FRANCEL'année politique 2021

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les six premiers mois de l’année 2021 sont encore marqués par un ensemble de mesures contraignantes visant à enrayer la pandémie de Covid-19 et qui ne s’effaceront que très progressivement. La reprise économique est nette, mais la menace sanitaire persiste. La sortie encore très incertaine de la crise sanitaire s’accompagne d’une augmentation des prix de l’énergie, d’une reprise de l’inflation, d’une persistance de la pauvreté et d’un accroissement de la précarité, autant de facteurs lourds de conflits sociaux potentiels.

Déjà, la scène politique est touchée par l’exacerbation des tensions. Le président Emmanuel Macron, que son rôle dans la crise sanitaire paraît préserver dans une certaine mesure, dispose d’une popularité stable et se maintient à un assez bon niveau dans les sondages. Mais son parti, La République en marche (LRM), ne s’enracine pas dans le pays. En juin, les élections régionales et départementales sont un revers pour les candidats du gouvernement, délaissés au profit des forces politiques traditionnelles. Plusieurs réformes importantes annoncées par Emmanuel Macron sont d’ailleurs reportées à l’après-présidentielle. Au milieu de l’année, l’apparition, à l’extrême droite, d’un nouveau candidat à l’élection présidentielle bouscule le paysage politique. Le polémiste Éric Zemmour invite les thèmes d’une droite néomaurrassienne dans la campagne : rejet de l’immigration et de l’islam, de l’Europe, des droits de l’homme, plaidoyer pour Pétain et les régimes autoritaires… Marine Le Pen est déstabilisée. De son côté, la droite républicaine tente de se reconstruire en organisant une primaire tardive, où les thèmes chers à l’extrême droite s’invitent et tendent à focaliser les débats. Quant à la gauche, elle étale ses divisions et multiplie les candidatures à la présidentielle, aucune d’entre elles ne parvenant à s’affirmer dans les sondages.

La France est également confrontée à une crispation des rapports internationaux, où elle peine à s’affirmer. L’annonce de la fin de l’opération Barkhane montre les limites de l’interventionnisme français à l’extérieur. La préparation de la présidence française de l’Union européenne (UE) de 2022 vient clore une année diplomatique qui a vu la constitution – au détriment de la France et de l’UE – d’une alliance entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie conduisant à l’annulation du « contrat du siècle » pour la livraison de sous-marins par la France, ainsi que le départ de la chancelière allemande Angela Merkel, longtemps considérée comme l’une des principales inspiratrices de la politique de l’Union.

Crise sanitaire : vers un retour à la normale ?

L’année 2021 commence donc dans un contexte de mesures prises en lien avec la pandémie de Covid-19. Les contraintes se renforcent ensuite puis s’allègent progressivement jusqu’à la fin du printemps. Comme en 2020, le président de la République est au centre des décisions en matière de lutte contre la pandémie, dans le cadre de « conseils de défense sanitaire ». Le second confinement de 2020 avait pris fin le 15 décembre. À partir de janvier, Emmanuel Macron choisit un régime de restrictions limitées, pariant sur la protection collective que doit apporter la vaccination. La campagne de vaccination (non obligatoire) se déploie au fur et à mesure de la mise à disposition des doses de vaccins. Au début de l’année, elle est réservée aux personnes les plus âgées et les plus fragiles, puis s’ouvre peu à peu à l’ensemble de la population résidant en France : à toutes les personnes majeures le 31 mai, aux mineurs de plus de douze ans le 15 juin, aux enfants de plus de cinq ans le 22 décembre.

À la sortie du confinement de décembre 2020, les lieux de loisirs et de culture étaient restés fermés et un couvre-feu mis en place de 20 heures à 6 heures. Le 14 janvier, le Premier ministre Jean Castex annonce un couvre-feu dès 18 heures. D’autres mesures complètent encore le dispositif – limitation des déplacements interrégionaux, renforcement du contrôle aux frontières (puis interdiction du territoire aux voyageurs venus de l’extérieur de l’Union européenne), [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19

Emmanuel Macron lors de la visite d’un centre de vaccination contre la Covid-19
Crédits : Yoan Valat/ pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)

France : abstentionnisme aux élections régionales, cantonales (1982-2011) et départementales (2015-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

France : élections régionales 2021

France : élections régionales 2021
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021

La précampagne présidentielle perturbée par la candidature Zemmour, 2021
Crédits : Laurent Ferriere/ Hans Lucas/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

23 novembre 2021 Union européenne. Adoption de la réforme de la Politique agricole commune.

Le Parlement européen adopte la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Celle-ci a fait l’objet de trois ans et demi de négociations. La PAC est dotée d’un budget annuel de 50 milliards d’euros, soit près du tiers du budget européen. La France en est le principal bénéficiaire. Une part croissante des aides est conditionnée au respect de mesures environnementales et le quart d’entre elles est réservé aux « écorégimes » ou « programmes pour l’environnement et le climat » encore plus ambitieux que les États doivent mettre en œuvre dans le cadre de leurs plans stratégiques nationaux qui devront être présentés d’ici à la fin de l’année. […] Lire la suite

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2021 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2021/