Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAHAM MARTHA (1894-1991)

Martha Graham - crédits : Soichi Sunami/ Hulton Archive/ Getty Images

Martha Graham

La danseuse, chorégraphe et pédagogue américaine Martha Graham est considérée comme la « grande prêtresse » de la danse moderne. Sa longévité et son exceptionnelle personnalité ont infléchi tout le développement de cette discipline au cours xxe siècle. Au-delà de ses quelque cent quatre-vingts œuvres chorégraphiques, elle a su créer une technique et une méthode d'enseignement qui sont encore diffusées dans le monde entier. Son influence et le rayonnement de ses idées ont permis à de nombreux et authentiques talents (Merce Cunningham, Paul Taylor, entre autres) de s'épanouir.

Les années de recherche

Née à Allegheny, près de Pittsburgh (Pennsylvanie), le 11 mai 1894, Martha Graham y passe son enfance, entourée de ses parents et ses deux sœurs cadettes, Mary et Georgia (qui se produira dans la compagnie de Martha en 1930-1931). Son père, George Greenfield Graham, médecin aliéniste, impose une discipline sérieuse et assez puritaine. Opposé à l'idée de voir ses filles se donner en spectacle, il apprend pourtant à la petite Martha quelque chose qui marquera son œuvre. Alléguant son expérience avec ses patients, il lui dit deviner quand elle lui ment d'après la façon dont elle se meut : ses paroles et ses gestes sont incohérents. Ce qu'elle traduira tout au long de sa carrière de chorégraphe en affirmant : « Le mouvement ne ment jamais. »

En 1908, l'asthme dont souffre sa sœur cadette conduit la famille Graham, à l'exception de son père qui les rejoindra quatre ans plus tard, à s'installer à Santa Barbara, en Californie. Martha y découvre un climat semi-tropical, des traces de civilisation espagnole et chinoise. De plus, entre sa nurse irlandaise, qui lui raconte des histoires d'elfes, de fées et de sorcières, et le jardinier japonais qui l'initie aux contes de son pays, elle se forge un univers qui mêle à un certain mysticisme un imaginaire esthétique fabuleux. En 1911, émerveillée par une affiche montrant, dans le rôle de la déesse Radha, Ruth Saint Denis (1879-1968) « The First Lady of American Dance », elle convainc son père de l'emmener à l'Opéra de Los Angeles pour la voir. Enthousiasmée par le spectacle, Martha, malgré la réserve paternelle, songe à devenir danseuse. De 1913 à 1916, elle étudie à La Cumnock School of Expression, un collège de Santa Barbara qui a la particularité de développer la personnalité de l'élève par la pratique de la danse et du théâtre. Après le décès de son père, en 1914, et son diplôme de fin d'études de la Cumnock en poche, Martha décide, en 1916, de suivre les cours de la Denishawn School. Dans cette école, fondée en 1914 à Los Angeles par Ruth Saint Denis et son mari Ted Shawn – d'où son nom –, on enseigne les théories de François Delsarte et on emprunte à la danse classique comme au folklore hindou ou indien, aux danses africaines ou espagnoles... On y apprend aussi le yoga, la méditation, la composition musicale et chorégraphique, la philosophie grecque et les arts de la scène... De ce creuset, composite mais fécond, sortiront également Doris Humphrey et Charles Weidman, les autres pionniers de la danse moderne.

Ruth Saint Denis trouve Martha un peu âgée (elle a alors vingt-deux ans), trop petite, et surtout trop laide. Ted Shawn, en revanche, est impressionné par sa mémoire du mouvement et sa rapidité intellectuelle et physique. Il la forme – elle devient assistante au Denishawn en 1919 – et lui donne même le rôle principal dans Xochitl (1921), où elle se fait remarquer par son tempérament. Au Denishawn, Martha noue des relations avec Louis Horst (1884-1964), le directeur musical de la compagnie. De dix ans son aîné, il aura sur elle une forte influence et deviendra le mentor, le compagnon et le père qui lui manquait.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : écrivaine, journaliste dans le domaine de la danse

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Martha Graham - crédits : Soichi Sunami/ Hulton Archive/ Getty Images

Martha Graham

Autres références

  • APPALACHIAN SPRING (M. Graham)

    • Écrit par Jean-Claude DIÉNIS
    • 175 mots
    • 1 média

    Formée à la Denishawn School, l'école de Ruth Saint-Denis et de Ted Shawn, Martha Graham (1894-1991) est considérée comme la plus grande personnalité de la danse moderne américaine. Fille d'un médecin aliéniste, elle explore plusieurs thèmes dans une œuvre colossale, étalée sur près d'un...

  • BALLET

    • Écrit par Bernadette BONIS, Pierre LARTIGUE
    • 12 613 mots
    • 20 médias
    Avec Martha Graham (1894-1991), la danse américaine a trouvé sa grande prêtresse. Elle ne s'attaque pas au style classique mais veut capter l'énergie de la vie nouvelle. Il ne fait aucun doute qu'elle a inventé une grande part du vocabulaire de la danse moderne. Comme Walt Whitman l'a fait en poésie...
  • DELSARTE FRANÇOIS (1811-1871)

    • Écrit par Alain PORTE
    • 966 mots

    Delsarte était une légende, il est presque devenu un mythe. C'est par le pouvoir expressif du geste que François Delsarte a acquis prestige posthume et longévité philosophique, davantage aux États-Unis qu'en France. Neuf mois d'études avec Delsarte, d'octobre 1869 à juin 1870, auront suffi à...

  • NOUREEV RUDOLF (1938-1993)

    • Écrit par Ariane DOLLFUS
    • 2 281 mots
    • 2 médias
    ...Ravel, 1975), Paul Taylor (Auréole, musique de Georg Friedrich Haendel, 1962), José Limon (Pavane du Maure, musique de Henry Purcell, 1969) et, surtout, Martha Graham qui crée pour lui, en 1975, Lucifer et Scarlet Letter (musique de Hunter Johnson) et lui fait danser Appalachian Spring (musique de Aaron...

Voir aussi