GIRARDON FRANÇOIS (1628-1715)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand sculpteur du règne de Louis XIV naît à Troyes ; il est fils d'un fondeur. Girardon doit sa fortune au chancelier Séguier qui, l'ayant remarqué, l'envoie à Rome à ses frais. À son retour, il complète sa formation dans les ateliers de Laurent Magnier et de François Anguier. Son destin se scelle à Vaux-le-Vicomte, où il rencontre une prestigieuse équipe : Le Nôtre, Le Vau et surtout Charles Le Brun, dont il deviendra le fidèle ami et exécutant. Les futurs maîtres de Versailles, engagés par Colbert, sont réunis là. Girardon prend la tête de l'équipe des sculpteurs qui feront du parc et du château du Roi-Soleil un prodigieux ensemble de statues et de bas-reliefs, marqués par le classicisme, le goût de la grandeur, mais aussi par l'amour de la vie à travers un métier et un style d'une inégalable subtilité. Comblé d'honneurs et de commandes, Girardon fait partie de l'Académie royale. Sa carrière très féconde est jalonnée de chefs-d'œuvre, parmi lesquels de nombreux groupes décoratifs pour le parc de Versailles : Apollon servi par les nymphes (avec Regnaudin) de la grotte de Thétys, Le Bain des nymphes, bas-relief exquis où il avoue son admiration pour Goujon, l'extraordinaire figure emmitouflée de L'Hiver et, véritable défi lancé à Bernin, l'impétueux groupe de L'Enlèvement de Proserpine. Il fournit aux sculpteurs du roi de multiples maquettes, où il traduit souvent les idées de Le Brun. Sa grande statue équestre au centre de ce qui est aujourd'hui la place Vendôme n'a malheureusement pas survécu à la Révolution. Son talent souple se manifeste aussi dans la sculpture funéraire : le tombeau de Richelieu à la chapelle de la Sorbonne vaut aussi bien par l'originalité de la conception que par la beauté de l'exécution. La Vertu délicate provenant du monument de la princesse de Conti (aujourd'hui au Metropolitan Museum, New York) atteste sa virtuosité dans les drapés ; son propre tombeau (église Sainte-Marguerite, Paris) révèle son souci de répondre aux nouvelles tendances du style. Girardon est aussi un portraitiste méticuleux et un peu froid (bustes de Boileau, d'Arnaud). Il avait rassemblé une collection de petites sculptures, qui fut célèbre et fut gravée. Sa fin est assombrie par la défaveur que sanctionne une semi-retraite avant 1700, enfin par une santé précaire. Il s'éteint à Paris, en même temps que le grand roi qu'il avait si fidèlement servi.

Apollon servi par les Nymphes, Girardon et Regnaudin

Apollon servi par les Nymphes, Girardon et Regnaudin

photographie

François GIRARDON et Thomas REGNAUDIN, Apollon servi par les Nymphes, pour la grotte de Thétys, marbre. Château de Versailles, France. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

—  François SOUCHAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIRARDON FRANÇOIS (1628-1715)  » est également traité dans :

CONSERVATION DES ŒUVRES D'ART

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • Vincent POMARÈDE
  •  • 6 754 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La restauration des antiques »  : […] En Italie, cependant, et cela dès le xiv e  siècle, il arrive qu'on prenne des mesures de restauration de statues antiques. C'est le cas du fameux Regisole de Pavie (ainsi appelé parce que cette statue équestre d'un empereur était dorée) qui fut réparé en 1315, à la suite des dégâts subis lors de son transfert à Milan par Visconti ; à cette occasion, on le pourvut d'attributs chevaleresques. À la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservation-des-oeuvres-d-art/#i_11083

LE BRUN CHARLES (1619-1690)

  • Écrit par 
  • Jennifer MONTAGU
  •  • 3 109 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Brun à Versailles »  : […] Le contrôle que Le Brun exerça sur les travaux exécutés à Versailles fut quelque peu différent. Cependant, c'est à son influence qu'il faut attribuer l'unité de style qui caractérisait, dans le palais, la décoration datant du xvii e  siècle. C'est lui qui a probablement choisi les artistes, et, de toute façon, le fait que ceux-ci (qui subissaient d'autre part des évolutions différentes) connaissai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-le-brun/#i_11083

Pour citer l’article

François SOUCHAL, « GIRARDON FRANÇOIS - (1628-1715) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-girardon/