LIFAR SERGE (1905-1986)

Célèbre et controversé, le danseur et chorégraphe d'origine russe Serge Lifar s'est affirmé au cours du xxe siècle comme l'un des plus ardents défenseurs de la danse à laquelle il a dédié sa vie. Doté d'une exceptionnelle plastique, il a joint à l'harmonie gestuelle un sens dramatique mis au service de ses rôles aux Ballets russes de Serge de Diaghilev puis à l'Opéra de Paris. Idole du Tout-Paris, des photographes de presse, de la radio, il a usé de son prestige médiatique pour réhabiliter la condition du ballet et du danseur. Il a conçu et souvent créé – c'est-à-dire dansé lors de la première représentation de l'œuvre – deux cents chorégraphies expressives d'une action, d'un caractère, en s'attachant plus à révéler et servir la personnalité des solistes que la complexité des ensembles. Charismatique, il a su transmettre le lyrisme de son néo-classicisme, attirer un nouveau public, communiquer par ses conférences et écrits sa passion pour son art.

Serge Lifar

Serge Lifar

photographie

Serge Lifar (1905-1986), danseur et chorégraphe français d'origine russe, ici en 1930. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Avec les Ballets russes

Fils d'un fonctionnaire des Eaux et Forêts, Sergueï Mikhaïlovitch Lifar est né à Kiev (Ukraine) le 5 avril 1905, à l'aube des troubles révolutionnaires. Après une enfance paisible, l'adolescent rêveur souffre de la guerre civile entre Rouges et Blancs. Blessé à la main par un éclat d'obus, il renonce à la carrière de pianiste qu'il préparait au Conservatoire de musique avec Vladimir Horowitz. En 1921, sa curiosité le conduit au cours de danse de Bronislava Nijinska. C'est alors une véritable révélation : il comprend qu'il vient de découvrir son univers. Toutefois, le chemin vers son idéal sera rude. Malgré l'hostilité de Nijinska, qui doit l'admettre dans sa classe publique et qui prend peu après la décision de fuir l'U.R.S.S., Lifar poursuit obstinément ce tardif entraînement tout en étudiant avec le comédien Davydoff. En dépit des contraintes politiques, le hasard lui permet de satisfaire sa vocation. Profitant de la défaillance d'un des cinq élèves invités par Nijinska à passer une audition pour les Ballets russes de Diaghilev, il quitte [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique

Classification


Autres références

«  LIFAR SERGE (1905-1986)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Un classicisme neuf : Balanchine »  : […] alors Jack in the Box puis La Chatte dansé par Serge Lifar et Olga Spessitseva sur une musique de Henri Sauguet. Balanchine a été formé au Marinski dans l'explosion qui a suivi la révolution de 1917. Il quitte l'U.R.S.S. en 1924. À Paris, dans Le Fils prodigue, il mêle le langage du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_1607

CHAUVIRÉ YVETTE (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 958 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un parcours à l'Opéra de Paris »  : […] son propre style, elle travaillera toujours sa technique seule, sans recourir à un professeur. Vite remarquée par Serge Lifar, alors maître de ballet de l'Opéra de Paris, elle devient l'une de ses muses. Il va lui donner son premier grand rôle en 1935 dans Les Créatures de Prométhée, et sa première création de rôle en 1937, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvette-chauvire/#i_1607

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] du public et traduisent sa vision personnelle d'un faune. Ses autres œuvres déconcerteront tout autant le public et les danseurs par l'emploi d'une gestuelle différente à chaque création. En 1935, Serge Lifar publie un Manifeste du chorégraphe où sont exposés en dix points le principe d'une chorégraphie autonome, sans recours à aucun adjuvant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-de-creer-les-gestes/#i_1607

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] L'indépendance de la danse à l'égard de la musique va s'affirmer. Une percussion a suffi à Serge Lifar pour représenter Icare : expérience personnelle qui n'a pas eu de suite. Plus féconde a été l'introduction de la musique concrète dans la Symphonie pour un homme seul qu'a dansée Béjart. Mais c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/#i_1607

DARSONVAL LYCETTE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 972 mots

Bos, malade, puis Oriane dans Oriane et le prince d'amour de Serge Lifar (1938). Ce qui ne l'empêche pas de parcourir l'Europe, jusqu'à Riga (Lettonie), où elle interprète Le Lac des cygnes. En 1939, elle inaugure avec Serge Lifar la salle du palais de Chaillot, puis fonde un petit groupe pour animer le théâtre aux armées. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lycette-darsonval/#i_1607

TCHERINA LUDMILLA (1924-2004)

  • Écrit par 
  • Martine PLANELLS
  •  • 660 mots

beauté, elle danse à seize ans à l'Opéra de Marseille puis aux Nouveaux Ballets de Monte-Carlo. Serge Lifar, séduit par sa grâce, lui propose « d'être sa Juliette ». Le 16 juin 1942, ils créent Roméo et Juliette sur la scène de la salle Pleyel à Paris. Elle rejoint, en 1945, les Ballets des Champs-Élysées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludmilla-tcherina/#i_1607

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, « LIFAR SERGE - (1905-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-lifar/