GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE (Espagne)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée par ‘Abd al-Rahmān Ier en 785-786 à Cordoue, sa nouvelle capitale, et agrandie par la suite à plusieurs reprises, la mosquée possède d'emblée son plan : de longues nefs perpendiculaires au mur qibla (indiquant la direction de la prière : la Ka‘ba de La Mecque), la différenciation entre la nef principale, plus large, et les dix nefs qui la flanquent de part et d'autre, la superposition de colonnes et de piliers et, surtout, d'extraordinaires arcades doubles. Les travaux postérieurs, tout en respectant l'ordonnance initiale, ont apporté des innovations et des raffinements : ‘Abd al-Rahmān III (912-961), fait ajouter un minaret. Al-Hakam II (961-976), son fils et successeur, apporta les coupoles sur nervures qui structurent et hiérarchisent l'espace en fonction du mihrab (niche indiquant la direction de La Mecque). Celui-ci est paré de mosaïques à fond d'or, qui sont d'origine byzantine, mais dont les bandeaux d'écriture coufique en bleu et or font oublier l'origine chrétienne. Le dernier agrandissement islamique entrepris par al-Mansūr consiste en un élargissement latéral de huit nefs. Les transformations chrétiennes, au xiiie et au xve siècle furent discrètes ; mais, au début du xvie siècle, le clergé de la cathédrale de Cordoue chargea Hernan Ruiz de mettre l'édifice au goût du jour. Quand Charles Quint vit la cathédrale en 1526, il exprima sa déception : « Vous avez construit quelque chose de banal à la place d'un monument unique. »

Grande Mosquée de Cordoue

Grande Mosquée de Cordoue

photographie

Colonnes et piliers superposés, arcades doubles à claveaux bichromes caractérisent la salle de prière de la Grande Mosquée de Cordoue, fondée en 785-786 par 'Abd al-Rahman Ier et agrandie au IXe siècle par 'Abd al-Rahman II. 

Crédits : Geography Photos / Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

La Grande Mosquée de Cordoue a influencé toute l'architecture hispano-maghrébine, sans que ses arcades superposées et les mosaïques en pâte de verre aient jamais été reprises par d'autres architectes. Les coupoles sur nervures, elles, furent transposées en stuc pour créer des coupoles ressemblant à des dentelles translucides ; l'arc en fer à cheval et les arcades polylobées et entrelacées devinrent omniprésents dans l'ensemble du monde hispano-maghrébin.

—  Marianne BARRUCAND

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE, Espagne  » est également traité dans :

GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 478 mots

710 La première incursion d'armées musulmanes dans la péninsule Ibérique est dirigée par un berbère du nom de Tarīf, et suivie, au printemps 711, par une expédition beaucoup plus massive, commandée par un autre berbère du nom de Tāriq (de là les noms de Tarifa et de Gibraltar : Djabal al-Tāriq, la montagne de Tāriq). Puis le dignitaire arabe Mūsā ibn Nusayr prit les rênes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-mosquee-de-cordoue-reperes-chronologiques/

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Cordoue, capitale du royaume omeyyade »  : […] La conquête de la majeure partie de l'Espagne par les musulmans, en 711, et surtout l'installation à Cordoue d' ‘Abd al-Raḥmān, dernier descendant de la famille califale des Omeyyades de Syrie, imprimèrent à l'histoire de l'art dans l'ancienne Bétique une orientation toute nouvelle : un art musulman d'Espagne allait naître. ‘Abd al-Raḥmān apportait avec lui la nostalgie de sa Syrie natale, pays d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_31233

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La part de l'Orient »  : […] Jusqu'à l'époque romane, l'Europe occidentale a vécu dans la nostalgie de l'unité impériale perdue et avec le désir de récupérer la part de l'héritage culturel romain conciliable avec l'idéal chrétien. Son histoire artistique apparaît comme une suite de renaissances, celle à laquelle Charlemagne a donné son nom n'étant que la plus connue. L'attitude de l'Espagne protomédiévale est toute différente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_31233

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des provinces méditerranéennes »  : […] Ahmad ibn Tūlūn, gouverneur d'Égypte issu de la garde turque de Samarra, fonda une ville nouvelle au nord de Fustat dont seule la mosquée subsiste. Adaptation plutôt que copie servile de la grande mosquée de Samarra, elle introduit en Égypte des formes qui vont marquer l'architecture religieuse ultérieure. De cette époque, on a aussi conservé des fragments de tissus, des tirāz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_31233

Pour citer l’article

Marianne BARRUCAND, « GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE (Espagne) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-mosquee-de-cordoue-espagne/