BALANCHINE GEORGE (1904-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelles aventures

En 1946, Balanchine et Kirstein retentent l'aventure et fondent le Ballet Society. Ils présentent Les Quatre tempéraments (1946) puis Orphée (1948), tous deux sur la musique de Stravinski. Morton Baum, directeur administratif du New York City Center of Music and Drama, invite alors la compagnie à s'installer dans le City Center. Après la représentation du 11 octobre 1948 – où sont programmés Orphée, Concerto Barocco et Symphonie in C (musique de Georges Bizet, ballet intitulé originellement Le Palais de Cristal lors de sa création en 1947 à l'Opéra de Paris) –, la compagnie prend le nom de New York City Ballet. Jusqu'à sa mort, en 1983, le destin de George Balanchine se confond avec celui du New York City Ballet.

Au cours des quinze ans de résidence au New York City Center (1948-1964), Balanchine est au sommet de sa créativité. Il explore toutes les possibilités offertes par le vocabulaire classique, utilisant les partitions du répertoire (Le Lac des cygnes, L'Oiseau de feu), osant des incursions dans le jazz (Modern Jazz variants from Gunther Schuller, 1961), la musique électronique (Electronics, 1961, de Remi Gassman et Oskar Sala) et dodécaphonique (Épisodes, œuvre co-chorégraphié avec Martha Graham sur une musique d'Anton Webern), ou encore la musique d'Extrême-Orient (Bugaku, 1963, de Toshiro Myuzumi). Il commande à Stravinski ce qui sera l'un de ses chefs-d'œuvre les plus avant-gardistes : Agon (1957). Il collabore avec Martha Graham et crée sur les airs traditionnels américains. Il présente 47 nouveaux ballets et 7 reprises. Il développe son école et la compagnie effectue deux grandes tournées en Europe qui établissent sa réputation mondiale.

En 1964, la compagnie déménage et s'installe au New York State Theater du Lincoln Center qui vient d'être construit. Le talent de Balanchine vient de trouver sa résidence définitive. Jewels (Joyaux, 1967) est alors salué par la critique comme le premier grand ballet classique abstrait. En juin 1972, Balanchine programme un festival Stravinski d'une semaine. Sur les 21 créations présentées, 8 sont de Balanchine, incluant Violin Concerto, Duo concertant, Symphonie en trois mouvements et Divertimento, œuvres majeures de ces deux géants. En 1975, il réitère cette expérience pendant trois semaines, mais cette fois sur la musique de Ravel et produit Tzigane, Le Tombeau de Couperin et Sonatine.

Au cours des sept années suivantes, Balanchine ajoute une douzaine de nouvelles créations au répertoire du New York City Ballet. Une de ses dernières productions importantes est une nouvelle version de Mozartianna (créé à l'origine pour les Ballets 1933) produite pour le festival Tchaïkovsky qui a lieu en 1981. L'année suivante, il dirige l'anniversaire du centenaire de Stravinski, mais, déjà très affaibli par des accidents cardiaques, il le termine difficilement. Il y crée sa dernière œuvre, Variations pour orchestre, un solo pour Suzanne Farrell (née en 1945). Atteint d'une pneumonie, il s'éteint le 30 avril 1983. Ses œuvres sont aujourd'hui reprises par tous les grands ballets du monde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BALANCHINE GEORGE (1904-1983)  » est également traité dans :

SÉRÉNADE (G. Balanchine)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 162 mots

Dansé dans un premier temps par les élèves de la School of American Ballet qu'il vient de fonder, puis inscrit au répertoire du New York City Ballet, Sérénade est créé par George Balanchine (1904-1983) le 9 juin 1934. Révélé par les Ballets russes de […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Un classicisme neuf : Balanchine »  : […] Nouveau venu, George Balanchine monte alors Jack in the Box puis La Chatte dansé par Serge Lifar et Olga Spessitseva sur une musique de Henri Sauguet. Balanchine a été formé au Marinski dans l'explosion qui a suivi la révolution de 1917. Il quitte l'U.R.S.S. en 1924. À Paris, dans Le Fils prodigue , il mêle le langage du cirque et celui de la Bible, mais, Serge Lifar lui soufflant l'Opéra de Pa […] Lire la suite

