FRANCEL'année politique 2021

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une année électorale sans bouleversements

Reportées de trois mois en raison de la crise sanitaire, les élections régionales et départementales se tiennent les 20 et 27 juin 2021. La participation est généralement assez faible pour ce type d’élections, mais l’abstention est cette fois exceptionnelle. Le recul de la participation est très fort par rapport à 2015 : pour les élections départementales de 16,9 % au premier tour, de 15,6 au second ; pour les régionales de 16,6 % au premier tour, de 23,7 au second. Le phénomène a certainement des causes multiples : campagne électorale entravée par la crise de la Covid-19, offre politique jugée insatisfaisante, absence d’enjeux déterminants perceptibles, lassitude après plus d’un an de crise sanitaire… Le fait est que les élections sont marquées par une stabilité des forces politiques locales.

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

Dessin : France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

Les abstentions sont exprimées en pourcentage des inscrits. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

France : élections régionales 2021

Dessin : France : élections régionales 2021

À l'issue des élections régionales de 2021, la carte politique métropolitaine reste inchangée. La Guyane, La Réunion et la Martinique passent à gauche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les élections départementales – renouvellement de 94 conseils départementaux et de l’assemblée d’Alsace, élection de 4 108 conseillers départementaux – se soldent pour la droite par un gain net de deux présidences de département, pour la gauche par une perte nette de deux présidences, pour le centre par le maintien de ses quatre présidences. Le Parti communiste (PCF) perd la seule présidence qu’il détenait encore (Val-de-Marne). Outre le Val-de-Marne, quatre autres départements basculent à droite : Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Finistère et Puy-de-Dôme. En revanche, la gauche remporte deux départements gérés par la droite : Charente et Côtes-d’Armor. Quant au parti d’Emmanuel Macron, il gagne deux présidences : l’Eure et la Guadeloupe – la GUSR (Guadeloupe unie, solidaire et responsable) étant affiliée à LRM. Quant au Rassemblement national (RN), il n’obtient aucun département, échouant de peu dans les Pyrénées-Orientales. Il perd six sièges dans l’Aisne et quatre des six sièges qu’il avait conquis dans le Pas-de-Calais en 2015.

Aux élections régionales – qui concernent au total les sièges de 1 757 conseillers régionaux (pour les 12 régions métropolitaines, la Guadeloupe et La Réunion) et de 153 conseillers territoriaux (pour la Corse, la Martinique et la Guyane) –, la droite perd 34 sièges, la gauche en gagne quatre et l’extrême droite en perd 106. En métropole, la carte électorale de 2021 ressemble à celle de 2015, mais la Guyane, La Réunion et la Martinique passent à gauche. Ces élections sont un échec pour LRM, qui ne parvient pas à imposer ses candidats. Mais le principal perdant du scrutin est le RN, qui perd plus de 40 % de ses sièges et ne remporte aucune région, notamment en raison d’une consigne de front républicain en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Un autre scrutin important se déroule à la fin de l’année en Nouvelle-Calédonie. Conformément aux accords de Nouméa du 5 mai 1998, les Néo-Calédoniens se rendent aux urnes pour un troisième et dernier référendum d’autodétermination le 12 décembre 2021. Comme en 2018 et en 2020, l’indépendance est rejetée. Le « non » l’emporte à 96,5 % des suffrages (56,4 % en 2018 et 53,26 en 2020). Mais le taux d’abstention est de 56,13 %. Le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) avait en effet demandé le report du scrutin, en raison de la situation sanitaire et sociale du territoire. Le report lui ayant été refusé, le FLNKS avait appelé au boycott du référendum. Les indépendantistes dénient toute légitimité au résultat ; le gouvernement défend quant à lui la stricte légalité d’un processus issu des accords signés en 1998. Indéniablement légal, le scrutin ouvre cependant une période d’incertitude pour la Nouvelle-Calédonie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19
Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

France : élections régionales 2021

France : élections régionales 2021
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021
Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

23 novembre 2021 Union européenne. Adoption de la réforme de la Politique agricole commune.

Le Parlement européen adopte la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Celle-ci a fait l’objet de trois ans et demi de négociations. La PAC est dotée d’un budget annuel de 50 milliards d’euros, soit près du tiers du budget européen. La France en est le principal bénéficiaire. Une part croissante des aides est conditionnée au respect de mesures environnementales et le quart d’entre elles est réservé aux « écorégimes » ou « programmes pour l’environnement et le climat » encore plus ambitieux que les États doivent mettre en œuvre dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux qui devront être présentés d’ici à la fin de l’année. […] Lire la suite

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2021 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2021/