BUTLER JUDITH (1955-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Cleveland (Ohio) en 1955, professeur de rhétorique et de littérature comparée à l'université de Californie à Berkeley, Judith Butler a développé depuis 1990 une réflexion complexe et évolutive, qui est désormais assez largement accessible au lecteur francophone.

Cette œuvre est née et s'est développée sur le fil de la question du genre (Gender Trouble, 1990). La formulation de cette question telle que Judith Butler l'avait d'abord rencontrée dans la pensée féministe lui a semblé insuffisante. Pour elle, en effet, celle-ci conteste à juste titre les déterminations sociales et culturelles dont ont séculairement été affectés les individus en raison de leur sexe, ainsi que les places auxquelles ils/elles ont été assignés dans le cadre de rapports de pouvoir. Elle n'interroge cependant pas la réalité du genre en tant que telle, et contribue même à la requalifier dans sa forme séculaire. L'analyse critique butlérienne porte en effet non sur les effets socio-économiques ou symboliques de la bicatégorisation sexuée mais sur cette bicatégorisation elle-même, et ultimement sur le caractère déterminant conféré à une différence organique.

Une dialectique des sexualités

C'est à la lumière de la problématique des (homo)sexualités que se radicalise le questionnement de Judith Butler, jetant le « trouble » dans la définition du genre, trouble qui signale son instabilité à partir du moment où la normativité du désir ne lui sert plus de caution ou de repère. Pour l'auteur, le « corps est lui-même une construction » que détermine de manière duelle l'ordre hétérosexuel en tant qu'il est articulé à la reproduction. Les « lois de la parenté » qui, selon Claude Lévi-Strauss, assurent la régulation de toutes les sociétés connues, ne requièrent pas seulement l'exogamie mais d'abord la dualisation des corps sexués. De même, l'interdit de l'inceste, tel qu'il est formulé par Freud, présuppose l'hétérosexuation du désir plutôt qu'il ne la fonde. La psychanalyse est pour une bonne part « une théorie de la famille » plu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BUTLER JUDITH (1955- )  » est également traité dans :

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultiver son genre »  : […] la naturalisation comme un alibi idéologique. Toute la problématique du genre, pour Judith Butler, s'appuierait sur un féminisme de la subversion des styles corporels accomplis par chaque sexe de manière performative par la répétition et le rituel des postures et des actes sociaux : « il devient possible de montrer que ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-cultes-du-corps/#i_38787

FÉMINISME - Les théories

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 2 724 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le postmodernisme ou l'indécidabilité »  : […] sexualités, thèse soutenue en France par certains leaders intellectuels du mouvement homosexuel qui se revendiquent de l'œuvre de Judith Butler. Le « nomadisme », soutenu antérieurement comme féminin (Rosi Braidotti), se traduit désormais en « transgenre ». La réalité de celui-ci est toutefois contestée par certains penseurs de l'homosexualité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-les-theories/#i_38787

SEXE ET GENRE

  • Écrit par 
  • Christine GUIONNET
  •  • 2 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Trouble dans le genre » »  : […] Certains auteurs, telle Judith Butler, invitent à poursuivre l'effort intellectuel de dénaturalisation ayant permis de conceptualiser la notion de gender. Il s'agit, selon eux, de renoncer à raisonner à travers l'association des binômes sexe/genre et nature/culture, et de dissocier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexe-et-genre/#i_38787

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 176 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Clinique, étiologie et thérapeutique »  : […] La théorie Queer (bizarre ) dont Judith Butler est la fondatrice, revendique le libre choix du genre et du sexe qui sont multiples et changeants. Le transsexualisme est assimilé à une simple modalité du transgenre qui ne réclame plus nécessairement l'entame corporelle. Dans cette perspective paradoxale, seules existent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_38787

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise COLLIN, « BUTLER JUDITH (1955-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/judith-butler/