CRÉPUSCULAIRES LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1910, le critique italien Giuseppe Antonio Borgese a qualifié, non sans ironie, de « crépusculaire » la poésie d'un groupe de jeunes écrivains de son pays qui n'avaient « qu'une émotion à chanter : la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout son éclat avec Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la poésie semblait, en effet, s'être tout à coup éteinte en Italie au début du xxe siècle, comme si la célèbre triade n'avait laissé que des cendres derrière elle. En vérité, c'est d'abord du crépuscule de ces trois astres qu'il s'agit, de la baisse de leur crédit auprès des générations nouvelles, celles des enfants du siècle qui, parvenus à l'âge de la révolte, ont brûlé ce qu'ils avaient adoré.

La révolte d'une génération

Les « crépusculaires » se sont retournés contre leurs aînés parce que ceux-ci n'avaient pas tenu leurs promesses ; ils s'en sont pris à la tradition littéraire que ces aînés représentaient encore dans les années où eux-mêmes commençaient à écrire. Mais, auparavant, ils avaient tous rencontré l'esthétisme d'Andrea Sperelli, le héros du Piacere (L'Enfant de volupté, 1889). « Je ne pouvais rien admettre au-delà du dannunzianisme qui ne fût mesquin ou un peu gauche », avouera Marino Moretti. Pour avoir trop lu le Poème de Paradis (1893), ils se sont faits humbles devant la réalité. Las de la rhétorique de Carducci et de ses coups de trompette épique, ils ont ramené la poésie à de meilleurs sentiments, plus simples et plus familiers. Il n'y a guère que le Fanciullino de Pascoli qui, finalement, ait trouvé grâce à leurs yeux, car ils ont tous eu, plus ou moins, « l'âme puérile » comme Civinini. Ces adolescents n'eurent pas le temps de parvenir à l'âge adulte, soit qu'ils fussent malades de consomption à en mourir, comme Guido Gozzano, Sergio Corazzini ou Giulio Giannelli, s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de langue et littérature italiennes à l'université de Dijon

Classification


Autres références

«  CRÉPUSCULAIRES LES  » est également traité dans :

CORAZZINI SERGIO (1887-1907)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 306 mots

Né à Rome, Sergio Corazzini y vit dans la pauvreté les vingt années de sa brève existence. À quinze ans, quand paraissent dans quelques revues romaines ses premières brèves compositions, phtisique, il sait qu'à force de « mourir un peu chaque jour » il va vraiment mourir et, à dix-neuf ans, avant de « se taire à jamais », il donne, « d'une voix douce », à son dernier recueil le titre significatif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sergio-corazzini/#i_2554

GOVONI CORRADO (1884-1965)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 346 mots

Né près de Ferrare de souche paysanne, ce chantre inlassable de la plaine du Pô quitte sa terre vers la trentaine pour faire à Milan puis à Rome, où il est mort, les métiers les plus divers, en même temps qu'il écrit nouvelles, romans, pièces de théâtre, anthologies. Govoni poursuit surtout de façon exemplaire, pendant plus de cinquante ans, sa carrière de poète. Tout au long de ce demi-siècle dra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrado-govoni/#i_2554

GOZZANO GUIDO (1883-1916)

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 404 mots

Poète piémontais, né et mort à Turin, Guido Gozzano semble avoir deux faces ; mais seul le Gozzano des poèmes « crépusculaires » s'est imposé, éclipsant l'autre, l'auteur de textes en prose (récits de voyage comme Verso la cuna del mondo , 1917 ; nouvelles ; et même contes pour enfants) et des étonnantes Epistole entomologiche , sa dernière œuvre en vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-gozzano/#i_2554

MORETTI MARINO (1885-1979)

  • Écrit par 
  • Giovanni IOPPOLO
  •  • 200 mots

Ayant d'abord abandonné les études classiques pour suivre des cours d'art dramatique à Florence, Moretti choisit enfin de se vouer totalement à la littérature. En 1910, il publie son recueil de poèmes, Poésies écrites au crayon ( Poesie scritte col lapis ), où l'influence de Pascoli apparaît dominante : il s'apparente manifestement aux « crepuscolari » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-moretti/#i_2554

Voir aussi

Pour citer l’article

Norbert JONARD, « CRÉPUSCULAIRES LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/