GÉOLOGIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le XVIIIe siècle

La géologie ne démarre en France que vers 1710, en bénéficiant de toute la prudence un peu sceptique de Fontenelle, très influent par ses chroniques résumant et commentant l'activité de l'Académie royale des sciences. Il se rallie à l'idée de l'ancien séjour tranquille des mers sur nos terres. Antoine de Jussieu en 1718, étudiant une flore fossile houillère, pensait « herboriser dans un autre monde ». Il se demande comment des plantes typiques de pays chauds ont pu venir « des Indes » : « flots tumultueux », « violents ouragans » ? En 1777, Pyotr Simon Pallas (1741-1811) évoquera de tels flots gigantesques pour expliquer les restes de grands pachydermes trouvés congelés en Sibérie. En 1720, René Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), à propos des faluns de Touraine, suppose qu'un vaste golfe marin a existé, reliant l'océan à la Manche, sans rapport avec le Déluge. Fontenelle émet le vœu que l'on dresse des cartes indiquant le type de coquilles fossiles prédominant de lieu en lieu. C'est là le début d'une constante de la géologie française des soixante ans qui suivent, fixée sur une vision « paléogéographique » par juxtaposition horizontale des faunes, au détriment de la reconnaissance des successions verticales.

En 1721-1723, l'ingénieur des Ponts et Chaussées Henri Gautier (1660-1737) publie de façon plutôt confidentielle des pages inégales mais contenant des idées remarquables sur le cycle récurrent érosion-sédimentation-orogenèse, annonçant déjà Hutton. Comme avant lui William Whiston, il a l'intuition de l'isostasie ; pour lui, les séismes sont dus à de brusques réajustements verticaux de la croûte. Il montre que, par la mesure de la turbidité fluviale, on peut calculer le temps nécessaire pour un nivellement complet du bassin : nécessairement des millions d'années, mais il maquille ses chiffres.

Benoît de Maillet (1656-1738) fait preuve de plus d'audace dans son Telliamed posthume, écrit vers 1725, publié en 1748 et 1755. Ce livre très lu fonde tout sur une très lente diminution de la mer, dont les dé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Georges Cuvier et la paléontologie

Georges Cuvier et la paléontologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Carte géognostique des environs de Paris

Carte géognostique des environs de Paris
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Élie de Beaumont

Élie de Beaumont
Crédits : Archives Société géologique de France

photographie

Louis Agassiz

Louis Agassiz
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉOLOGIE  » est également traité dans :

GÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 878 mots

Au moyen âge la geologia était l'étude de tout ce qui était terrestre, par opposition au divin : en faisaient partie aussi bien les sciences humaines que les sciences de la matière. Le terme « géologie » n'a pris le sens de science de la Terre qu'au xviie siècle, mais il y eut des « géologues » bien avant – […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

La géologie moderne a pour but de mieux décrire et comprendre la structure et l'évolution du monde minéral, en interaction avec les enveloppes fluides et la biosphère, à toute échelle de temps et d'espace. Science exploratoire, elle l'a été historiquement en premier lieu pour la collecte d'échantillons, la description de paysages et d'affleurements (coupes […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie de l'ingénieur

  • Écrit par 
  • Léon CALEMBERT
  •  • 2 525 mots

La géologie de l'ingénieur (Engineering Geology), appelée aussi dans un sens restrictif géologie du génie civil, applique les principes et les méthodes des sciences minérales et connexes aux travaux de l'ingénieur. Ce dernier ne peut en effet négliger ni les caractéristiques des sols, des roches, des massifs rocheux et des eaux souter […] Lire la suite

ACTUALISME ET CATASTROPHISME

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 2 436 mots

La géologie est une science qui a pour objet l'étude de la Terre et de son histoire. La reconstitution du passé de notre globe nécessite, à partir de l'étude de traces anciennes, l'élaboration d'hypothèses qui sont notamment fondées sur le principe des causes actuelles . Ce principe postule que les processus géologiques passés sont identiques à ceux que l'on observe actuellement (érosion, sédimen […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

ANTHROPOCÈNE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 468 mots
  •  • 2 médias

En 2002, le chimiste et météorologue Paul Crutzen suggère une nouvelle subdivision géologique de l’ère quaternaire, caractérisée par les conséquences des activités humaines sur la planète, qu’il nomme Anthropocène. Cette proposition présente des caractéristiques inédites et la notion d’Anthropocène fait encore débat. En revanche, l’idée que l’homme est devenu une « force géologique » est loin d’ê […] Lire la suite

ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

  • Écrit par 
  • Djillali HADJOUIS
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « De l’agronomie et la paléontologie »  : […] Camille Louis Joseph Arambourg est né en 1885 à Paris. Son père, issu d’une famille de notables installée dès le xix e  siècle dans l'Oranais (Ouest algérien), s'est lancé dans la production viticole. Celui-ci, voyant son fils achever ses études d'ingénieur agronome en 1908 après deux baccalauréats passés à Paris, le sollicite pour mettre en place une meilleure irrigation de ses vignobles. Les amé […] Lire la suite

BAGOMBÉ RÉACTEUR NUCLÉAIRE NATUREL DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 570 mots

Le gisement d'uranium d'Oklo, au Gabon, présente une particularité unique au monde : véritable curiosité géologique, il est constitué d'une quinzaine de réacteurs nucléaires naturels qui fonctionnent sur un principe équivalent de ceux qui sont réalisés par l'homme pour la production d'électricité. La Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), une filiale de la Cogema (Areva depuis 2006 […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie moderne »  : […] La période moderne de la cartographie topographique commence avec les grandes réalisations du xix e  siècle. Elle est notamment illustrée en France par la carte de l'état-major, au 1 :80 000 en hachures, qui servit de prototype à plusieurs autres cartes européennes. Les travaux de cette carte, commencés en 1818, durèrent jusqu'en 1880 (et même 1882 pour la Corse). Construite sur le canevas de Bon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François ELLENBERGER, « GÉOLOGIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/