KIRSTEIN LINCOLN (1907-1996)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 629 mots

Grand amateur de danse, imprésario et auteur américain, né le 4 mai 1907 à Rochester (État de New York), mort le 5 janvier 1996 à New York. Né dans une famille fortunée, Lincoln Edward Kirstein révèle très tôt son penchant pour les arts. Alors qu'il est étudiant à l'université Harvard (dont il sortira diplômé en 1930), il fonde et édite la revue littéraire Hound & Horn (1927-1934), à laquelle co […] Lire la suite

LIFAR SERGE (1905-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avec les Ballets russes »  : […] Fils d'un fonctionnaire des Eaux et Forêts, Sergueï Mikhaïlovitch Lifar est né à Kiev (Ukraine) le 5 avril 1905, à l'aube des troubles révolutionnaires. Après une enfance paisible, l'adolescent rêveur souffre de la guerre civile entre Rouges et Blancs. Blessé à la main par un éclat d'obus, il renonce à la carrière de pianiste qu'il préparait au Conservatoire de musique avec Vladimir Horowitz. En 1 […] Lire la suite

MITCHELL ARTHUR (1934-2018)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 268 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un éclaireur de la danse classique afro-américaine »  : […] Arthur Mitchell est engagé au New York City Ballet, dirigé par George Balanchine, à l’automne 1955, devenant le premier danseur noir à faire partie d’une troupe de ballet américaine d’un tel niveau. Il fait ses débuts dans Western Symphony avec Tanaquil Le Clercq, en remplacement de Jacques d’Amboise. Les commentaires racistes ne se font pas attendre, mais Mitchell obtient un triomphe à la fin d […] Lire la suite

RENAULT MICHEL (1927-1993)

  • Écrit par 
  • Gilberte COURNAND
  •  • 648 mots

Dans le cercle restreint des étoiles de l'Opéra de Paris, Michel Renault occupait une place privilégiée. Doté d'une plastique digne de l'antique, d'une technique parfaite, il faisait preuve d'un sens du style et d'une musicalité exceptionnels. Michel Renault est né le 15 décembre 1927 à Paris. Son père est agent de maîtrise aux usines Renault, sa mère se consacre à la carrière de ses enfants : Mic […] Lire la suite

TALLCHIEF MARIA (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Considérée comme la première prima ballerina (titre suprême, équivalent d’étoile) américaine, Maria Tallchief est également la première danseuse amérindienne de l’histoire de la danse. Elle a révolutionné la technique du ballet par sa rapidité d’exécution et le caractère passionné de sa danse. Épouse et muse de George Balanchine, elle fut également la première danseuse étoile américaine à avoir […] Lire la suite

VERDY VIOLETTE (1933-2016)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une enfant prodige devenue la muse de Balanchine  »  : […] D'origine bretonne, Violette Verdy, de son vrai nom Nelly Armande Guillerm, est née à Pont-l'Abbé (Finistère) le 1 er  décembre 1933. Son père, commerçant, meurt peu après sa naissance et sa mère, institutrice, va jouer un rôle essentiel dans la carrière de sa fille, qu’elle suivra aux États-Unis. Dès 1942, Nelly « monte à Paris » avec sa mère et suit les cours de Rousanne Sarkissian (« Madame Rou […] Lire la suite

WEILL KURT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 338 mots

2 mars 1900 Kurt Julian Weill naît à Dessau, en Allemagne ; il est le troisième des quatre enfants d'Emma Ackermann et d'Albert Weill, cantor à la synagogue locale. 1915-1918 Kurt Weill prend des leçons privées de piano, d'harmonie, de composition et d'orchestration auprès d'Albert Bing, Kapellmeister du Hoftheater de sa ville natale. 1918 Kurt Weill s'installe à Berlin ; il s'inscrit à l'unive […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « BALANCHINE GEORGE - (1904-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-balanchine/