D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le mouvement littéraire de l'Italie unifiée, trois noms dominent tous les autres, et ce sont trois noms de poètes : Carducci, Pascoli, D'Annunzio. Il n'est pas établi que D'Annunzio soit le plus grand, mais il est incontestablement celui dont la renommée a eu, dans le monde entier, le plus de résonance.

Gabriele D'Annunzio

Gabriele D'Annunzio

photographie

Gabriele D'Annunzio (1863-1938). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Ses écrits comme sa personne ont été âprement discutés : ils méritaient de l'être, encore qu'avec plus de sérénité. Ses détracteurs auront beau jeu de lui reprocher son érotisme, son amoralité, son dilettantisme, ses poses, les outrances de sa pensée et le danger de conceptions qui ont fini par faire de lui une manière de chantre du nationalisme. Néanmoins, l'étendue de sa culture, la diversité de son talent, les ressources inépuisables de son imagination, la puissance de son verbe, la perfection de sa langue lui assignent une place à part, celle d'un écrivain exceptionnel. Il a voué son génie au culte de la beauté : il est poète et artiste, et il l'est souverainement.

Au seuil de la gloire

Né sur les bords de l'Adriatique, à Pescara, Ugo Gabriele, pour se débarrasser de ses provincialismes, va faire ses études secondaires en Toscane. Il est encore sur les bancs du collège Cicognini de Prato lorsque son premier recueil poétique, Primo Vere (1879), paraît en librairie. Les Odes barbares de Carducci ont été une révélation : il se met à en composer à son tour. Son petit livre en contient trente, d'aucunes singulièrement osées et excédant de beaucoup la conception de la vie qui est dans Carducci. Un an ne s'est pas écoulé qu'une seconde édition voit le jour (1880). Tout D'Annunzio est là en germe : son amour de la nature, sa sensualité, son sens du rythme. Ses dernières vacances scolaires achevées, il part pour Rome en novembre 1881 : il y oubliera la jeune Florentine avec laquelle il s'est fiancé, mais, du soir au lendemain, son Canto novo (1882), écrit pour elle, le rendra célèbre : cet hymne ardent à la mer, au soleil, à la joie de vivre devient en moins d'une semaine le chant de toute la jeunesse ital [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur honoraire du centre d'études supérieures et du lycée français de Rome

Classification


Autres références

«  D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)  » est également traité dans :

CRÉPUSCULAIRES LES

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 364 mots
  •  • 1 média

: la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout son éclat avec Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la poésie semblait, en effet, s'être tout à coup éteinte en Italie au début du xxe siècle, comme si la célèbre triade n'avait laissé que des cendres derrière elle. En vérité, c'est d'abord du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/#i_182

DUSE ELEONORA (1858-1924)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 922 mots

En 1894, elle rencontra un jeune poète en vogue, Gabriele D'Annunzio, dont elle tomba amoureuse et qui écrivit plusieurs pièces à son intention. D'Annunzio a raconté l'histoire de leur amour dans Il fuoco (1900). La Duse se prit par ailleurs de passion pour le théâtre d'Ibsen dont elle fit siennes les héroïnes, qu'elle ne se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleonora-duse/#i_182

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 452 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre et la « victoire mutilée » »  : […] Trieste et l'Istrie, et le Trentin jusqu'au col du Brenner. L'amertume est grande, et D'Annunzio, chef de file des nationalistes, dénonce la « victoire mutilée ». Les élections de 1919 donnent la majorité aux socialistes et aux catholiques populaires, qui ne peuvent s'entendre sur un programme commun. Les extrémistes se déchaînent, exploitant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_182

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Gabriele D'Annunzio (1863-1938), mieux que Wilde, avant Joyce, a, presque délibérément, construit une carrière européenne. Du même coup, il fait ressortir violemment les stéréotypes du symbolisme : le jeune « berger des Abruzzes » (Primo vere, 1879 ; Canto novo, 1882) est spontanément un artiste raffiné, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_182

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre de MONTERA, « D'ANNUNZIO GABRIELE - (1863-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriele-d-annunzio/