Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)

Gabriele D’Annunzio

Gabriele D’Annunzio

Dans le mouvement littéraire de l'Italie unifiée, trois noms dominent tous les autres, et ce sont trois noms de poètes : Carducci, Pascoli, D'Annunzio. Il n'est pas établi que D'Annunzio soit le plus grand, mais il est incontestablement celui dont la renommée a eu, dans le monde entier, le plus de résonance.

Ses écrits comme sa personne ont été âprement discutés : ils méritaient de l'être, encore qu'avec plus de sérénité. Ses détracteurs auront beau jeu de lui reprocher son érotisme, son amoralité, son dilettantisme, ses poses, les outrances de sa pensée et le danger de conceptions qui ont fini par faire de lui une manière de chantre du nationalisme. Néanmoins, l'étendue de sa culture, la diversité de son talent, les ressources inépuisables de son imagination, la puissance de son verbe, la perfection de sa langue lui assignent une place à part, celle d'un écrivain exceptionnel. Il a voué son génie au culte de la beauté : il est poète et artiste, et il l'est souverainement.

Au seuil de la gloire

Né sur les bords de l'Adriatique, à Pescara, Ugo Gabriele, pour se débarrasser de ses provincialismes, va faire ses études secondaires en Toscane. Il est encore sur les bancs du collège Cicognini de Prato lorsque son premier recueil poétique, Primo Vere (1879), paraît en librairie. Les Odes barbares de Carducci ont été une révélation : il se met à en composer à son tour. Son petit livre en contient trente, d'aucunes singulièrement osées et excédant de beaucoup la conception de la vie qui est dans Carducci. Un an ne s'est pas écoulé qu'une seconde édition voit le jour (1880). Tout D'Annunzio est là en germe : son amour de la nature, sa sensualité, son sens du rythme. Ses dernières vacances scolaires achevées, il part pour Rome en novembre 1881 : il y oubliera la jeune Florentine avec laquelle il s'est fiancé, mais, du soir au lendemain, son Canto novo (1882), écrit pour elle, le rendra célèbre : cet hymne ardent à la mer, au soleil, à la joie de vivre devient en moins d'une semaine le chant de toute la jeunesse italienne. Au cours de cette même année, D'Annunzio, sur qui la lecture de Vita dei campi de Verga et de La Faute de l'abbé Mouret de Zola a exercé une influence décisive, publie ses premières nouvelles véristes : Terra vergine. Deux recueils suivront, en 1884 et en 1886, Il Libro delle vergini et San Pantaleone.

Les poèmes et les romans de l'« Enfant de volupté »

Rome grisera ce jeune Abruzzais et fera bientôt de lui le plus mondain des poètes, le plus prompt aussi à s'égarer et à se pervertir. Les recueils qui s'échelonnent de 1883 à 1893, réunis, pourraient porter le titre de « Poésies d'André Sperelli » – Sperelli, poète et aquafortiste, « jouet d'une monstrueuse chimère esthético-aphrodisiaque » et malade de décadentisme, est le protagoniste du premier roman du poète, Il Piacere (L'Enfant de volupté, 1889), dans lequel D'Annunzio a mis, de son propre aveu, « une bonne part de lui-même, ses excès et ses désordres ».

Les pièces admirablement ciselées qui composent l'Intermezzo di Rime (1883) disent la quête incessante de voluptés nouvelles et la lassitude de la chair. Elles font crier au scandale. Isaotta Guttadauro (1887), dédié à la jeune duchesse de Gallese, que D'Annunzio enlève, puis épouse en juillet 1883, chante la douceur de leurs noces et leur félicité. Mais plus d'une des « autres poésies » de ce recueil célèbre déjà l'amour de Barbara Leoni, « la belle Romaine », qui partagera pendant cinq ans l'existence du poète (1887-1892) : elle est l'Adriana de L'Invincibile (1890), première ébauche du Trionfo della morte ; Elena Muti, dans L'Enfant de volupté, tient d'elle sa beauté pathétique et sensuelle et c'est pour elle que[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, directeur honoraire du centre d'études supérieures et du lycée français de Rome

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Gabriele D’Annunzio

Gabriele D’Annunzio

Autres références

  • CRÉPUSCULAIRES LES

    • Écrit par Norbert JONARD
    • 1 368 mots
    • 1 média

    En 1910, le critique italien Giuseppe Antonio Borgese a qualifié, non sans ironie, de « crépusculaire » la poésie d'un groupe de jeunes écrivains de son pays qui n'avaient « qu'une émotion à chanter : la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout...

  • DUSE ELEONORA (1858-1924)

    • Écrit par Universalis
    • 923 mots

    Actrice italienne qui trouva ses meilleurs rôles chez deux grands dramaturges européens : l'Italien Gabriele D'Annunzio et le Norvégien Henrik Ibsen.

    Née à Vigevano, en Lombardie, le 3 octobre 1858, la Duse, issue d'un milieu d'acteurs, fit ses débuts au théâtre à l'âge de quatre ans dans...

  • ITALIE - Histoire

    • Écrit par Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT
    • 27 498 mots
    • 40 médias
    ...Saint-Germain-en-Laye, avec l'Autriche (10 sept. 1919), attribue à l'Italie Trieste et l'Istrie, et le Trentin jusqu'au col du Brenner. L'amertume est grande, et D'Annunzio, chef de file des nationalistes, dénonce la « victoire mutilée ». Les élections de 1919 donnent la majorité aux socialistes et aux catholiques...
  • ITALIE - Langue et littérature

    • Écrit par Dominique FERNANDEZ, Angélique LEVI, Davide LUGLIO, Jean-Paul MANGANARO
    • 28 414 mots
    • 20 médias
    ...vingt premières années du Novecento sont une période de transition, elles constituent aussi un formidable creuset de propositions poétiques novatrices. Gabriele D’Annunzio et Giovanni Pascoli représentent, à différents titres, le passage du xixe au xxe siècle, ne serait-ce que pour l’influence qu’ils...

Voir aussi