 et 13 ; I, 8-22). Dans le De interp […] Lire la suite

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] On ne tentera pas d'esquisser l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et normative : grammaire de l'exp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elisabeth SCHWARTZ, « GRANGER GILLES GASTON - (1920-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/granger-gilles-gaston-1920-2016/