INVASIONS GRANDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La deuxième vague (Ve-VIe siècle)

L'Empire n'était pas mort du choc des premières invasions. En Orient, après la catastrophe d'Andrinople, il s'était pleinement ressaisi et la frontière danubienne avait été reprise en main pour près de deux siècles. C'est de l'Asie, et plus spécialement de la Perse sassanide, que vint pour lui au cours des générations suivantes la menace la plus dangereuse. En Occident, il avait bien fallu tolérer, sous le couvert d'un traité d'alliance (foedus), le cantonnement de troupes germaniques accompagnées de toute une population civile dans quelques enclaves comme la région genevoise, l'Aquitaine, la Galice et l'Afrique. Mais, au milieu du ve siècle, une autorité impériale commandait toujours à peu près partout, sauf dans la lointaine Bretagne, à une administration civile strictement hiérarchisée et à quelques armées de campagne qui, bien que formées de Barbares, obéissaient à peu près à ses ordres et maintenaient en tout cas le prestige de Rome.

L'une de ces armées était établie dans le nord-est de la Gaule, avec Soissons pour quartier général. La deuxième couvrait les accès orientaux de la plaine du Pô et Ravenne, la capitale. La troisième, moins importante, stationnait en Dalmatie. Bien qu'isolées les unes des autres, ces armées constituaient encore une force appréciable et leur loyalisme envers l'idée romaine n'était pas douteux, même s'il hésitait quelquefois devant les fantoches que les coteries plaçaient sur le trône. Très compromise, la cause de Rome en Occident n'était pas encore tout à fait perdue.

Mais, faute d'argent – en dépit d'une pression fiscale écrasante –, ces troupes n'étaient pas régulièrement soldées. Or elles avaient sous les yeux le spectacle des « alliés » barbares auxquels le foedus avait permis d'obtenir une rétribution en terres dans le cadre de l'« hospitalité ». En 476, l'armée d'Italie se souleva en réclamant des terres. Son chef, un Germain, Odoacre, d'origine skire, s'établit à Ravenne, déposa l'empereur-enfant Romulus Augustulus (lui-même fils d'un ancien secrétaire d'Attila), distribua des terres à ses troupes et fut proclamé roi par celles-ci ; mais il eut la sagesse de respecter la fiction impériale, en faisant allégeance au souverain de l'Orient, Zénon, qui feignit de s'en accommoder. Comme l'armée d'Italie était un agglomérat de nationalités diverses, l'affaire ne déboucha pas sur la naissance d'un État germanique solide. On a vu que Théodoric l'Ostrogot en vint à bout sans trop de peine dix-sept années plus tard.

Les fidèles de Rome qui survivaient hors d'Italie ne reçurent plus aucune impulsion commune. L'armée de Dalmatie tenta de faire un empereur. Celle de Gaule se comporta en entité autonome sous ses maîtres de la milice, Aegidius et son fils Syagrius, qui pendant une dizaine d'années eurent autant de liberté d'action que les rois barbares, leurs voisins. Des civils, entraînés par quelques sénateurs, tentèrent de créer un refuge romain en Auvergne, mais furent balayés par le roi visigot Euric. D'autres, issus plutôt de l'aristocratie municipale, avaient aussi essayé de prendre en main le gouvernement local de la Bretagne et de l'Armorique. En Gaule et dans le nord de l'Espagne, une révolte assez générale des classes rurales, la bagaude, ajoutait au désarroi.

Dans ces conditions, des chances nouvelles furent offertes à des peuples westiques restés jusque-là à l'arrière-plan, tant en raison de leur faiblesse relative que de leur respect pour Rome. Telle est l'origine directe de la deuxième vague des invasions. Les principaux bénéficiaires de la nouvelle situation furent les Francs ; autour d'eux, les Alamans et les Bavarois réussirent leur entrée dans le monde romain ; enfin, par ricochet, la conquête franque de la Gaule contraignit les Visigots à gagner l'Espagne un siècle après leur première migration.

Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle

Dessin : Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle

Les Alamans, Thuringiens et Bavarois face à l'expansion des Francs durant la seconde moitié du VIe s. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Francs

On rappellera seulement ici les très grandes étapes de leur histoire. Leur mainmise sur le nord de la Gaule ne résulte pas d'une véritable invasion. En effet, ce peuple de la rive droite du Rhin inférieur s'était depuis le début du ive siècle assigné deux tâches distinctes. Les uns, la masse du peuple, avaient commencé une lente progression à l'ouest du Rhin, en direction de la vallée de l'Escaut et de celle de la Moselle, à mesure que ces régions étaient délaissées par l'autorité romaine. Les autres, des chefs surtout, s'étaient placés au service de Rome ; dans l'armée de Gaule, ils avaient longtemps gar [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Grandes Invasions, IVe-Ve siècle

Grandes Invasions, IVe-Ve siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle

Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INVASIONS GRANDES  » est également traité dans :

DÉBUT DES GRANDES MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 203 mots

Dès le iiie siècle avant notre ère, il y eut de multiples mouvements de peuples germaniques à partir de l'Europe du Nord, mais qui ne menacèrent pas directement le monde romain, sinon par des raids sans lendemain, notamment au milieu du iiie siècle de notre ère. L'année 375 marque cependant la date tradit […] Lire la suite

EMPIRE ROMAIN ET BARBARES AU IVe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 268 mots

325 Réforme de l'armée par Constantin qui institue une armée de manœuvre et une armée de frontière.351 Bataille de Mursa, la plus sanglante du ive siècle, durant la guerre civile entre l'empereur Constance II et l'usurpateur Magnence.357 Victoire de l'armée romaine sur les Alam […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

ANDRINOPLE BATAILLE D' (378)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 239 mots

La bataille d'Andrinople (Edirne, Turquie actuelle) constitue pour les Romains le plus grave désastre militaire du iv e  siècle. Les Goths, chassés du nord du Danube par les Huns, demandent en 376 asile à l'Empire. Mal accueillis en Thrace par les commandants régionaux, ils finissent par se révolter. Après trois ans d'opérations incertaines, l'empereur d'Orient Valens, qui a mal évalué leurs forc […] Lire la suite

ANGLO-SAXON ART

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 5 159 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une situation historique complexe »  : […] On ne peut comprendre la genèse et l'évolution de l'art anglo-saxon du haut Moyen Âge ( v e - ix e  s.) sans un rapide survol de l'histoire de l'Angleterre romaine, puis barbare. Peuplée de Celtes, la Bretagne (dénomination de l'Angleterre par les Romains, alors qu'ils connaissaient la Bretagne actuelle sous le nom d'Armorique) fut, du fait de sa situation périphérique et insulaire, l'une des der […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de Romaioi ), mais, en pratique, l'Empire connaît des divisions, dues soit à des usurpations (cas des Empires « gaulois » et « palmyrénien » au iii e […] Lire la suite

ARCADIUS FLAVIUS PIUS FELIX (377-408) empereur d'Orient (395-408)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 500 mots

Fils aîné de l'empereur Théodose le Grand et de Aelia Flacilla, il est associé dès l'âge de six ans à l'Empire par son père et proclamé auguste. Cette désignation est confirmée par sa triple nomination de consul en 385, 392 et 394. De petite taille et chétif, Arcadius est confié à divers précepteurs renommés, tels le rhéteur Themistius et le diacre Arsénius qui l'instruisent dans la religion chrét […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Athènes romaine »  : […] À partir de 168 (défaite de Persée à Pydna), l'hégémonie de Rome se substitue en Grèce à celle de la Macédoine. Athènes n'a d'abord qu'à s'en louer. En 166, les Romains lui restituent quelques clérouquies et lui donnent Délos, d'où un essor nouveau du Pirée, renforcé encore par la lamentable destruction de Corinthe (146). Les vicissitudes politiques du i er  siècle font à nouveau péricliter Athène […] Lire la suite

ATTILA (395-453) roi des Huns (434 env.-453)

  • Écrit par 
  • E. A. THOMPSON
  • , Universalis
  •  • 826 mots

Roi des Huns (de 434 environ à 453), né en 395, mort en 453. Attila fut l'un des plus grands chefs barbares qui assaillirent l'Empire romain, envahissant le sud des Balkans et la Grèce, puis la Gaule et l'Italie. Les légendes germaniques célèbrent Attila sous le nom d'Atli (en scandinave) ou d'Etzel (en allemand, dans la Chanson des Nibelungen ), tandis que l'historiographie chrétienne se souvi […] Lire la suite

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Armes et bijoux »  : […] L’exposition bénéficie donc des résultats récents de l’archéologie préventive, aussi bien dans le domaine funéraire que dans celui des habitats. À la périphérie de Saint-Dizier, à peu de distance des trois tombes déjà mentionnées, plusieurs autres tombes furent installées à la même époque dans les ruines d’une grande villa gallo-romaine, tandis qu’un nouveau village poursuivait l’occupation du li […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien MUSSET, « INVASIONS GRANDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-invasions/