FRANCEL'année politique 2021

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une contestation politique larvée

Les débats politiques de l’année sont centrés autour de la gestion de la crise sanitaire et de la critique, plus ou moins appuyée, de certaines des mesures du gouvernement. En septembre, la question se déplace vers le champ judiciaire quand la Cour de justice de la République met en examen Agnès Buzyn, ministre de la Santé jusqu’en février 2020, pour « mise en danger de la vie d’autrui » – elle a reconnu avoir laissé le public dans l’ignorance des dangers réels du coronavirus. Les polémiques sur la gestion de la crise viennent d’horizons divers, sans doute en raison de la voie médiane choisie par le gouvernement pour affronter la crise. Certains lui reprochent une gestion trop « autoritaire », ainsi que la limitation des libertés. D’autres trouvent imprudentes des mesures qu’ils ne jugent pas assez restrictives, notamment quand il maintient coûte que coûte les écoles ouvertes. La droite s’offusque de la dérive des dépenses publiques et de l’accroissement de la dette provoqués par le fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron, tandis qu’une partie de la gauche dénonce l’abandon des plus démunis, des jeunes et des étudiants.

Dans ce contexte, le dernier volet de la réforme de l’assurance-chômage, engagée deux ans plus tôt, mis en place le 1er décembre – baisse des allocations pour une partie des chômeurs, réduction du temps d’indemnisation – s’attire les critiques de la gauche et des syndicats. L’état général des services publics français continue d’inquiéter : état de l’hôpital bien sûr – la pandémie a mis ses grandes faiblesses au premier plan –, mais aussi de la police et de la justice. Un « Beauvau de la sécurité » se tient de février à septembre. En octobre s’ouvrent des « états généraux de la justice » dans une ambiance tendue. Environ 3 000 magistrats dénoncent leur manque de moyens et une « justice maltraitante ». Par ailleurs, fait inédit, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti est mis en examen en juillet pour « prise illégale d’intérêts », ce qui le fragilise vis-à-vis de magistrats peu convaincus par les différentes réformes de la justice du quinquennat.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19
Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

France : élections régionales 2021

France : élections régionales 2021
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021
Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23 novembre 2021 Union européenne. Adoption de la réforme de la Politique agricole commune.

Le Parlement européen adopte la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Celle-ci a fait l’objet de trois ans et demi de négociations. La PAC est dotée d’un budget annuel de 50 milliards d’euros, soit près du tiers du budget européen. La France en est le principal bénéficiaire. Une part croissante des aides est conditionnée au respect de mesures environnementales et le quart d’entre elles est réservé aux « écorégimes » ou « programmes pour l’environnement et le climat » encore plus ambitieux que les États doivent mettre en œuvre dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux qui devront être présentés d’ici à la fin de l’année. […] Lire la suite

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2021 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2021/