IBSEN HENRIK (1828-1906)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devant le tribunal de la postérité, dont les arrêts le préoccupèrent tant de son vivant, le Norvégien Henrik Ibsen a lieu de se plaindre. Ce n'est pas qu'il ait été inconnu ou méprisé, au contraire. Mais peu d'œuvres auront été aussi mal comprises, aussi injustement déformées, accaparées pour les besoins de l'heure. Naturaliste convaincu, symboliste troublant, plus lourd de thèses que Paul Bourget ou François de Curel, socialiste, philosophe, anarchiste, tenant de l'irrationnel, zélateur de la révolte... : les étiquettes abusives cachent ce que les fameuses « brumes du Nord » nous laissaient entrevoir. Il vaut pourtant la peine de « démythifier » Ibsen et son œuvre dramatique : on découvre alors un homme d'une stature peu commune, Norvégien avant tout, inintelligible sans une bonne connaissance de la psychologie de ses compatriotes, Européen aussi, sensible à tous les souffles de son époque ; un génie qui a proposé – et personnellement vécu – une conception de l'homme et du monde que l'avenir n'a pas désavoué aujourd'hui ; un homme de théâtre enfin qui a su faire vivre intensément sur scène des hommes et des femmes d'une saisissante vérité. De plus, le moindre mérite de cet écrivain qui fut poète autant que dramaturge n'est pas l'extrême variété de l'œuvre, la diversité des thèmes souvent contradictoires, la plasticité d'une inspiration qui évoque un trait de l'une de ses plus admirables créations : cette Dame de la mer dont les yeux changeaient de couleur selon l'état de l'océan.

Assimilation des influences

Henrik Ibsen est né à Skien, au sein d'une famille nombreuse. Son père se ruina dans les spéculations et se mit à boire pour se consoler ; sa mère donnait dans le mysticisme. Le couple finira par se séparer. L'atmosphère qui régnait à la maison, une nature peu communicative aussi valurent au jeune Ibsen une enfance solitaire, repliée sur elle-même. À seize ans, on l'envoie à Grimstad, servir de commis d'« apothèque » au pharmacien Reimann. Il y reste six ans, y fait se [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  IBSEN HENRIK (1828-1906)  » est également traité dans :

BRAND (mise en scène S. Braunschweig)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 095 mots

Écrivain de la démesure et du malaise dans la civilisation, Henrik Ibsen (1828-1906) est un auteur phare du théâtre contemporain. Durant la saison 2004-2005, de nouvelles mises en scène d' Hedda Gabler (par Éric Lacascade, Théâtre de l'Odéon-Ateliers Berthier à Paris), Maison de poupée (par Thomas Ostermeier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brand/#i_12163

HEDDA GABLER, Henrik Ibsen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 775 mots
  •  • 1 média

Au sein de la magistrale œuvre dramatique du Norvégien Henrik Ibsen (1828-1906), Hedda Gabler (1890), pièce en quatre actes, occupe une place centrale avec Une maison de poupée (1879). Elle relate le destin tragique d'une femme qui n'a pas su donner un sens à son existence. Une tragédie de la désillusion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedda-gabler/#i_12163

PEER GYNT (mise en scène É. Ruf)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 919 mots
  •  • 1 média

Il est des œuvres impossibles. Monstrueuses. Parce qu'elles brassent tout l'univers, défient les notions d'espace et de temps. Parce qu'au travers d'un destin c'est celui de l'humanité tout entière qui se dessine, accumulant les interrogations, laissant en suspens les réponses. Bref, des œuvres qui semblent rétives à toute représentation. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peer-gynt/#i_12163

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 055 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Premier paradoxe : la contamination du drame par le roman »  : […] Le paradoxe des drames d'Ibsen, de Strindberg, d'Hauptmann ou de Tchekhov, c'est qu'ils procèdent tous, au-delà de leur évidente diversité, d'une sorte de roman implicite, de roman contenu et non écrit. Chez Ibsen, en particulier, tout se passe comme si les personnages, avant même leur entrée en scène, avaient incubé un roman, leur « roman familial […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-moderne/#i_12163

DUSE ELEONORA (1858-1924)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 922 mots

plusieurs pièces à son intention. D'Annunzio a raconté l'histoire de leur amour dans Il fuoco (1900). La Duse se prit par ailleurs de passion pour le théâtre d'Ibsen dont elle fit siennes les héroïnes, qu'elle ne se lassa jamais d'interpréter : Nora (La Maison de poupée), Rebecca West (Rommersholm), Ella Rentheim (John […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleonora-duse/#i_12163

GRIEG EDVARD (1843-1907)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 1 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sainte trinité norvégienne »  : […] en Norvège, en 1871, glorifié par la nouvelle reconnaissance internationale, il forme avec Bjørnson et Henrik Ibsen une sainte trinité norvégienne dont le but sera de renouveler l'art national. Une série d'œuvres réalisées en collaboration avec Bjørnson (une très forte scène dramatique, À la porte du couvent, op. 20, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-grieg/#i_12163

LA MOUETTE (mise en scène T. Ostermeier)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 984 mots

Dans le chapitre « Tchekhov au présent »  : […] engagé. En France, il est couvert d’honneurs et les propositions de travail sont constantes. Il a déjà créé, en 2013, Les Revenants d’Ibsen, dans une traduction d’Olivier Cadiot, avec Valérie Dréville, Jean-Pierre Gos, François Loriquet, Mélodie Richard, Matthieu Sampeur, rejoints, pour La Mouette, par Bénédicte Cerutti, Cédric Eeckhout et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mouette-mise-en-scene-t-ostermeier/#i_12163

NAZIMOVA ALLA (1879-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 560 mots

aux frères Shubert bien qu'elle ne parle pas un mot d'anglais. Ces derniers la recrutent à condition qu'elle apprenne cette langue en six mois. L'actrice s'exécute et fait ses débuts dans Hedda Gabler, d'Henrik Ibsen, le 13 novembre 1906. C'est vers cette époque qu'elle adopte le nom de Nazimova. Pendant les deux années qui suivent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alla-nazimova/#i_12163

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 726 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Réalisme et naturalisme (1850-1890) »  : […] Avec Ibsen (1828-1906), poète et dramaturge, les tendances nouvelles se trouvent haussées d'un coup au niveau du génie. De premiers essais tirés du fond national parviennent difficilement à l'imposer. S'y trouvent incarnés, déjà, le fond de cette pensée : élans vers l'idéal, dégoût du médiocre et l'un des grands thèmes de toute l'œuvre, la lutte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_12163

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 345 mots

Dans le chapitre « Du siècle des Lumières à l'ère industrielle »  : […] de Bayreuth ne toucha qu'une élite. Après le naufrage de Quarante-Huit, il appartint à Ibsen de formuler en termes de conflit dramatique l'angoisse des âmes se débattant dans les contradictions de l'ère positiviste. Son œuvre trouve son équilibre entre le réalisme et le symbolisme. Dans son sillage, trois générations de dramaturges, à travers l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_12163

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un moment d'hésitation dramaturgique »  : […] métaphore de la tension du drame vers cette nouvelle funeste. Le dévoilement d'un roman familial antérieur à la représentation, récurrent chez Ibsen, appelle en revanche la narration : le récit de Mme Alving, évoquant dans Les Revenants (1881) les amours ancillaires de son défunt mari, relève d'une technique épique qui échappe à la « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_12163

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « IBSEN HENRIK - (1828-1906) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henrik-ibsen/