D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le surhomme

Comme il s'était libéré, ou avait cru se libérer, de « la chimère de l'amour et de l'art », d'Annunzio va dépasser la religion tolstoïenne de la douleur et de la pitié. C'est dans la morale de Nietzsche qu'il puisera, avec le culte de la volonté et de l'héroïsme, un dynamisme qui le tire de son angoisse et dont il fait, dès lors, sa loi.

Ses romans et son théâtre

Achevé sous le signe du surhomme, Trionfo della morte (Le Triomphe de la mort) n'en annonce encore que l'avènement : Giorgio Aurispa est un velléitaire, écrasé par son hérédité suicidaire et son pessimisme schopenhauerien, qui ne saurait atteindre à l'idéal de Zarathoustra. Le surhomme s'affirme avec Claudio Cantelmo, le protagoniste des Vergini delle rocce (Les Vierges aux rochers, 1895) et surtout avec Stelio Effrena et Paolo Tarsis, les héros d'Il Fuoco (Le Feu, 1899) et de Forse che sì, forse che no (Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, 1910) qui seront nietzschéens. Ils illustrent divers aspects du surhomme : sa sensualité, son orgueil, son esthétisme, ses dégoûts d'aristocrate, son amour du risque et son mépris de la mort. Sans se soucier de la progression du récit, le romancier s'attarde à telle description qui le séduit, à tel commentaire artistique ou musical dont il sait que la nouveauté frappera – et ce sont ces pages, toujours artistiquement achevées, que l'on recherche de préférence aujourd'hui : le commentaire brillant, sinon original, de « Tristan et Iseult » dans le Triomphe, par exemple, les jardins secrets du château des Cantelmo dans Les Vierges aux rochers ou les descriptions de Venise et de sa lagune dans Le Feu.

La Duse amènera D'Annunzio au théâtre et l'aidera à réaliser ses rêves sur la scène. Il a sa conception à lui du drame : rompre avec l'esprit bourgeois ; opposer, comme un Ibsen ou un Sudermann, à la morale commune la loi de l'homme qui renverse les obstacles pour aller à la découverte de sa vérité. Il rêve, comme Wagner, de renouveler la tragédie antique, dont Nietzsche avait analysé l'origine, mais il reproche au m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur honoraire du centre d'études supérieures et du lycée français de Rome

Classification


Autres références

«  D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)  » est également traité dans :

CRÉPUSCULAIRES LES

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 366 mots
  •  • 1 média

En 1910, le critique italien Giuseppe Antonio Borgese a qualifié, non sans ironie, de « crépusculaire » la poésie d'un groupe de jeunes écrivains de son pays qui n'avaient « qu'une émotion à chanter : la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout son éclat avec Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la poésie semblait, en effet, s'être tout à coup é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/#i_182

DUSE ELEONORA (1858-1924)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 922 mots

Actrice italienne qui trouva ses meilleurs rôles chez deux grands dramaturges européens : l'Italien Gabriele D'Annunzio et le Norvégien Henrik Ibsen. Née à Vigevano, en Lombardie, le 3 octobre 1858, la Duse, issue d'un milieu d'acteurs, fit ses débuts au théâtre à l'âge de quatre ans dans une adaptation pour la scène des Misérables . Dix ans plus tard, quand elle joua Juliett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleonora-duse/#i_182

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre et la « victoire mutilée » »  : […] En 1914, comme la déclaration de guerre est le fait de l'Allemagne, l'Italie fait jouer une clause de la Triplice prévoyant cette éventualité, pour proclamer sa neutralité. Dans sa majorité, le pays désire demeurer en dehors du conflit. Le gouvernement est soumis, par les deux camps, à une intense pression diplomatique, pour l'inciter à entrer en guerre. En face du bloc « neutraliste », animé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_182

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_182

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre de MONTERA, « D'ANNUNZIO GABRIELE - (1863-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriele-d-annunzio/