GÉOCENTRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'imbroglio des excentriques et épicycles

Premier verrou : le géocentrisme, qui veut que la Terre, rigoureusement immobile, centre d'attraction de tous les graves, siège au milieu de l'univers, unique centre de tous les mouvements célestes. Puis, deuxième verrou, la dichotomie de l'univers : d'une part, le monde terrestre, qui va de la Terre à l'orbe lunaire, monde du changement, du périssable, de la génération et de la corruption, monde des mouvements rectilignes (vers le haut, les légers : l'air et le feu ; vers le bas, pour les graves : la terre et l'eau) ; d'autre part, le monde du cinquième élément (la quintessence ou l'éther), de la non-physique, de la pureté permanente : pendant plus de vingt siècles, les astronomes ne verront ni les taches solaires, ni les étoiles nouvelles. Enfin, troisième verrou, le mouvement circulaire uniforme, considéré comme seul mouvement possible pour les astres ; le mouvement circulaire uniforme et, tout de même, observations obligent, ses combinaisons avec, comme pour marquer les limites de l'emprise idéologique sur la science, la tricherie géniale de Ptolémée : le cercle à point équant.

De quoi s'agit-il ? Le système des sphères homocentriques, imaginé par Eudoxe, réformé par Callippe et repris par Aristote, représentait les planètes se déplaçant à des distances invariables de la Terre. Il ne pouvait donc pas rendre compte des observations, qui révélaient que l'éclat de certaines planètes était variable. Différences d'éclat qu'il était impensable de considérer comme intrinsèques (conséquence positive du deuxième verrou !) et que l'on a très tôt attribuées à des variations de distances. Le principe des cercles concentriques fut abandonné au profit des excentriques. C'est à Hipparque (iie siècle av. J.-C.) que l'on doit ce perfectionnement très fécond aussi bien pour l'astronomie que pour les mathématiques. Soit un cercle de centre C et soit T un point quelconque situé à l'intérieur du cercle mais distinct du centre C (cf. copernic, fig. 1) ; la Terre est située en T. En un point quelconque de [...]

Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques

Dessin : Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques

Dessin

Système du monde basé sur des sphères solides homocentriques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Excentrique : principe

Dessin : Excentrique : principe

Dessin

Principe de l'excentrique. La planète décrit l'arc de cercle P1P2 centré sur E. La distance à la Terre T est variable. Le centre E de l'excentrique peut lui-même décrire un cercle C autour de la Terre (excentrique mobile). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Ptolémée, Juste de Gand

Ptolémée, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Platon - Athènes

Platon - Athènes
Crédits : AKG

photographie

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Parménide - Élée (Italie)

Parménide - Élée (Italie)
Crédits : M. Jodice/ Corbis

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉOCENTRISME  » est également traité dans :

SYSTÈME GÉOCENTRIQUE DE PTOLÉMÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 211 mots
  •  • 2 médias

Dans sa Syntaxe mathématique, plus connue sous le titre d'Almageste, et dans laquelle la dernière observation consignée date de 141, Claude Ptolémée (iie siècle) expose l'ensemble des connaissances astronomiques de son époque. Il décrit en particulier le mouvement […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] La révolution intellectuelle que G. Bruno tenta d'opérer pour repenser les rapports de l'infini et du fini n'est qu'un effort d'unification de la pensée, sans concession à quelque autorité que ce soit. Aristote avait fondé son finitisme cosmologique sur des arguments rationnels, mais aussi sur des données d' observation. C'est cet attachement aux évidences sensibles que dénonce Bruno. Non qu'il ré […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 383 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trouver un nouveau public pour l’héliocentrisme »  : […] Ce projet de présenter le nouveau cosmos à un public assez large, afin de l’aider à abandonner les anciennes idées géocentristes (la Terre comme centre de l’Univers), correspond à un vrai tournant pour Kepler. Longtemps, il ne s’est adressé qu’au petit nombre des mathématiciens capables de suivre ses démonstrations : ils étaient alors les seuls à même de comprendre les raisons qui poussaient à pr […] Lire la suite

HÉLIOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 226 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du géocentrisme à Copernic »  : […] De l'Antiquité à la Renaissance, le système géocentrique a dominé sans partage l'astronomie occidentale. Certes, quelques philosophes présocratiques s'écarteront de ce schéma traditionnel. Ainsi, pour le pythagoricien Philolaos (fin du vi e -début du v e  siècle av. J.-C.), c'est, sinon le Soleil, du moins le feu qui occupe le centre du monde. De plus, c'est un autre feu qui tout là-haut constitue […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'astronomie »  : […] Les auteurs musulmans, qui rangent l'astronomie parmi les sciences mathématiques, l'appellent « science de l'aspect de l'univers » (‘ ilm al-hay'a ) ou « science des sphères célestes » (‘ ilm al-aflāk ). Pour eux comme pour les Grecs, cette discipline a comme unique objet d'étudier les mouvements apparents des astres et d'en donner une représentation géométrique. Elle comprend ce que nous appelons […] Lire la suite

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 739 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les planètes et l’histoire »  : […] L’observation des planètes remonte au début de l’histoire de l’humanité. Les Grecs, ayant observé leur mouvement dans le ciel par rapport aux étoiles fixes, ont baptisé planêtês , ou « astres errants » les cinq d’entre elles visibles à l’œil nu : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Selon la conception d’Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), pour qui le monde doit être régi par des sphères, la […] Lire la suite

PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 729 mots
  •  • 3 médias

Le nom de Ptolémée n'est guère connu aujourd'hui qu'en tant qu'il désigne un système : le système astronomique qui plaçait la Terre immobile au centre du monde et dont la mise en question, de Copernic à Newton, a commandé la révolution scientifique. Ce fut pourtant le nom d'une œuvre considérable, dont l' Almageste et ses élaborations astronomiques ne sont qu'une part. Œuvre très étendue – bien d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre VERDET, « GÉOCENTRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geocentrisme/