GÉOLOGIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements

En moins de vingt ans (1810-1830), la géologie moderne naît, avec son programme et ses institutions. Elle a été préparée par trois prises de conscience qui bouleversent les rapports entre l'homme et le cosmos terrestre. Il s'agit d'abord de l'immensité des temps géologiques ; à partir de 1770, un nombre vite croissant d'auteurs de tous bords font leur cette idée ; pour les chrétiens fervents, au moins pour les temps d'avant le Déluge : ainsi Jean André De Luc l'aîné (1727-1817). Le pape Pie VII, sous Napoléon, lève l'obligation de prendre à la lettre les « jours » de la Genèse. La succession des faunes dans le temps, instrument de chronologie, est pressentie (après Giraud Soulavie) par ce même De Luc dès 1790-1793 ; mais le fait d'une suite de mutations de la biosphère est surtout imposée par les travaux de Georges Cuvier (1769-1832), qui interprète la suite des « mondes » disparus en termes de cataclysmes exterminateurs. Lamarck (1744-1829), surtout en 1809, défend (dans l'abstrait) la thèse opposée d'une transformation graduelle du monde vivant et fonde ainsi la doctrine de l'évolution. Sur le plan géologique, le principe de la datation des couches avant tout par leurs fossiles caractéristiques est définitivement posé en France par Alexandre Brongniart (1770-1847) et, surtout, en Angleterre, admirablement, par William Smith (1769-1839), qui identifie et cartographie avec précision et art les principales « strates » (formations) d'Angleterre (1799-1816). Enfin, l'inexistence d'une formation « primitive » originelle est peut-être l'innovation majeure apportée par James Hutton (1726-1797) dans sa célèbre Theory of the Earth (1788, 1795), synthèse archaïque de ton, audacieusement novatrice sur le fond. La Terre, au cours de l'immensité insondable du temps, passe par des cycles répétitifs de nivellement du reli [...]

Georges Cuvier et la paléontologie

Vidéo : Georges Cuvier et la paléontologie

Vidéo

Georges Cuvier, né en 1769 à Montbéliard, est un des grands naturalistes du début du XIXe siècle. Il commence ses travaux au Muséum national d'histoire naturelle de Paris en 1795. Sa carrière scientifique se double d'une carrière administrative qui lui fait occuper de hautes positions sous... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Carte géognostique des environs de Paris

Photographie : Carte géognostique des environs de Paris

Photographie

Extrait de la «carte géognostique des environs de Paris» élaborée au début du XIXe siècle par Georges Cuvier et Alexandre Brongniart. Première carte géologique moderne de cette région, celle-ci est établie en déterminant, pour chacune des formations (représentées par des couleurs... 

Crédits : Coll. Eric Buffetaut

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Georges Cuvier et la paléontologie

Georges Cuvier et la paléontologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Carte géognostique des environs de Paris

Carte géognostique des environs de Paris
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Élie de Beaumont

Élie de Beaumont
Crédits : Archives Société géologique de France

photographie

Louis Agassiz

Louis Agassiz
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉOLOGIE  » est également traité dans :

GÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 878 mots

Au moyen âge la geologia était l'étude de tout ce qui était terrestre, par opposition au divin : en faisaient partie aussi bien les sciences humaines que les sciences de la matière. Le terme « géologie » n'a pris le sens de science de la Terre qu'au xviie siècle, mais il y eut des « géologues » bien avant – […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

La géologie moderne a pour but de mieux décrire et comprendre la structure et l'évolution du monde minéral, en interaction avec les enveloppes fluides et la biosphère, à toute échelle de temps et d'espace. Science exploratoire, elle l'a été historiquement en premier lieu pour la collecte d'échantillons, la description de paysages et d'affleurements (coupes […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie de l'ingénieur

  • Écrit par 
  • Léon CALEMBERT
  •  • 2 525 mots

La géologie de l'ingénieur (Engineering Geology), appelée aussi dans un sens restrictif géologie du génie civil, applique les principes et les méthodes des sciences minérales et connexes aux travaux de l'ingénieur. Ce dernier ne peut en effet négliger ni les caractéristiques des sols, des roches, des massifs rocheux et des eaux souter […] Lire la suite

ACTUALISME ET CATASTROPHISME

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 2 436 mots

La géologie est une science qui a pour objet l'étude de la Terre et de son histoire. La reconstitution du passé de notre globe nécessite, à partir de l'étude de traces anciennes, l'élaboration d'hypothèses qui sont notamment fondées sur le principe des causes actuelles . Ce principe postule que les processus géologiques passés sont identiques à ceux que l'on observe actuellement (érosion, sédimen […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

ANTHROPOCÈNE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 468 mots
  •  • 2 médias

En 2002, le chimiste et météorologue Paul Crutzen suggère une nouvelle subdivision géologique de l’ère quaternaire, caractérisée par les conséquences des activités humaines sur la planète, qu’il nomme Anthropocène. Cette proposition présente des caractéristiques inédites et la notion d’Anthropocène fait encore débat. En revanche, l’idée que l’homme est devenu une « force géologique » est loin d’ê […] Lire la suite

ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

  • Écrit par 
  • Djillali HADJOUIS
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « De l’agronomie et la paléontologie »  : […] Camille Louis Joseph Arambourg est né en 1885 à Paris. Son père, issu d’une famille de notables installée dès le xix e  siècle dans l'Oranais (Ouest algérien), s'est lancé dans la production viticole. Celui-ci, voyant son fils achever ses études d'ingénieur agronome en 1908 après deux baccalauréats passés à Paris, le sollicite pour mettre en place une meilleure irrigation de ses vignobles. Les amé […] Lire la suite

BAGOMBÉ RÉACTEUR NUCLÉAIRE NATUREL DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 570 mots

Le gisement d'uranium d'Oklo, au Gabon, présente une particularité unique au monde : véritable curiosité géologique, il est constitué d'une quinzaine de réacteurs nucléaires naturels qui fonctionnent sur un principe équivalent de ceux qui sont réalisés par l'homme pour la production d'électricité. La Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), une filiale de la Cogema (Areva depuis 2006 […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie moderne »  : […] La période moderne de la cartographie topographique commence avec les grandes réalisations du xix e  siècle. Elle est notamment illustrée en France par la carte de l'état-major, au 1 :80 000 en hachures, qui servit de prototype à plusieurs autres cartes européennes. Les travaux de cette carte, commencés en 1818, durèrent jusqu'en 1880 (et même 1882 pour la Corse). Construite sur le canevas de Bon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François ELLENBERGER, « GÉOLOGIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/